Alphabet a dégagé un bénéfice net de 8,2 milliards de dollars au cours du deuxième trimestre 2018. C’est largement suffisant pour s’acquitter de l’amende de la Commission européenne tout en continuant de gagner de l’argent.

 

Alphabet, la maison-mère de Google, vient de publier ses résultats financiers (PDF) du deuxième trimestre 2018. Comme toujours, les revenus de la multinationale sont gargantuesques. En effet, entre le 1er avril et le 30 juin inclus, l’entreprise a vu son chiffre d’affaires flirter avec les 32,7 milliards de dollars (environ 27,9 milliards d’euros).

Grâce à cela, Alphabet avance un bénéfice net de 8,2 milliards de dollars (7 milliards d’euros). Et ce, sans prendre en compte l’amende astronomique de 4,34 milliards d’euros que lui a infligée la Commission européenne depuis Bruxelles pour abus de position dominante sur Android. Comme pour faire étalage de son excellente santé, le géant américain propose également de consulter ses résultats financiers en prenant en compte l’impact qu’aurait cette sanction si elle était appliquée — Google a fait appel et a donc une chance d’éviter l’amende.

Grosse amende ? Pas de problème

Ainsi, même s’il devait s’acquitter de cette grosse somme d’argent, Alphabet dégagerait quand même un bénéfice net de presque 3,2 milliards de dollars, soit environ 2,7 milliards d’euros. Autrement dit, en trois mois seulement, Google et sa maison-mère gagnent suffisamment d’argent pour payer cette amende record et continuer à enregistrer une croissance de 26 % par rapport à la même période de l’année précédente.

Google peut notamment remercier la forte hausse de ses revenus publicitaires qui ont progressé de 27 % par rapport au deuxième trimestre de 2017.

Rappelons tout de même que l’amende de la Commission européenne pose de nombreuses questions quant à l’avenir d’Android et surtout de son modèle économique très particulier.

À lire sur FrAndroid : 4,34 milliards d’euros : Google puni d’une sanction faramineuse par la Commission européenne