La conférence développeur de Samsung a levé le voile sur un autre projet intéressant de la part du constructeur : l’idée de pouvoir contrôler sa TV en utilisant uniquement ses ondes cérébrales.

Crédit photo : CNET

La conférence développeur de Samsung, qui permet au constructeur / développeur américain de présenter ses dernières innovations s’est achevée après deux jours intensifs. C’est à cette occasion que nous avons découvert le smartphone pliable de la marque, mais aussi les futures améliorations de Bixby.

Le smartphone n’est toutefois pas le seul marché concerné par cet événement. La TV est aussi un secteur important pour Samsung, et ce dernier cherche à en améliorer l’accessibilité avec un nouveau projet étonnant.

Votre cerveau comme télécommande

Project Pontis comme il se nomme a un but très simple, comme l’explique CNET : faire fi de la télécommande pour vous laisser contrôler votre téléviseur par le biais de… votre cerveau, directement. Pour ce faire, l’utilisateur doit porter une sorte de casque mou équipé de 64 capteurs, et regarder dans la direction d’un oculomètre.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Le système doit ensuite être paramétré afin de pouvoir reconnaître les ondes cérébrales liées à l’action voulue. Enfin, l’oculomètre sert à déterminer quel élément précis de l’écran (imaginons, quel film affiché) l’utilisateur cherche à sélectionner.

Cette innovation est développée en interne en partenariat avec le centre de prothèse neurologique de l’École Polytechnique Fédérale de Lausane en Suisse. Elle a tout de même quelques limitations, notamment la nécessité d’appliquer un gel conducteur sur le crâne de l’utilisateur afin de capter ses ondes cérébrales.

L’accessibilité avant tout

L’idée de cette avancée n’est évidemment pas de vous rendre toujours plus amorphe devant votre TV, mais plutôt de rendre le loisir accessible au plus grand nombre… y compris les personnes à mobilité réduite ne pouvant pas nécessairement faire usage d’une télécommande.

C’est Ricardo Chavarriaga, scientifique à l’EPFL travaillant sur le projet, qui l’a précisé : « Comment pouvons-nous offrir l’accessibilité aux personnes ne pouvant pas bouger ou ayant des limitations extrêmes dans leurs mouvements ». Le projet a aussi sa part philosophique : « Nous créons des technologies toujours plus complexes, toujours plus intelligentes, mais nous ne devrions pas oublier que ces technologies sont faites pour interagir avec l’humain ».

Martin Kathriner, chef des affaires publiques de Samsung Electronics en Suisse, précise lui aussi les vertus de ce projet sans oublier l’angle consommateur : « Pour nous, c’est une affaire d’accessibilité. Quant à savoir si la technologie sera applicable un jour pour les flemmards professionnels, je n’en ai aucune idée ».