Avec 700 km d’autonomie, cette voiture électrique cousine de la Peugeot e-3008 a de très beaux atouts à faire valoir

 

Quelques mois après la Peugeot e-3008, c’est au tour de son cousin, l’Opel Grandland de se renouveler et de s’offrir une nouvelle génération 100 % électrique. Le véhicule reprend la plateforme du SUV tricolore, ainsi que sa grosse batterie offrant une autonomie de 700 kilomètres.

À partir de 2035, toutes les voitures neuves vendues en Europe devront embarquer une motorisation 100 % électrique, comme le veut Bruxelles. Et Opel ne fera donc pas exception, alors que le constructeur a déjà commencé sa mutation.

Un design inédit

La firme possède déjà une gamme bien remplie de voitures électriques, avec sa Corsa-e, son Astra mais également son Mokka pour ne citer qu’eux. Mais ce n’est pas tout, car le constructeur veut encore continuer à enrichir son offre, puisqu’il prévoit de ne plus commercialiser le moindre moteur thermique sur le Vieux continent à partir de 2030 environ. C’est dans ce contexte que vient d’être officiellement dévoilé le nouveau Grandland, qui devient également électrique.

Il en profite également pour faire évoluer son design et se moderniser, avec une face avant totalement inédite, entre autres. Cette dernière adopte le fameux Vizor, qui est en fait une large bande noire qui intègre également les feux, reliés entre eux par une fine bande lumineuse. La calandre est désormais pleine, même si on remarque tout de même que le bouclier reste ouvert dans sa partie basse, afin de laisser passer l’air et refroidir un minimum le moteur. De profil, cette nouvelle génération adopte une silhouette assez classique, et refuse de devenir un vrai coupé. Au contraire de la Peugeot e-3008, qui a quant à elle fait ce choix esthétique.

Les dimensions restent sans surprise assez proches entre les deux véhicules, puisque le nouvel Opel Grandland mesure environ 17 centimètres de plus de long que l’ancienne version. Ainsi, la longueur s’établit à 4,65 mètres pour 1,90 mètre de large et 1,66 mètre de haut. On note que la voiture est bien campée sur ses jantes allant jusqu’à 20 pouces, tandis que le Cx (coefficient de traînée) n’a pas encore été évoqué par le constructeur allemand.

À l’arrière enfin, le design se veut également modernisé par rapport à la précédente mouture, et l’on retrouve une signature lumineuse proche de celle présente à l’avant. On note également qu’une nouvelle teinte de carrosserie fait son apparition dans la gamme, même si le communiqué de la marque ne précise pas encore son nom pour le moment. Nous devrions en savoir plus au cours des prochaines semaines.

Un poste de conduite plus technologique

À bord, le nouvel Opel Grandland a fait le choix de ne pas reprendre la grande dalle incurvée de son cousin originaire de Sochaux. Cependant, il opte tout de même pour un grand écran tactile, qui affiche une diagonale impressionnante de 16 pouces. Le constructeur ne précise pas encore s’il est compatible avec Apple CarPlay et Android Auto, mais ce sera très probablement le cas, comme sur les autres modèles de la gamme. Il est également associé à un combiné numérique installé devant le constructeur, qui affiche toutes les informations importantes pour la conduite.

Un affichage tête-haute en réalité augmentée projeté sur le pare-brise est également inclus dans la dotation du SUV électrique. Ce dernier se dote d’un mode « pure » qui permet de réduire la quantité d’informations affichées afin de faciliter la lecture pour le conducteur. Et bonne nouvelle, les boutons physiques restent encore nombreux dans ce poste de conduite, puisque l’on sait que le tout tactile n’est pas forcément une très bonne idée.

Le confort est également de mise à bord de l’Opel Grandland de nouvelle génération, pour tout le monde. Et notamment pour le conducteur et son passager à l’avant, qui profitent de sièges certifiés par l’organisme allemand AGR, qui œuvre en faveur de la santé du dos. Ces derniers sont dotés pour la première fois de coussins motorisés ainsi que d’une fente pour soulager la pression sur le coccyx. Ils s’habillent enfin d’une sellerie en tissu 100 % recyclé comme le précise le conducteur.

Avec son empattement affiché à 2,78 mètres, le SUV accueille aussi confortablement les occupants de la banquette arrière.

L’habitabilité devrait être satisfaisante, alors que le poste de conduite se dote de nombreux rangements, avec un total de 35 litres uniquement dans l’habitacle. Il s’équipe également d’un chargeur à induction pour le smartphone et d’une prise 12 volts à l’avant. Enfin, le volume de coffre peut aller jusqu’à 1 641 litres lorsque la banquette arrière est rabattue, en 40/20/40.

Jusqu’à 700 kilomètres d’autonomie

Comme la Peugeot e-3008, que nous avons récemment pu essayer, le nouvel Opel Grandland repose sur la plateforme STLA Medium et embarque donc logiquement une motorisation 100 % électrique. Mais pour l’heure, le constructeur se montre assez peu loquace sur le sujet et ne donne que très peu d’informations, éludant notamment la puissance de son SUV électrique. Cependant, nul doute que sa fiche technique sera la même que celle de la Française, qui va de 210 à 320 chevaux selon la version. D’autres versions hybrides 48 volts et hybrides rechargeables seront aussi prévues.

Ainsi, des configurations à deux ou quatre roues motrices devraient faire partie du catalogue, tandis que deux tailles de batteries devraient être proposées. La première affichera très probablement une capacité de 73 kWh, offrant une autonomie de 525 kilomètres selon le cycle WLTP. La seconde devrait atteindre les 98 kWh, permettant au SUV électrique de parcourir jusqu’à 700 kilomètres en une seule charge. Mais attention, car cette version pourrait ne pas voir le jour tout de suite, comme c’est le cas sur la e-3008.

Seulement 26 minutes seront nécessaires pour remplir la batterie jusqu’à 80 %, mais la puissance n’a pas encore été confirmée. Elle devrait cependant être affichée à 160 kW, comme sur le SUV électrique au lion. À noter également que le Grandland profite de liaisons au sol retravaillées afin d’afficher un comportement différent, mais le constructeur n’en dit pas beaucoup plus pour le moment. Ce dernier précise que la voiture est dotée de la conduite semi-autonome et du changement de voie semi-automatique, de même que la caméra de recul et de la vision à 360 degrés.

Les premières livraisons devraient démarrer au cours de l’automne, mais les prix n’ont pas encore été annoncés. Le nouvel Opel Grandland rivalisera notamment avec la Tesla Model Y ainsi que le nouveau Renault Scénic, que nous avons essayé il y a peu.


Téléchargez notre application Android et iOS ! Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.