Google et Tencent ont très récemment signé un accord de licence croisé.

Tencent

© Tech in Asia

Si beaucoup de produits de Google sont bloqués en Chine aujourd’hui, à l’exemple de son moteur de recherche, du Play Store ou encore de son service de messagerie, la filiale d’Alphabet n’a pas dit son dernier mot. Bien que tout ces services soient bloqués en Chine depuis quelques années, Google semble bien décidé à remettre les pieds dans le pays. Pour cela, un accord de licences croisé a été signé avec Tencent.

Concernant l’accord avec le développeur du réseau social WeChat, le groupe américain a annoncé qu’il couvrait une « large gamme de produits et technologies ». À ce titre, un responsable des brevets de Google a précisé qu’« en travaillant ensemble sur des accords comme celui-ci, les entreprises technologiques peuvent se concentrer sur le développement de meilleurs produits et services pour leurs utilisateurs ».

Réduire les risques de litiges

Si Google signe un tel accord avec le géant chinois, c’est parce qu’il souhaite réduire les risques de litiges portant sur la violation de brevet. Dans le cas où les deux entreprises se verraient construire des produits dont certains aspects seraient similaires, le dialogue entre les deux entreprises serait ainsi plus facile à maintenir. D’ailleurs, Google a signé le même type d’accord avec des firmes comme Samsung, LG ou encore Cisco.

C’est la première fois qu’un accord de licence croisé est signé avec une entreprise chinoise à l’ampleur de Tencent.

À ce jour, cette dernière est l’une des entreprises à la plus grosse capitalisation boursière : elle est estimée à 500 milliards de dollars. Pour sa part, Tencent a préalablement participé à des opérations internationales, investissant par exemple dans Snapchat, Tesla et Spotify, ou encore en rachetant SuperCell, développeur de Clash Royale.

Pour rappel, Google a profité de la fin de l’année 2017 pour ouvrir un laboratoire consacré à l’intelligence artificielle à Pékin. Le groupe a aussi réalisé quelques investissements dans des entreprises chinoises, dont l’éditeur de plateforme de streaming Chushou.