Développée par la start-up française Roll’in, le vélo électrique solaire SUN-E va faire l’objet de tests effectués par des agents de la ville de Montrouge, dans les Hauts-de-Seine. Avant une potentielle commercialisation dans le courant de l’année 2020.

Certains vélos électriques se démarquent par leur design : l’UMI 250 (pliable et en forme de Bazooka), les modèles Rayvolt Bike aux airs de mobylettes des années 1950, le Peugeot E-Legend et son pédalier au triple lion ou encore le classieux Cowboy font par exemple partie de cette catégorie. Quand d’autres s’illustrent par leur fonctionnement : c’est le cas de SUN-E, un vélo électrique… solaire.

Des cellules photovoltaïques pour se recharger

Imaginé par la jeune pousse française Roll’in, elle-même créée par un duo d’entrepreneurs répondant aux noms de Stéphane Rachmuhl et Antoine d’Acremont, SUN-E est un produit unique en son genre : il se sert en effet des rayons du soleil pour recharger sa batterie à l’aide de cellules photovoltaïques placées sur la roue avant et autour du cadre, sans pour autant casser le design du produit.

Aujourd’hui, Roll’in fait la fierté de la ville de Montrouge, commune du sud des Hauts-de-Seine où a été fondée l’entreprise. C’est donc avec une joie non dissimulée que la municipalité a présenté le concept lors d’un événement organisé cette semaine à Beffroi, le centre culturel et de conférences de l’agglomération, auquel s’est rendu un confrère de 20 Minutes, auteur d’un article complet.

Jusqu’à 51 kilomètres d’autonomie

Le principe de SUN-E est simple : ce modèle de vélo électrique, comme expliqué ci-dessus, se recharge « au contact » de l’énergie solaire. L’idée étant de faciliter la tâche à l’utilisateur, dont les sessions de recharge manuelles se limiteront autant que possible. Amovible, la batterie peut très bien se brancher à une prise électrique domestique. Bien que le concept du projet s’en éloigne considérablement.

Crédit photo : 20 Minutes

Mais de combien de kilomètres notre étoile bien aimée peut-elle recharger SUN-E ? Pour 20 Minutes, Stéphane Rachmuhl livre ses estimations : « En Île-de-France, d’avril à octobre, vous allez pouvoir recharger en moyenne par jour jusqu’à 17 km d’autonomie, et même jusqu’à 31 km en juillet. Dans le sud de la France, les moyennes grimpent à 26 km d’avril à octobre avec un pic à 40 km de recharge en juillet », a-t-il déclaré.

Des premiers essais lancés à Montrouge

Au total, la batterie du modèle atteint les 51 kilomètres d’autonomie. Une distance que les agents de Montrouge auront l’opportunité de tester, à l’occasion d’une phase d’essai étalée sur une période de six mois, en 2019 : cinq employés de Bemobi, une filiale de La Poste, effectueront ainsi des trajets professionnels, puis cinq autres recevront le vélo en prêt à des fins personnelles.

Attention cependant aux jours de grisaille : sans exposition au soleil, le vélo électrique SUN-E se recharge très peu, voire pas du tout, obligeant le cycliste à propulser par sa propre force ce deux-roues de 25 kg tout de même. Encore au stade de prototype, le concept de Roll’in pourrait être commercialisé au grand public au cours de l’année 2020.

À lire sur FrAndroid : Comment choisir son vélo électrique en 2018 ?