Test du DJI Air 3 : il chasse sur les terres du Mavic 3 Pro

Drones ‱ 2023

Deux objectifs, une dynamique d’image de haute volĂ©e, une dĂ©tection d’obstacles omnidirectionnelle, une technologie de transmission vidĂ©o exclusive
 le DJI Air 3 n’est pas seulement un super remplaçant du Air 2S, mais aussi un concurrent valable du grand Mavic 3 Pro pour les photographes et vidĂ©astes amateurs.

Test DJI Air 3
 

Direction l’Irlande pour tester le DJI Air 3, histoire de voir comment ce drone se frotte aux conditions venteuses du pays, aux mille nuances de vert de sa campagne ou aux lumiĂšres intenses de son littoral, et, Ă©videmment, son climat capricieux. Pendant un mois, j’ai portĂ© Ă  l’épaule l’Air 3, aux cĂŽtĂ©s de mon Canon 6D Mark II, et l’ai dĂ©gainĂ© autant que la mĂ©tĂ©o le permettait, souvent par grand vent, pour rĂ©aliser prĂšs de 1000 photos et vidĂ©os avec le drone. Un test long et exhaustif, qui m’a permis de bien cerner le DJI Air 3 et sa nouvelle tĂ©lĂ©commande RC2.

Test DJI Air 3
Photo à 90° vers le bas en mode 48 MP (24 mm) // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Pour la premiĂšre fois, DJI Ă©quipe un modĂšle de la sĂ©rie Air d’un second objectif, un atout et un privilĂšge jusqu’ici rĂ©servĂ© Ă  la gamme premium Mavic et qui ouvre le champ des possibles en termes de crĂ©ativitĂ© et d’aspects pratiques. L’intĂ©gration de ce tĂ©lĂ©objectif fait reposer sur le DJI Air 3 des contraintes mĂ©caniques plus importantes, notamment un besoin de stabilitĂ© accru en vol, qui va de pair avec un gabarit plus imposant et quelques grammes en plus. De ce point de vue, il est peu probable que la sĂ©rie Mini (< 250 g) hĂ©rite d’un second objectif et l’écart se creuse donc en peu plus avec la gamme Air. Au contraire, il semble se rĂ©duire avec la gamme Mavic, tant les images produites par l’Air 3 sont Ă©tonnantes. Il reste toutefois au Mavic 3 Pro des fonctions pro, comme l’enregistrement vidĂ©o en format brut Apple ProRES — qui ne prĂ©sente guĂšre d’intĂ©rĂȘt pour le vidĂ©aste amateur — et bien entendu une optique Ă  ouverture variable signĂ©e Hasselblad.

DJI Air 3 Fiche technique

Le drone testĂ© a Ă©tĂ© prĂȘtĂ© par le constructeur.

DJI Air 3 Une belle qualité de fabrication

En comparaison du Air 2S, le DJI Air 3 est un drone plus imposant, tant au niveau du corps que de ses bras. Ses performances accrues et sa meilleure rĂ©sistance au vent nĂ©cessaire avec son tĂ©lĂ©objectif y sont certainement pour beaucoup. Pour autant, avec 720 grammes et 32 x 25 x 10 cm pliĂ©, le DJI Air 3 s’emmĂšne facilement avec soi.

Test DJI Air 3
Le DJI Air 3 et sa coque de protection de nacelle // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Son poids dĂ©passant les 250 grammes, un certificat d’aptitude est nĂ©cessaire pour le piloter. Une rapide formation en ligne (gratuite) sur le site alphatango de l’aviation civile, puis un test de connaissances en ligne (et de bon sens) requiĂšrent une demi-journĂ©e environ. En outre, le DJI Air 3 est conforme Ă  la certification C1 qui entrera en vigueur en 2024.

Test DJI Air 3
Le DJI Air 3 // Source : Tristan Jacquel – Frandroid

La qualitĂ© d’assemblage est au-dessus de tout soupçon, chaque Ă©lĂ©ment Ă©tant impeccablement intĂ©grĂ©. La nacelle est protĂ©gĂ©e avec un cache en plastique qui est un peu difficile Ă  emboĂźter au tout dĂ©but. Le corps du drone est flanquĂ© de multiples capteurs et objectifs pour la dĂ©tection des obstacles, de LED clignotantes de positionnement et d’un systĂšme d’éclairage intĂ©rieur pour atterrir plus facilement de nuit.

Test DJI Air 3
Le DJI Air 3 // Source : Tristan Jacquel – Frandroid

Le logement de la batterie est situĂ© Ă  l’arriĂšre et juste en dessous, la trappe pour la carte microSD et le connecteur USB-C (charge, transfert de fichiers). Attention, DJI ne communique aucune certification IP et l’utilisation sous la pluie est donc sujette Ă  caution. Pas de quoi s’inquiĂ©ter outre mesure, car, tout au long de ce test, des averses inattendues ont Ă©maillĂ© les vols du Air 3, sans que cela ne pose de problĂšme.

DJI Air 3 De trĂšs bons objectifs

Le DJI Air 3 est donc Ă©quipĂ© de deux objectifs, un grand-angle Ă©quivalent 24 mm (f/1,7) et un tĂ©lĂ© Ă©quivalent 70 mm (f/2,8), empruntĂ©s respectivement aux DJI Mini 3 Pro et Mavic 3 Pro. Si le grand-angle de 24 mm du DJI Air 3 cadre un poil moins large que le 22 mm du Air 2S, il laisse entrer plus de lumiĂšre (f/1,7 contre f/2,8) et permet donc d’obturer plus vite, au profit d’images plus nettes. L’ajout d’une focale d’Ă©quivalence 70 mm — empruntĂ©e au Mavic 3 Pro — est une excellente nouvelle Ă  bien des Ă©gards. Tout d’abord, ce petit tĂ©lĂ© permet de filmer plus prĂšs sans approcher le drone du sujet, ce qui est pratique dans bien des cas.

Test DJI Air 3
Cliché au 24 mm // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid
Test DJI Air 3
Cliché au 70 mm // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Cette focale Ă©vite de faire parcourir au drone plusieurs centaines de mĂštres supplĂ©mentaires, un point essentiel lorsque la transmission radio n’est pas optimale, que l’autonomie commence Ă  faiblir ou Ă  l’approche d’une zone oĂč il n’est pas souhaitable/autorisĂ© de voler. Filmer de plus loin est aussi une aubaine pour ne pas dĂ©ranger les animaux, qui ne se sauvent ainsi pas Ă  l’approche du drone. J’en suis tĂ©moin : le mouton irlandais prĂ©fĂšre le 70 mm. Ensuite, cette focale offre une compression de champ intĂ©ressante, ainsi qu’un effet parallaxe sĂ©duisant en vidĂ©o, lorsque le drone tourne autour du sujet (l’arriĂšre-plan tourne alors nettement plus vite).

Pardonnez le cĂŽtĂ© terne de l’image, le ciel Ă©tait dĂ©sespĂ©rĂ©ment bouchĂ© ce jour-lĂ  (70 mm, 4K60, D-LOG M) // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Le DJI Air 3 est le premier drone de la sĂ©rie Air Ă  recevoir un second objectif est c’est clairement un atout pour la crĂ©ativitĂ©. Cependant, l’utilisation simultanĂ©e des deux objectifs n’est pas prĂ©vue : il faut utiliser l’un ou l’autre lorsqu’on filme et faire son choix avant de de filmer. Pour changer d’objectif, il est nĂ©cessaire d’arrĂȘter l’enregistrement.

Deux capteurs identiques

Bonne nouvelle, c’est le mĂȘme capteur qui est associĂ© aux deux objectifs de 24 et 70 mm, ce qui garantit une parfaite homogĂ©nĂ©itĂ© colorimĂ©trique entre les deux focales, tant en photo qu’en vidĂ©o. Ce capteur est le mĂȘme que celui qui Ă©quipe le DJI Mavic 3 Pro (70 mm) et le DJI Mini 3 Pro, soit un capteur CMOS au format 1/1,3″, au ratio 4/3, et Ă  la dĂ©finition de 48 MP. Il est certes plus petit que celui du DJI Air 2S (1’’) mais technologiquement plus Ă©voluĂ© — il est empilĂ© — et utilise la technique du pixel binning (plusieurs photosites sont combinĂ©s pour crĂ©er un pixel) pour accroĂźtre sa dynamique.

Test DJI Air 3
Image RAW éditée sous Lightroom, avec légÚre réduction des hautes lumiÚres, trois fois rien (70 mm) // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Cela permet d’amĂ©liorer la sensibilitĂ© ainsi que la plage dynamique, et d’offrir des possibilitĂ©s de zoom numĂ©rique intĂ©ressantes. Nous y reviendrons, mais ce petit capteur est franchement bluffant.

DJI Air 3 Une télécommande inédite

Le DJI Air 3 est proposĂ© avec deux tĂ©lĂ©commandes au choix, la DJI RC-N2 qui nĂ©cessite d’y arrimer un smartphone pour en utiliser l’écran avec l’app DJI Fly, ainsi que la nouvelle DJI RC2, Ă©quipĂ©e d’un Ă©cran LCD de 5,5 pouces. Cette seconde tĂ©lĂ©commande est disponible avec le pack Fly More (+ 349 €), qui comprend un jeu de 2 batteries supplĂ©mentaires et un dock de charge Ă  3 emplacements. L’écran de la tĂ©lĂ©commande RC2 offre une luminositĂ© de 700 cd/mÂČ au maximum, ce qui est un peu juste en plein soleil pour avoir une perception valable des couleurs et de la composition d’image, mais suffisant pour piloter le drone dans de bonnes conditions.

Test DJI Air 3
La télécommande DJI RC2 // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

La vidĂ©o reçue du DJI Air 3 est au format 720p60 et peut ĂȘtre Ă©ventuellement exploitĂ©e pour une diffusion en direct via le protocole TRMP. La RC2 dispose d’un stockage de 32 Go, dont une dizaine sont occupĂ©s par le systĂšme d’exploitation et l’app DJI Fly. Un logement pour carte microSD est toutefois prĂ©sent si l’utilisateur souhaite enregistrer la vidĂ©o de contrĂŽle reçue du drone, ou bien tĂ©lĂ©charger les photos et vidĂ©os dans la tĂ©lĂ©commande. L’autonomie de la tĂ©lĂ©commande est bien suffisante, avec environ 4 heures Ă  pleine luminositĂ©. Elle se recharge en un peu plus d’une heure avec un chargeur 20 W.

Délai trÚs raisonnable avant décollage

La tĂ©lĂ©commande RC2 nĂ©cessite environ 25 secondes pour dĂ©marrer et charger l’app DJI Fly et, Ă  supposer que le drone ait captĂ© suffisamment de satellites pour son signal GPS, il peut dĂ©coller immĂ©diatement. Si l’on ajoute Ă  ce temps celui nĂ©cessaire pour sortir le drone d’un fourre-tout, ĂŽter la coque de protection de la nacelle, dĂ©plier ses bras et le positionner Ă  un endroit propice au dĂ©collage, il faut tabler sur une minute au minimum avant de pouvoir voler.

Une vidéo de contrÎle enregistrée avec la télécommande DJI RC2 (720p60, 8 bits) // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

En pleine campagne, j’ai souvent dĂ» attendre 20 Ă  30 secondes supplĂ©mentaires pour que le GPS compte suffisamment de connexions et que l’appareil enregistre avec prĂ©cision les coordonnĂ©es de son point de dĂ©part. Comptez donc 1 min 30 s avant de pouvoir faire dĂ©coller le DJI Air 3 en Ă©tant certain qu’il pourra revenir automatiquement Ă  son point de dĂ©part.

Depuis septembre 2023, un nouveau firmware permet d’afficher le point d’atterrissage et l’itinĂ©raire de retour en rĂ©alitĂ© augmentĂ©e, directement dans l’image. Une ombre du drone est mĂȘme incrustĂ©e dans l’image lorsque la camĂ©ra est orientĂ©e vers le sol, sur la zone d’atterrissage. C’est Ă©galement trĂšs pratique en mode manuel pour retrouver le point de dĂ©part.

Niveau de bruit

Un drone est par dĂ©finition bruyant — façon essaim d’abeilles — et l’Air 3 ne fait pas exception avec 81 dB. Mais si l’on respecte la lĂ©gislation qui oblige Ă  voler Ă  50 mĂštres de tout public, il reste peu probable que l’Air 3 dĂ©range qui que ce soit. En ce qui concerne les animaux, c’est une autre histoire et cela dĂ©pend beaucoup de l’espĂšce. Certains restent stoĂŻques et d’autres dĂ©guerpissent, tout du moins lorsqu’on filme avec le 24 mm. Avec le 70 mm, je n’ai jamais fait fuir le moindre animal.

Test DJI Air 3
Le toit d’un van, une piste de dĂ©collage bien pratique // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Autre source de bruit, le ventilateur interne du DJI Air 3 se met rapidement en action et génÚre un bruit de 50 dB à 50 cm. Pour éviter ce désagrément, mieux vaut extraire la carte du drone pour en copier le contenu, plutÎt que de mettre le drone sous tension et le brancher à son ordinateur.

Une distance de contrĂŽle accrue

Le DJI Air 3 est le premier drone DJI Ă  bĂ©nĂ©ficier de la nouvelle technologie de transmission DJI O4 tri-bande et voit sa distance de contrĂŽle maximale passer de 12 Ă  20 km. Outre que la lĂ©gislation française impose une limite de 8 km et oblige Ă  piloter son drone en le gardant en vue, ces distances sont purement thĂ©oriques, l’Air 3 n’étant pas capable d’effectuer un vol de 40 km (2×20) avec une charge de batterie. En pratique, pas de miracle, les ondes radio peinent Ă  traverser certains reliefs du paysage. Il m’est arrivĂ© de perdre la connexion Ă  500 mĂštres seulement, car une petite colline gĂȘnait la transmission. D’oĂč l’importance de rĂ©gler le drone pour qu’il revienne Ă  son point de dĂ©part en pareilles circonstances (ce qu’il n’a pas manquĂ© de faire). Lorsqu’aucun obstacle ne s’interposait entre la tĂ©lĂ©commande RC2 et l’Air 3, j’ai pu le piloter gĂ©nĂ©ralement sans mal jusqu’à 3 km (j’ai de bons yeux), tout en recevant un flux vidĂ©o HD 60p sans saccades. Impressionnant.

Vitesse et résistance au vent

Le DJI Air 3 dispose de trois modes de pilotage : CinĂ©ma, Normal et Sport. En mode cinĂ©ma ses dĂ©placements sont doux et sa vitesse horizontale maximale est de 20 km/h environ. En mode normal, le drone est nettement plus nerveux dans ses mouvements et peut atteindre 42 km/h. En mode sport enfin, il flirte avec les 70 km/h, avec une concession importante toutefois : l’évitement automatique d’obstacles ne peut plus ĂȘtre utilisĂ©.

Les conditions de vent Ă©taient assez pĂ©rilleuses ce jour-lĂ , pourtant le DJI Air 3 n’a pas bronchĂ© (24 mm, 4K60, D-LOG M) // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Ces performances sont identiques Ă  celles du DJI Air 2S, Ă  l’exception de la rĂ©sistance au vent qui passe de 36 Ă  42 km/h dĂ©sormais, vraisemblablement Ă  la faveur du poids supĂ©rieur du Air 3. Ce drone est vif et rĂ©agit au doigt et Ă  l’Ɠil. La douceur et la progressivitĂ© des joysticks de la tĂ©lĂ©commande sont Ă  saluer.

Évitement d’obstacles

Le Air 3 est le premier drone de la gamme Air Ă  ĂȘtre Ă©quipĂ© de la technologie de contournement d’obstacles APAS 5.0, jusqu’ici rĂ©servĂ©e aux modĂšles Mavic 3. En plus de la dĂ©tection d’obstacles Ă  l’avant, Ă  l’arriĂšre, au-dessus et au-dessous du Air 2S, le DJI Air 3 observe Ă©galement ce qui se passe sur ses flancs et jusqu’à 30 mĂštres de distance. En cas de proximitĂ© d’un obstacle, la tĂ©lĂ©commande affiche immĂ©diatement une trace lumineuse orange ou rouge selon la distance et adapte immĂ©diatement la vitesse du drone en vol libre, ou bien sa trajectoire en mode suivi, par exemple.

La nacelle s’oriente davantage vers le haut

En comparaison du DJI Air 2S, la nacelle de l’Air 3 a considĂ©rablement Ă©voluĂ©. Plus imposante avec ses deux objectifs, elle bĂ©nĂ©ficie d’une plus grande latitude d’inclinaison, puisqu’en plus de filmer jusqu’à 90° vers le bas, elle peut le faire jusqu’à 60° vers le haut. C’est pratique pour photographier et filmer en contre-plongĂ©e. La stabilisation de la nacelle est performante et les 720 grammes du DJI Air 3 l’aident grandement Ă  bien se stabiliser lorsque le vent forcit. En un mois de test, jamais je n’ai eu Ă  me plaindre de problĂšmes d’assiette en filmant, malgrĂ© quelques alertes « vent fort » sur l’Ă©cran de la tĂ©lĂ©commande.

Le drone est un excellent moyen de découvrir des paysages invisibles depuis terre (24 mm, 4K60, D-LOG M) // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

J’y suis particuliĂšrement attentif en milieu marin, oĂč une ligne d’horizon de travers se voit comme le nez au milieu de la figure. Il arrive toutefois que la nacelle se dĂ©rĂšgle un peu et nĂ©cessite un recalibrage avec l’app. Cela ne prend qu’une minute.

Tracking et automatismes

L’app DJI Fly offre plusieurs fonctions d’assistance en vol, pour aider l’utilisateur Ă  trouver le bon cadrage ou Ă  ne pas perdre son sujet. En dessinant Ă  l’écran la zone oĂč se trouve le sujet, on accĂšde immĂ©diatement aux fonctions Focus, Tracking et POI. La premiĂšre permet de conserver le sujet au centre de l’image, quels que soient les mouvements du drone et n’implique d’ailleurs pas de filmer simultanĂ©ment. Le mode Focus est ainsi trĂšs utile pour trouver le cadrage adaptĂ© Ă  une photo par exemple. Le mode Tracking permet de suivre un sujet en mouvement, en se positionnant derriĂšre, devant, Ă  gauche ou Ă  sa droite.

Sur cette vidéo, le drone parvient à évaluer les rotations du sujet et se repositionne pour le filmer uniquement de dos (24 mm, 4K60, D-LOG M) // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Cela fonctionne trĂšs bien, Ă  condition de filmer d’assez prĂšs, sans quoi le sujet peut ĂȘtre perdu. Le mode POI (Point of Interest) fait voler le drone en cercle autour du sujet, Ă  une vitesse dĂ©finie par l’utilisateur.

Le mode POI permet de faire automatiquement le tour du sujet dĂ©fini, selon une vitesse ajustable par l’utilisateur (24 mm, 4K60, D-LOG M) // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Enfin, le mode MasterShots rĂ©alise automatiquement une demi-douzaine de mouvements chorĂ©graphiĂ©s autour du sujet, Ă  charge pour l’utilisateur d’Ă©diter le fichier vidĂ©o obtenu avec un logiciel tiers, pour exploiter l’une ou l’autre des sĂ©quences. Notez qu’il est possible de crĂ©er des waypoints (points sur le parcours) avec la tĂ©lĂ©commande afin de reproduire ensuite automatiquement un itinĂ©raire avec le DJI Air 3. Cela peut ĂȘtre pratique pour filmer un mĂȘme sujet avec diffĂ©rentes conditions de lumiĂšre, en fonction de la journĂ©e ou des saisons, par exemple, ou bien pour crĂ©er des vidĂ©os hyperlaspes.

DJI Air 3 Un temps de vol en nette hausse

L’autonomie du DJI Air 3 est en nette amĂ©lioration vis-Ă -vis du Air 2S, avec 46 minutes (au maximum) au lieu de 31, soit une progression supĂ©rieure Ă  50 %. Ces valeurs sont nĂ©anmoins Ă  relativiser, puisque DJI mesure l’autonomie de ses drones en mouvement linĂ©aire Ă  vitesse moyenne, au niveau de la mer, sans vent, systĂšme de dĂ©tection d’obstacle inactif et en enregistrant en 1080/24 p seulement. En vol stationnaire, l’autonomie est de 42 minutes au maximum (sans vent).

Un simple survol de pré salé en Irlande, avec quelques moutons peints (24 mm, 4K60, D-LOG M) // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Tout au long du mois qu’a durĂ© le test du Air 3, j’ai observĂ© une autonomie maximum d’environ 30 minutes, dans des conditions de vent souvent dĂ©licates (bord de mer), en pilotant majoritairement le drone en mode Normal et en filmant en 4K/60 p (processeur sollicitĂ© au maximum). En vol stationnaire, l’autonomie rĂ©elle est de 40 minutes.

DJI Air 3 Vidéo

Le DJI Air 3 filme en 16/9 en 1080p ou en 4K, avec des cadences de 24, 25, 30, 48, 50 ou 60 images par seconde, ainsi qu’en ralenti en 1080p120 et 4K100. Deux codecs sont disponibles pour l’enregistrement, l’AVC et le HEVC. C’est le drone qui dĂ©termine le dĂ©bit de donnĂ©es, compris entre 37 et 150 Mbps selon la rĂ©solution, la cadence et le codec choisis par l’utilisateur.

Cette vidĂ©o en mode 8 bits en 4K60 n’a pas Ă©tĂ© retouchĂ©e // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Un mode vertical fait son apparition, afin de produire des vidĂ©os 1080p ou 2,7 K Ă  destination d’Instagram, Tiktok et consorts. L’atout du DJI Air 3 en comparaison des drones d’entrĂ©e de gamme du fabricant, c’est la possibilitĂ© d’enregistrer en plus du mode 8 bits, en mode 10 bits D-LOG M. Dans ce dernier mode, le drone produit une vidĂ©o avec bien plus d’informations dans les zones de basses et hautes lumiĂšres, mais il faut se livrer Ă  un petit exercice de post-traitement avec un ordinateur, une tablette ou un smartphone et appliquer un filtre, tĂ©lĂ©chargeable sous la forme d’un fichier LUT (Look Up Table) sur le site de DJI (attention Ă  bien sĂ©lectionner la LUT du Air 3 et pas celle d’un autre drone).

Les vidéos ne sont jamais aussi belles que lorsque le drone filme en mode D-LOG M // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Il existe de nombreuses applications permettant d’appliquer ce filtre correctif, comme VideoLUT ou LumaFusion et tous les outils de montage vidĂ©o (PremiĂšre, Resolve, Final Cut Pro
). Bref, un petit clic et l’on accĂšde Ă  une image encore plus riche, propice Ă  des rĂ©glages colorimĂ©triques fins. Notez que DJI recommande l’app mobile Light Cut pour effectuer des montages automatiques grĂące Ă  l’IA.

MĂȘme lorsque la lumiĂšre n’est pas extraordinaire, le DJI Air 3 dĂ©livre une image hyper prĂ©cise // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid.

Pendant mon voyage, j’ai rapidement Ă©tĂ© convaincu par le bĂ©nĂ©fice du mode D-LOG M et ai pratiquement filmĂ© dans ce seul mode, en 4K60 tant la haute cadence apporte un surcroĂźt de dĂ©finition Ă  couper le souffle, notamment Ă  basse altitude lorsque le paysage dĂ©file vite. En comparaison avec les DJI Air 2S et Mini 3 Pro, le DJI Air 3 produit des vidĂ©os aux zones sombres jamais bouchĂ©es et nourries de dĂ©tails qu’on peut faire ressortir en post-prod. De la mĂȘme maniĂšre, les zones Ă©ventuellement surexposĂ©es (Ă©cume sur l’eau, ciel clair…) sont pleines de dĂ©tails que l’on peut rĂ©cupĂ©rer sans mal. La plage dynamique des deux capteurs est excellente !

DJI Air 3 Photo

L’autre surprise du DJI Air 3, c’est la qualitĂ© de ses photos. MĂȘme si les capteurs embarquĂ©s sont plutĂŽt petits (1/1,3’’), leur dynamique est donc Ă©patante et les deux blocs optiques offrent une dĂ©finition apprĂ©ciable. Pour s’en convaincre, il faut absolument dĂ©laisser le mode JPEG, qui ne rend pas du tout hommage aux performances du capteur, rĂ©duit les nuances de couleurs et ajoute aux photos des contours durs et trop contrastĂ©s. En photographiant en fichier RAW (12 ou 48 MP) puis en convertissant l’image en JPEG sous Lightroom, les clichĂ©s dĂ©voilent une quantitĂ© de dĂ©tails Ă©tonnants, notamment dans les zones surexposĂ©es et sous-exposĂ©es (encore plus qu’en vidĂ©o D-LOG M).

Test DJI Air 3
Un poil de lens flare dans le coin infĂ©rieur gauche, mais compte tenu des conditions de lumiĂšre complexes, le DJI Air 3 s’en sort avec les honneurs (24 mm) // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

La subtilitĂ© des couleurs et les fines variations de tons sont franchement admirables. Il y a bien parfois quelques aberrations chromatiques sur les Ă©lĂ©ments les plus contrastĂ©s et lumineux (en zoomant dĂ©raisonnablement), mais elles sont supprimĂ©es en un clic avec n’importe quelle application de conversion RAW-JPEG (Lightroom, Photomator
).

Test DJI Air 3
Photo RAW prise en mode auto avec le 70 mm // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

TrĂšs rapidement, j’ai pris le pli de ne shooter qu’en RAW 48 MP et de gĂ©nĂ©rer aprĂšs retouches des images de 24 MP — par Ă©conomie de stockage — soit la rĂ©solution de mon boĂźtier Canon. Et, surprise, les JPEG gĂ©nĂ©rĂ©s pĂšsent bien plus lourd que ceux de mon reflex, signe que les images du drone regorgent de dĂ©tails.

RĂ©glages photo

Deux modes de prises de vue sont proposĂ©s : automatique et pro. Dans le premier cas, le drone ajuste l’exposition de l’image automatiquement, l’utilisateur ayant simplement le choix de faire Ă©ventuellement varier l’exposition par 1/3 d’EV (-3/+3 EV). Il est possible d’afficher un histogramme d’exposition ainsi que des alertes sur l’image de surexposition, mais la plupart du temps les photos sont bien exposĂ©es et les lĂ©gers problĂšmes d’exposition sont compensables en un rien de temps depuis les fichiers RAW (avec une app tierce donc). En mode manuel, la sensibilitĂ© ISO et la vitesse d’obturation (1/8000 Ă  8 s) peuvent ĂȘtre dĂ©finies manuellement, ainsi que l’exposition lĂ  encore par tiers d’EV. Faute de diaphragme mĂ©canique, l’ouverture des deux objectifs ne peut varier et le seul moyen d’obtenir de plus faibles vitesses d’obturation en vidĂ©o (pour un look plus cinĂ©ma) nĂ©cessite d’utiliser les filtres ND optionnels de l’Air 3.

Modes panorama et bracketing d’exposition

Les modes Panorama ou SphĂšre produisent des images gigantesques, jusqu’à 70 MP, par assemblage (automatique) de plusieurs clichĂ©s. LĂ  encore, mieux vaut shooter en RAW pour prĂ©server un maximum de dĂ©tails, puis laisser le drone gĂ©nĂ©rer la photo finale. Les prises de vue successives prennent jusqu’à une minute voire davantage, selon le mode choisi (panorama, sphĂšre, vertical
) et l’image finale fait son petit effet (voir ci-dessous).

Test DJI Air 3
RĂ©duite ici, l’image panoramique JPEG gĂ©nĂ©rĂ©e par le drone mesure plus de 10 000 pixels de large et pĂšse plus de 20 Mo // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Plus intĂ©ressant pour les photographes amateurs, le mode AEB (Automatic Exposition Bracketing) permet de rĂ©aliser automatiquement plusieurs clichĂ©s exposĂ©s de maniĂšre diffĂ©rente, afin de les mĂ©langer ensuite pour obtenir une plage dynamique Ă©largie, lorsque les conditions d’éclairage sont extrĂȘmes (coucher de soleil, contre-jour
). En mode 12 MP, il est possible de prendre entre 3 et 5 clichĂ©s successifs, tandis qu’en 48 MP, le DJI Air 3 se limite Ă  3 clichĂ©s, avec des Ă©carts d’exposition de 0,7 EV.

Test DJI Air 3
Une image RAW de 12 MP convertie sans guĂšre de retouches en JPEG via Lightroom (24 mm) // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Pour exploiter cette fonction, il faut toutefois utiliser un logiciel spécifique pour fusionner les clichés (Lighroom par exemple). Enfin, le DJI Air 3 peut photographier à intervalles de 2/3/5/7/10/15/20/30/60 secondes pour créer des vidéos hyperlapses.

Stockage

Le DJI Air 3 dispose d’un stockage intĂ©grĂ© de 8 Go et d’un emplacement pour une carte microSD jusqu’à 256 Go. L’enregistrement vidĂ©o en 4K60 nĂ©cessite de 750 Mo Ă  1,1 Go par minute et une carte de 256 Go permet de stocker jusqu’à 4 heures de rushes en UHD. En mode 4K30 ou 1080p60, cette durĂ©e passe Ă  8 heures environ et double encore en 1080p30. Quant aux photos, les images RAW de 48 MP pĂšsent chacune environ 100 Mo. Autrement dit, le stockage interne a le mĂ©rite d’exister et de dĂ©panner en cas d’oubli de carte, mais il n’est pas suffisant. Au terme du mois qu’a durĂ© le test du DJI Air 3, j’ai utilisĂ© un peu plus de 210 Go, pour un millier de photos RAW et vidĂ©os 4K60, en utilisant tous les jours le drone.

Un Pack Fly More intéressant

Le Pack Fly More comprend une sacoche de transport Ă  bandouliĂšre et revĂȘtement en nylon, dans laquelle le DJI Air 3, la tĂ©lĂ©commande RC2 et socle tri-batteries peuvent pendre place, chacun dans un compartiment adaptĂ©. À l’intĂ©rieur, une petite poche frontale permet de glisser d’éventuels accessoires et pourquoi pas un smartphone. La doublure intĂ©rieure du rabat est flanquĂ©e d’une poche transparente idĂ©ale pour ranger les hĂ©lices de rechanges fournies avec le drone et quelques cartes microSD.

Un dernier plan fixe du DJI Air 3 (4K60, D-LOG M) // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

La station de recharge des batteries est livrĂ©e sans chargeur et il appartient Ă  l’utilisateur de s’en procurer un. L’idĂ©al est certainement d’opter pour un modĂšle capable de dĂ©livrer 100 W, le temps de charge par batterie Ă©tant alors d’une heure seulement. La station fonctionne intelligemment et recharge en prioritĂ© la batterie la plus faible, puis la suivante. En un mois de voyage, j’ai pu Ă©viter d’utiliser une seconde batterie dans la mesure oĂč mon road trip m’amenait Ă  rouler souvent et Ă  recharger le drone pendant ce temps. Pour autant, si la mĂ©tĂ©o avait Ă©tĂ© plus favorable — deux couchers de soleil visibles en un mois, j’ai connu mieux en juillet — il est Ă©vident qu’une ou deux batteries m’auraient Ă©tĂ© bien utiles.

DJI Air 3 Prix et disponibilité

Le DJI Air 3 est proposĂ© Ă  1099 € avec la tĂ©lĂ©commande RC-N2, Ă  1349 € avec cette mĂȘme tĂ©lĂ©commande et le pack de 2 batteries supplĂ©mentaires Fly More, et Ă  1549 € avec ce mĂȘme pack et la tĂ©lĂ©commande RC2. La tĂ©lĂ©commande RC2 est vendue seule Ă  369 €.

OĂč acheter Le
DJI Air 3 au meilleur prix ?
Note finale du test
9 /10
À n’en pas douter, le DJI Air 3 draine des amĂ©liorations majeures en comparaison du Air 2S. La principale est l’ajout d’un tĂ©lĂ©objectif de 70 mm, empruntĂ© directement au Mavic 3 Pro et qui confĂšre au drone une plus grande polyvalence. Artistique, d’une part, car cette focale comprime la profondeur de champ et crĂ©e un effet parallaxe sĂ©duisant au moment de tourner autour d’un sujet, mais aussi pratique, car le DJI Air 3 parcourt moins de distance pour filmer des sujets Ă©loignĂ©s et s’avĂšre discret pour filmer ou photographier des animaux.

La qualitĂ© d’image est admirable, grĂące Ă  des blocs optiques de qualitĂ©, combinĂ©s Ă  un surprenant petit capteur 1/1,3 pouce, qui possĂšde une dynamique stupĂ©fiante, Ă  faire pĂąlir bien des appareils photos semi-pros. Pour en profiter totalement, il faudra shooter en RAW pour les photos et en D-LOG M pour les vidĂ©os, avec quelques post-traitements obligatoires, mais faciles Ă  rĂ©aliser avec une tablette, un smartphone ou un ordinateur. Le DJI Air 3 se pilote trĂšs facilement, sa rĂ©sistance au vent est trĂšs bonne et son nouveau systĂšme de dĂ©tection omnidirectionnel achĂšve de sĂ©curiser chaque vol. Pour ne rien gĂącher, son autonomie est en nette hausse et Ă©gale celle du grand Mavic 3 Pro, auquel le DJI Air 3 fait une sacrĂ©e concurrence


Points positifs du DJI Air 3

  • Deux objectifs dont un tĂ©lĂ© d'Ă©quivalence 70 mm

  • Capteurs empilĂ©s Ă  la dynamique remarquable

  • QualitĂ© d'image Ă©quivalente en 24 et 70 mm

  • Images d'une prĂ©cision redoutable en vidĂ©o comme en photo

  • VidĂ©os D-LOG M et photos RAW gĂ©nĂ©reuses en dĂ©tails

  • Autonomie supĂ©rieure de 50 % au Air 2S

  • Vitesse et rĂ©sistance au vent

  • Nouvelle technologie de transmission O4

  • DĂ©tection des obstacles omnidirectionnelle

  • TĂ©lĂ©commande RC2 lumineuse et endurante

Points négatifs du DJI Air 3

  • Les filtres ND sont optionnels

Les derniers articles