Quels sont les meilleurs drones en 2020 ? Notre sélection

Highway to the danger zone

 

Vous avez déjà eu envie de piloter un drone ? Que cela soit pour les débutants ou les experts, voici notre sélection des meilleurs drones en 2020.

Un peu comme les caméras d’action, le marché des drones s’est assagi après quelques années survoltées. Malgré quelques tentatives de la part de Parrot ou Xiaomi, c’est DJI s’est imposé comme la référence du drone grand public.

Et force est d’avouer que le chinois règne en despote éclairé sur la catégorie. Non seulement la conception logicielle et matérielle de ses produits est impeccable, mais le suivi SAV est aux petits oignons et l’accès aux pièces détachées aisé.

Car oui, acheter un drone c’est aussi prendre le risque de l’endommager de manière plus ou moins spectaculaire. DJI propose d’ailleurs une garantie annuelle DJI Care Refresh offrant jusqu’à deux remplacements par an. Son tarif est relativement modique (49 euros par an pour un Mini 2) et on vous le recommande chaudement d’y souscrire.

Petit tour d’horizon des meilleurs drones du moment, avec de quoi satisfaire autant les débutants que les amateurs éclairés.

DJI Mavic Air 2 : notre recommandation

Le Mavic Air se situe à mi-chemin entre le DJI Mavic Mini et le DJI Mavic Pro dont nous reparlerons plus bas. Cette deuxième version sortie en mai 2020 embarque un capteur capable de filmer en 4K HDR à 30 images par seconde (ips), ou sans HDR à 60 ips. Il peut aussi monter à 240 ips en Full HD pour des effets de ralenti. Monté sur une nacelle stabilisée 3 axes, le capteur, similaire à ce que l’on peut trouver sur un smartphone haut de gamme de 2020. Autrement dit, dans l’ensemble l’image est excellente, mais pas parfaite.

DJI Mavic Air 2

Le DJI Mavic Air 2 // Source : Romain Heuillard pour Frandroid

On appréciera également ses performances en vol. Outre les modes de pilotage « Tripod », vous filmer en douceur et « Normal », vous avez la possibilité d’atteindre une vitesse de 68 km/h en mode sport. Mode à réserver aux pilotes expérimentés, car les capteurs d’obstacles sont désactivés dans ce mode. C’est justement l’autre nouveauté sur ce modèle : l’arrivée de capteurs d’obstacles avant, arrière et vers le bas. Les capteurs latéraux et vers le haut sont en revanche absents. Sachez également que cet Air 2 est plus robuste et devrait donc résister aux crashs les plus courants. Divers modes de vols automatiques sont également de la partie.

Enfin, on salue les efforts sur la batterie avec 25 minutes de temps de vol effectif d’après nos tests. La télécommande a également été ajustée pour plus de praticité, elle intègre surtout désormais une batterie afin d’éviter de vider trop rapidement celle du téléphone. Dernière nouveauté : elle utilise désormais la liaison radio maison baptisée OcuSync 2.0 pour une portée théorique de 6 km. Il sera sans doute difficile de l’exploiter totalement en raison de la législation française imposant d’avoir constamment l’appareil en visuel, mais cela devrait renforcer la puissance du signal à travers les obstacles, même à faible portée.

Au final, le Mavic Air 2 est sans conteste le meilleur drone grand public. C’est notre recommandation. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre test du Mavic Air 2.

Pourquoi choisir le Mavic Air 2 ?

  • C’est le drone le plus polyvalent
  • Une très bonne qualité d’image
  • Les capteurs d’obstacles
  • (Moins de 800 grammes, pas besoin de formation)
Le Mavic Air 2 est disponible au prix conseillé de 849 euros.

DJI Mavic 2 : le haut de gamme

Fin août 2018, DJI a présenté sa nouvelle gamme de drones Mavic 2. Concernant le DJI Mavic 2 Zoom, il est équipé d’une caméra avec un zoom optique. Il est ainsi possible de passer d’une distance focale de 24 mm à un zoom x2 à 48 mm. Ce nouveau drone est par ailleurs doté d’un capteur de 1/2,3 pouce et peut capturer des clichés de 12 mégapixels et permet de filmer en 4K à 100 Mb/s avec le codec H.265.

Pour ce qui est du modèle DJI Mavic 2 Pro, il intègre un capteur d’un pouce permettant de capturer des clichés de 20 mégapixels. Il ne propose pas de zoom, mais la caméra, conçue en partenariat avec Hasselblad, permet de régler l’ouverture focale entre f/2,8 et f/11. Elle permet également de capturer les vidéos 4K avec un profil couleur en 10 bits.

À gauche le Mavic 2 Zoom, à droite le Mavic 2 Pro

À gauche le Mavic 2 Zoom, à droite le Mavic 2 Pro

Le nouveau Mavic 2 de DJI permet quatre modes de pilotage : libre, cercle, course lock et waypoint. Il peut aller jusqu’à une vitesse de 72 kilomètres par heure et intègre huit capteurs pour analyser les alentours et éviter les obstacles. Du côté de l’autonomie, DJI promet jusqu’à 31 minutes de vol sans interruption. Enfin, pour la gestion des photos et vidéos, le drone offre un stockage interne de 8 Go extensibles via MicroSD jusqu’à 128 Go.

Pourquoi recommande-t-on les Mavic 2 Pro ou Zoom ?

  • Pour son zoom optique (Zoom) ou l’ouverture focale réglable (Pro)
  • Pour ses modes de pilotage
  • Pour son autonomie
Le DJI Mavic 2 Zoom est généralement proposé à plus de 1 000 euros tandis que le DJI Mavic 2 Pro est à environ 1 500 euros.

DJI Mavic Mini 2 : le bon rapport qualité/prix

Un an pile après avoir écrasé ce qui restait de concurrence dans les drones abordables DJI en remet une couche avec le Mavic Mini 2. Les fondamentaux restent les mêmes, à savoir un drone simple à utiliser et surtout pesant moins de 250g. Cela veut dire qu’à partir du premier janvier il ne devrait pas nécessiter de formation ou d’enregistrement en ligne. Ces contraintes de poids font que le format n’évolue pas.

 

Parmi les changements on note l’adoption attendue de l’USB-C mais aussi des moteurs un peu plus puissants, ce qui lui permettra de tenir plus solidement face au vent. Le système de transmission passe à l’OcuSync 2.0 utilisé par les modèles haut de gamme. La portée théorique passe donc à 10 km. Surtout on récupère une télécommande bien plus confortable. Si le capteur lui-même ne change pas, on a désormais la possibilité d’enregistrer en 4K sur la carte mémoire et en direct sur en téléphone en Full HD.

Le Mini 2 progresse donc sur tous les plans et se rapproche de plus en plus de ses grands frères. Le prix augmente d’ailleurs en parallèle de 60 € pour le drone de base et de 100 € pour le pack « Fly More » que nous vous recommandons chaudement. Une augmentation justifiée selon nous au vu des progrès effectués. Pour un tour d’horizon bien plus exhaustif direction notre test.

Pourquoi opter pour le DJI Mavic Mini 2 ?

  • Son excellent rapport qualité-prix
  • Une caméra 4K satisfaisante
  • Sa petite taille et son poids plume

DJI Ryze Tello : pour débuter

Le DJI Ryze Tello est un drone spécialement dédié aux débutants et à un public jeune. En effet, le drone est léger (80 grammes), il tient dans la main (9,80 x 9,25 x 4,10 cm) et il propose un côté éducatif, on peut le programmer avec Scratch, un système de codage accessible aux enfants.Il embarque une caméra de 5 mégapixels, capable de filmer en 720p 30 ips, une autonomie de 13 minutes, une vitesse maximale de 8 mètres par seconde et une portée de 100 mètres maximum. Il intègre un bon nombre de fonctionnalités comme le décollage et l’atterrissage automatique et l’exécution de figures comme des flips.

Pourquoi choisir le DJI Ryze Tello ?

  • Prendre des vidéos avec une belle qualité d’images
  • Ses modes de vols : contrôle avec les gestes ou suivi d’une cible
  • Une prise en main facile
Il est disponible pour 100 euros environ.

Avant d’acheter

Quels sont les prérequis pour piloter mon drone ?

Si votre drone pèse moins de 800 grammes, vous n’avez pas l’obligation de passer un test en ligne pour exercer leur passion. Au-dessus, les drones devront être enregistrés sur la plateforme AlphaTango, et une formation en ligne devra être effectuée pour voler en toute légalité. Il est accessible gratuitement sur la plateforme qui délivre une attestation valable pendant 5 ans à toujours posséder sur soi, sous peine d’être sanctionné. Sachez que certains drones assez grand public sont concernés comme le Mavic 2 Pro.

Où ai-je le droit de piloter mon drone ?

Pour faire simple, vous avez principalement le droit de voler dans les limites de votre terrain privé, et en dehors des zones interdites indiquées sur le site Geoportail. Le survol des agglomérations est bien évidemment strictement interdit, tout comme ceux des sites dits sensibles comme les terrains militaires ou les aéroports. Les zones avoisinantes sont également limitées à certaines altitudes allant de 50 à 150 mètres. Dans tous les cas, il est interdit de dépasser 150 mètres d’altitude.

Quelles sont les autres interdictions de pilotage de drone ?

Il existe une dizaine d’interdictions ou de bonnes pratiques récapitulées dans un guide du bon usage. Cela relève généralement du bon sens : interdiction de survoler les personnes, conserver des distances de sécurité et respecter la vie privée du voisinage. Il est également interdit de voler de nuit, même si le drone dispose de dispositifs lumineux. Il faut également conserver à tout moment l’appareil de vue. Le pilotage à la première personne (FPV) est possible dans certaines circonstances, dont la présence d’un « copilote ».

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Maintenant que vous êtes à l’aise avec la législation en place, vous allez pouvoir choisir un drone en fonction de vos besoins et de votre budget. Si c’est votre premier drone, n’hésitez pas à essayer un modèle pour débutant afin de comprendre les bases du pilotage puis à investir dans un drone plus performant.

Les derniers articles