La trio d’entrepreneurs à l’origine de la marque Cowboy a officiellement lancé son vélo électrique du même nom sur le marché français. Pour l’occasion, l’autonomie annoncée quelques mois plus tôt prend du galon.

Sur le plan médiatique, la jeune pousse belge Cowboy signe une copie très propre. Relayée par un grand nombre de médias francophones, l’introduction de son vélo électrique au sein de l’Hexagone a été officialisée à la faveur d’un communiqué de presse officiel. Et comme promis par la start-up fondée par Adrien Roose, Karim Slaoui et Tanguy Goretti, respectivement ex CEO et COO de Take Eat Easy, et cofondateur de DJUMP, la feuille de route de leur produit a été respectée à la lettre.

Prévue au printemps 2019 en France, la commercialisation du deux-roues n’a visiblement pas subi de retard. L’occasion pour nous, quelques mois après un premier article dédié, de revenir sur ce produit au départ prometteur. Rentrons dans le vif du sujet : la fiche technique du Cowboy a été revue à la hausse par rapport aux premières informations publiées par l’entreprise. Visuellement, le produit garde son côté classe et épuré.

Une batterie plus lourde, mais un poids total identique

Oubliez le rayon d’action de 50 kilomètres, et prévoyez une autonomie accrue tutoyant les 70 kilomètres. La batterie de 252 Wh préalablement annoncée monte logiquement en grade : 360 kW, pour un poids de 2,4 kilos, contre 1,7 kilo auparavant. Cet upgrade impacte donc le temps de recharge : 3,5 heures en 100W, soit une heure de plus que prévu. Les équipes d’ingénieurs ont cependant réussi à optimiser le poids du vélo, identique à celui d’il y a six mois : 16,1 kilos.

Le reste des caractéristiques demeure inchangé : le moteur intelligent de 250W incrusté dans la roue avant « ajuste sa puissance selon les besoins du cycliste, sans besoin de changement de vitesse », peut-on lire dans le communiqué de presse. Autrement dit, l’assistance électrique vous donne un coup de pouce lors des phases de démarrage, d’accélération ou sur une côte. Mais ça, c’est sur le papier. Dans les faits, la tâche s’annonce plus compliquée d’après le test effectué par nos collègues de Numerama.

Essais à domicile

Relié à une application, le vélo Cowboy s’invite sur votre smartphone au travers d’une kyrielle de fonctionnalités : clé digitale, ordinateur de bord et aide à la conduite. Un système de navigation et de localisation, tout comme une série de données viennent compléter l’expérience utilisateur. En cas de vol, le cycliste fait appel à la fonction « Find My Bike », qui permet de géolocaliser son bien via le GPS grâce à une carte SIM intégrée.

La sécurité de l’utilisateur est quant à elle assurée par un système de freins à disque hydrauliques, des feux intégrés et un feu de freinage amplifié lorsque le cycliste ralentit. Un bon moyen d’augmenter sa visibilité auprès des automobilistes. Pour les plus hésitants, l’entreprise a mis en place un programme de test à domicile disponible sur son site internet. Pour les personnes conquises et prêtes à débourser la coquette somme de 1990 euros, les précommandes sont ouvertes.

Comment choisir son vélo électrique en 2019 ?