Un petit malin ajoute du ray tracing à une Super NES

 

Vous n’avez pas de carte RTX de Nvidia pour profiter du ray tracing ? Pas de problème. Si vous avez toujours votre Super NES, un développeur de jeu s’est amusé à concevoir un projet pour ajouter du ray tracing sur les anciens titres Nintendo. Et le résultat est assez bluffant.

Une Super NES configurée pour supporter le ray tracing

Une Super NES configurée pour supporter le ray tracing // Source : Capture YouTube / Shironeko Labs

Vous avez souri à l’annonce de l’arrivée du ray tracing sur Minecraft. Que diriez-vous de l’avoir sur Super Mario ? Un petit malin s’est amusé à bidouiller sa vieille Super NES pour lui ajouter de quoi faire briller les titres phares de l’ancienne star de Nintendo du début des années 1990. Le tout sans carte RTX de Nvidia.

Développeur de son état, Ben Carter a ainsi publié sur YouTube une démo d’un projet appelé SuperRT. On y découvre son installation avec sa tripotée de câbles émanant d’une Super Nintendo débarrassée de son capot.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Carter, qui a participé à la création de jeux comme FIFA ou le remake de Star Fox 64, explique ainsi qu’il a conçu son projet en se basant sur la puce externe Super FX qui était intégrée aux anciennes cartouches de jeu Super NES. Celle-ci permettait d’obtenir un rendu 3D sur certains jeux ou de renforcer une 2D exigeante sur d’autres. Car la console de Nintendo « exécute le jeu avant de transmettre la description de la scène à la puce dans la cartouche pour qu’elle génère les visuels. »

La puce d’origine à la sauce ray tracing

Il a ensuite remplacé la ROM du jeu par une ROM de son cru et l’a associée à une carte FPGA DE10, le tout assorti d’un logiciel personnalisé. Pour rester dans l’esprit de la console initiale, Carter s’est cependant ajouté quelques contraintes. « Je me suis volontairement limité à l’utilisation d’une seule puce personnalisée pour la conception, sans utiliser le cœur ARM disponible sur la carte DE10 ni aucune autre ressource de traitement externe », explique-t-il.

À en apercevoir le rendu assez bluffant avec des effets de miroir et de lumière, on se dit que l’expérience de l’époque aurait eu une autre allure, légèrement décalée cependant entre la qualité graphique et les effets visuels. Mais, comme le note Carter, tout cela n’aurait pas pu être possible. Sa carte FPGA spéciale ray tracing est bien trop grosse pour une cartouche de jeu Super NES. Ce n’était pas irréalisable, mais il aurait fallu revoir le design de la console…

Les derniers articles