DJI a renouvelé son meilleur drone grand public. Le DJI Mavic 2 Pro profite de nombreuses améliorations techniques depuis la première génération, tout en récupérant quelques fonctions avancées des autres modèles sortis depuis, comme le Mavic Air. Mais le mélange est-il bon ? Voici notre test complet.

Ce test a été réalisé avec un drone prêté par DJI.

En septembre 2016 DJI sortait le Mavic Pro. L’arrivée de ce nouveau drone sur le marché était à son époque une vraie petite révolution. Petit, maniable, doté d’une qualité vidéo et d’une enveloppe de vol de 7 km, il offrait soudainement aux amateurs d’images un outil hors pair pour faire des images aériennes de qualité. Là où, à l’époque, la concurrence s’appelait Bebop. DJI se plaçait une nouvelle fois au-dessus de la mêlée, à force d’innovations et de technologies, dans le seul but de donner à tout un chacun le pouvoir de voler et filmer « comme un pro ».

La mission était réussie, et pendant deux longues années, le Mavic Pro restait la référence des « pockets drones » : du fait de leur format compact, ils se rangent partout, jusqu’à tenir dans une poche de pantalon ! Aujourd’hui, DJI revisite sa gamme Mavic avec deux nouveaux modèles, le 2 Pro et le Zoom. Comme son nom l’indique, le Zoom propose une caméra à focale variable, mais laissons celui-ci de côté pour nous concentrer sur la lignée du Pro avec ce nouveau Mavic 2 Pro.

Les nouveautés du Mavic 2 Pro

La principale innovation sur le Mavic 2 Pro se voit au premier coup d’œil : la caméra. Pour la première fois, le fabricant DJI a confié à une marque tierce la réalisation de sa caméra, et c’est vers le fabricant suédois Hasselblad que celui-ci s’est tourné.

Marque très connue chez les amateurs de moyen format, Hasselblad est un nom, un label de qualité, et cela ne doit rien au hasard si on le retrouve impliqué dans le développement du Mavic 2 Pro avec sa caméra, la L1D-20C, spécialement conçue pour l’occasion.

Avec son capteur 1 pouce de 20 MP, DJI rehausse clairement ses standards de qualité d’images pour sa gamme Mavic.

Quelques caractéristiques techniques pour la caméra :

  • Capteur CMOS 1″ 20 MP
  • Ouverture réglable f/2,8 – f/11
  • Profil de couleur Dlog-M 10 bits
  • Vidéos HDR 10 bits
  • La L1D-20c utilise la technologie unique Hasselblad Natural Colour Solution (HNCS) 5 de Hasselblad

Autre innovation majeure apportée sur cette nouvelle version : la présence de capteurs tout autour de l’appareil, pour permettre une détection d’obstacles à 360°.

Même si sur le fond l’intention est bonne, elle n’est pas infaillible, et j’en profite pour vous le rappeler une fois de plus, la meilleure détection d’obstacles, ce sont vos yeux et votre bon sens. Ne faites pas confiance aux automatismes, en cas de bug, c’est toujours trop tard pour réagir. Prenez confiance en vous à travers l’expérience que vous vous construisez et fiez-vous à votre jugement, l’électronique est un accompagnement et doit le rester.

On continue dans les innovations plus discrètes, mais tout aussi appréciables :

  • La liaison radio passe en Ocusync 2.0 au lieu du classique 1.0 avec une plus grande portée et une plus petite latence et un débit à 40 Mb/s pour le transfert de fichier.
  • Un mode de photo Hyperlight pour les prises de vue nocturnes.
  • Des lumières additionnelles sous le drone pour augmenter l’efficacité des capteurs d’obstacles.
  • L’arrivée de l’USB-C pour le transfert d’images.

Comme d’habitude, les produits DJI sont livrés dans un ensemble qui sait les mettre en valeur, et celui-ci ne fait pas exception. Dans le coffret, on retrouve :

  • Drone Mavic 2 Pro de DJI
  • Manette de contrôle à distance
  • Deux sticks de contrôle de rechange
  • Batterie de vol intelligente
  • Quatre paires d’hélices silencieuses
  • Chargeur de batterie
  • Câble de communication (USB 3.0 vers Type-C)
  • Adaptateur Type-C vers Micro USB
  • Trois câbles de télécommande
  • Protecteur de nacelle

Pour les habitués du Mavic Pro, qui ont tous eu du mal à mettre le clip de verrouillage de la nacelle sans risquer d’abîmer la nappe de la caméra, ce nouveau module de protection est ce qu’on a toujours rêvé d’avoir sur le Mavic Pro. Brillant de simplicité il se met très facilement et reste bien en place.

De nouvelles lignes

Ce que l’on remarque quand on est habitué au Mavic Pro classique, c’est que le 2 Pro est plus massif (32,2 x 24,2 cm déplié), plus épais (8,4 cm), plus lourd (907 grammes, contre 800 grammes) sans que cela entache ses lignes. La raison derrière ce changement est qu’il contient beaucoup plus de capteurs que son aîné, ce qui se ressent évidemment sur la taille et le poids.

Les hélices se montent facilement, avec un système de twist’n clips. Là-dessus, DJI a bien progressé au regard du système que l’on retrouvait sur l’Inspire 1 où souvent les hélices partaient en vol. Ici, tout est bien maintenu et le centre des hélices est coloré pour vous éviter de vous tromper de sens au montage.

Du côté de la télécommande, quelques retouches cosmétiques, avec le principe des manches amovibles que l’on retrouve sur le Mavic Air. Elle vient également avec un écran intégré qui aura le mérite de régler une bonne fois pour toutes les problèmes de logiciels entre iOS et Android, car même chez DJI on n’est pas à l’abri d’un bug.

L’application reste DJI Go 4 sans nouvelle fonction supplémentaire. Vous retrouverez tous les modes classiques à savoir :

  • Mode P (Positionnement) : fonctionne avec le GPS et les capteurs pour offrir une plus grande stabilité et naviguer entre les obstacles.
  • Mode S (Sport) : le drone peut atteindre sa vitesse maximale — environ 72 km/h –, les systèmes de détection d’obstacles sont désactivés.
  • Mode T ( Trépied) : la vitesse du drone est limitée pour assurer une meilleure fluidité de la prise de vue.

En ce qui concerne les modes de vol intelligents, sans surprises on retrouve :

  • Active Track (nouvelle version)
  • Hyperlapse
  • Quickshots
  • POI (nouvelle version)
  • Waypoints (nouvelle version)
  • Cinematic
  • TapFly

L’Active Track est de bien meilleure facture que la version précédente du Mavic Pro. Celle-ci est capable d’identifier jusqu’à 16 sujets dans une même scène, offrant ainsi un meilleur choix sur la cible à choisir pour le suivi.

L’hyperlapse offre quant à lui plusieurs options :

  • Libre : le drone prend des photos automatiquement et génère un fichier vidéo de type timelapse.
  • Cercle : la même chose en tournant autour d’un point sélectionné.
  • Trajectoire verrouillée : soit l’orientation du drone est fixe, mais le sujet ne peut être sélectionné, soit l’orientation est fixe alors que le drone tourne autour d’un sujet sélectionné.
  • Waypoints : on définie des points de passage précis par lesquels le drone passera au cours de son vol.

On retrouve les quick shots avec la présence du célèbre mode astéroïde présent dans le Mavic Air, voilà la liste des modes disponibles :

  • Rocket
  • Dronie
  • Cercle
  • Helix
  • Asteroid
  • Boomerang

En ce qui concerne les waypoints, il n’est désormais plus nécessaire de voler au-dessus de l’espace concerné pour marquer les points, vous pouvez librement ajouter des points et créer un plan de vol à la volée, et même le sauvegarder pour un prochain vol.

Notez toutefois que la radiocommande est obligatoire et que vous ne pourrez pas utiliser uniquement votre smartphone pour piloter le Mavic 2 Pro. L’inverse est cependant possible (sans smartphone).

D’excellentes sensations de vol

Si vous êtes familier avec le Mavic Pro, la première chose qui va immédiatement se faire ressentir, c’est la stabilité de la bête. Déjà que le Mavic Pro était bien verrouillé, là on passe clairement un cran au-dessus. Merci à tous les capteurs et tout le computing embarqué qui font extrêmement bien leur travail.

Qu’il y ait du vent ou pas, c’est simple, le Mavic 2 Pro ne bouge pas. C’est juste incroyable d’être arrivé à un tel niveau de stabilisation, et ce couplé à une caméra exceptionnelle, vous avez là un combo forcément gagnant.

Le confort de pilotage du Mavic a été encore amélioré rendant cette machine vraiment plaisante en vol. L’Ocusync 2.0 garantit un rayon d’action plus grand que le raisonnable, tout est là pour mettre le pilote en sécurité, la recette est réussie.

Une fois de plus, DJI a su monter la qualité un cran plus haut, le Mavic 2 Pro est une vraie évolution du premier du nom. En gardant les fondamentaux, DJI a su d’un côté corriger les imperfections, et de l’autre renforcer la sécurité des vols.

Qualité d’image : la magie du grand capteur

Avec son capteur d’un pouce et son ouverture réglable, la caméra réalise un travail exceptionnel dans toutes les conditions de lumières. En situation de basse lumière, le capteur plein apporte une image avec bien moins de bruit que son prédécesseur et, dans le cas opposé, lors de conditions très lumineuses, avec l’ouverture du diaphragme réglable, vous pourrez toujours avoir le résultat espéré. Finis les problèmes de dynamic range que l’on peut rencontrer avec les petits capteurs, ici le capteur est énorme. Sa mission : vous donner la meilleure image qu’importe la situation, et il le fait très bien.

Être doté d’un capteur de grande taille règle beaucoup des problèmes récurrents des petits capteurs classiques, comme le manque de détail, ou les problèmes de lumière. Tout ceci fait partie du passé, et c’est là que l’on comprend que ce nouveau Mavic 2 Pro est une vraie évolution.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Les fichiers sortis directement du drone sont impeccables, pas besoin de passer par un éditeur pour faire des corrections, tout est bien équilibré. Cependant, si vous le souhaitez, vous avez toujours la possibilité de filmer en Dlog-M pour pouvoir reprendre les couleurs sans perdre les détails de l’image.

Les formats disponibles sont :

  • 4K à 24, 25 ou 30 images/s
  • 2.7K à 24, 25, 30, 48, 50 ou 60 images/s
  • 1080p à 120 images/s pour les ralentis

Les formats de sortie disponibles sont le MP4 et le MOV que ce soit en H264 ou H265, tout cela avec un débit de 100 Mb/s. Dommage qu’il soit impossible de filmer en 4K à 60 ips. Peut-être que ce format sera réservé au futur Phantom 5…

Pour les photos, vous avez un format de 20 Mégapixels avec une plage ISO allant de 100 à 12 800 pour un rendu de bonne qualité. Notez que ses 8 Go de stockage interne vous permettent de vous passer de carte mémoire dans un premier temps avant de l’étendre à l’aide d’une microSD pouvant aller jusqu’à 128 Go.

Une autonomie en hausse

Avec son autonomie de 31 minutes (en légère hausse par rapport à celle de son prédécesseur), vous avez entre les mains l’outil parfait pour réaliser tous les plans que vous souhaitez.

La batterie dispose d’un bouton permettant de connaître l’état de charge, ce qui se montre très pratique si vous en possédez plusieurs et que vous souhaitez rapidement savoir lesquelles sont pleines avant de partir voler.

Comptez 1h30 pour une charge complète.

À qui s’adresse le Mavic 2 Pro ?

Quand on regarde la gamme DJI, entre les Phantom et les Mavic, les choses étaient simples. D’un côté, les Phantom étaient les drones « Pro » et les Mavic les drones « amateurs ». Mais voilà que le Mavic 2 Pro, offre la qualité du Phantom 4 Pro (en gros) avec un encombrement minimum : il brouille les cartes, mais pas vraiment.

À terme, les drones se devront être des plus en plus léger, mais aussi compacts, car plus faciles à emporter. Le Mavic 2 Pro est pour moi le pionnier de cette nouvelle ère qui va bientôt arriver, celle des drones qui seront capables de livrer de la qualité broadcast et qui tiennent dans la poche. À ceci, vous ajoutez les réglementations avec la limitation symbolique du poids de 800 grammes au-dessus de laquelle la paperasse s’impose, l’évolution des drones vers le petit avec une caméra hors norme prend tout son sens.

Je dirais même plus que pour que la gamme DJI continue à avoir du sens entre Phantom et Mavic, à ce jour, DJI est condamné à faire évoluer ses Phantom vers une gamme avec objectifs interchangeables. Sans cela, elle n’aura plus de sens à terme.

Si vous avez déjà un Mavic Pro et que vous êtes un pilote occasionnel, sauter le pas est loin d’être une obligation, mais si vous êtes dans l’idée de vous acheter un drone et que vous avez le budget, alors en choisissant ce modèle, vous ne prenez pas de risque.

Une chose à ne pas oublier, comme son poids est de 900 grammes il vous faudra désormais le déclarer auprès des autorités.

Prix et disponibilité

Le DJI Mavic 2 Pro est d’ores et déjà disponible au prix de 1499 euros. On peut le trouver chez des revendeurs comme Amazon ou Darty.

Images prises pour FrAndroid par Dronemotion.tv

Note finale du test 9/10
Beaucoup d'améliorations présentes dans cette nouvelle version : hélices plus silencieuses, plus d’autonomie de vol, une détection d'obstacle à 360° et bien sûr une caméra très performante. Mais ce qu’il faut comprendre, c'est qu'à travers cette nouvelle version, DJI continue son chemin vers la perfection en matière de drone grand public.

Le Mavic 2 Pro est une évolution logique répondant aux attentes des utilisateurs, tout en préservant le plaisir et la fiabilité de son pilotage. Au final, un vol qui reste toujours un plaisir avec des images de plus en plus surprenantes.
  • Points positifs
    • La qualité d'image
    • L'autonomie
    • L'Ocusync 2.0
    • Les capteurs à 360°
  • Points négatifs
    • Le poids
    • Il faut démonter des hélices pour le ranger dans sa boite