Ford a été contraint de rappeler environ 50 000 câbles de recharge autrefois livrés aux côtés de véhicules hybrides et électriques, la faute à des risques d’incendie importants.

Ford n’en est pas à son premier coup d’essai. Le constructeur automobile américain a déjà terni son image à plusieurs reprises à la suite de nombreux rappels de voitures, dont les causes pouvaient grandement mettre en danger les conducteurs. Début 2018, 1,38 million de véhicules Ford prenaient par exemple le chemin du garage, en raison d’un problème de boulon au volant. Un an plus tôt, 400 000 autres automobiles ont dû être rapatriées à cause de risques d’incendie.

Trois modèles Ford concernés par les risques d’incendie

Et une fois de plus, l’entreprise US se voit obligée de publier un communiqué de presse urgent dans lequel elle rappelle pas moins de 50 000 câbles de recharge autrefois livrés aux côtés de véhicules hybrides et électriques. La raison ? Des risques de surchauffe, et d’incendie donc. Autrement dit, une flotte de 50 000 berlines était susceptible de provoquer des départs de feu aux États-Unis.

La compagnie d’outre-Atlantique énumère par ailleurs les modèles concernés : la Ford Focus Electric, la Ford Fusion Energi et la Ford C-MAX Energi. Et de préciser leur lieu et date de production :

  • Ford Focus Electric 2012/2015 : construite au Michigan Assembly Plant du 15 septembre 2011 au 14 mars 2015.
  • Ford Fusion Energi 2013/2015 : construite à l’usine d’assemblage Hermosillo, du 4 septembre 2012 au 5 mars 2015.
  • Ford C-MAX Energi 2013/2015 : construite à l’usine d’assemblage du Michigan, du 13 avril 2012 au 14 mars 2015.

Ford en route vers les voitures autonomes

Logiquement, Ford conseille vivement de ne plus utiliser les câbles de 120 volts, sous peine de s’exposer à de sérieux risques. Plus globalement, la firme basée dans l’emblématique ville de Détroit poursuit ses efforts dans le domaine de l’électrique et des solutions autonomes. En 2017, ses dirigeants révélaient par exemple un projet de Mustang électrique, tout en affichant leurs ambitions de devenir un acteur majeur du secteur des voitures autonomes, qu’ils souhaiteraient commercialiser d’ici 2021.