Test du Fiido D11 : vélo électrique ou cyclomoteur, il n’en reste pas moins séduisant

Vélo Electrique • 2020

Le Fiido D11 est un vélo électrique compact et pliable. Il est équipé d'un moteur de 250W, pour une vitesse de pointe de 25 km/h (soit les normes européennes pour les vélos électriques), et il intègre une poignée d’accélération permettant d’actionner le moteur. Il affiche une large autonomie de 100 kilomètres uniquement disponible en mode Eco, ce grâce à une batterie de 410 Wh logée dans la tige de la selle.

 

Introduction

Nous avons reçu le Fiido D11 que nous avons testé durant deux semaines. Ce vélo-cyclomoteur est séduisant à plus d’un titre : il est compact et peut être plié intelligemment. Pour environ 1000 euros, que doit-on attendre en termes de finitions et de performances ? Voici des éléments de réponses et notre appréciation.

Fiido D11

Fiido D11 // Source : Frandroid

Le vélo électrique pourrait être l’avenir des transports. Vous vous sentez menacés, peut-être, par la popularité croissante des vélos électriques (ou VAE)… comme si les vélos standards disparaîtraient soudainement. Rassurez-vous : les vélos électriques ne rendront pas obsolètes les vélos classiques. Néanmoins, force est de constater que le marché est rempli de deux-roues branchés de toutes les formes. Ici, le Fiido D11 est un segment à lui tout seul. Celui des vélos électriques compacts pliants, tout un programme.

Si vous traînez sur les sites de e-commerce chinois, la marque Fiido ne devrait pas vous être inconnue. C’est une marque chinoise qui conçoit des vélos très compacts qui peuvent se plier. Cela peut vous faire penser au vélo Gitane de nos grands-parents (ou arrière-grands-parents) à la différence près que l’on parle ici de vélo pliant et non de mini-vélo.

Grégoire sur le Fiido D11

Grégoire sur le Fiido D11 // Source : Frandroid

Nous avons eu l’occasion de tester deux semaines le Fiido D11. C’est le dernier représentant de cette marque chinoise qui serait spécialement conçu pour être leur premier vélo à destination du marché européen. La marque a financé son expansion internationale à l’aide d’une campagne participative sur Indiegogo qui a recueilli 912 000 euros auprès de 1 168 backers.

Ce modèle est également disponible auprès de nombreux commerçants, comme GeekBuying, qui nous a prêté le modèle que nous avons testé.

Caractéristiques du Fiido D11

  • Moteur : moteur moyeu arrière nominal 250 W
  • Vitesse maximale : 25 km/h
  • Autonomie avec assistance au pédalage : 80-100 km
  • Autonomie avec accélérateur : 40-50 km
  • Batterie : 3611,6 Ah (418 Wh)
  • Poids : 17,5 kg avec batterie
  • Charge maximale : 120 kg
  • Cadre : aluminium
  • Roues : 20 pouces
  • Freins : freins à disque mécaniques
  • Extras : phare à LED, feu arrière intégré à la tige de selle, points de montage pour ailes, trois niveaux d’assistance au pédalage, écran LED avec indicateur de vitesse, jauge de batterie et compteur journalier et béquille robuste

Extrêmement pliant et compact

C’est vrai qu’à première vue, ce Fiido D11 me fait penser à un vélo Gitane. On retrouve bien le levier au centre du cadre, permettant un pliage en deux. Le pliage se fait littéralement en 30 secondes, c’est pratique et l’ensemble semble solide. Les premières fois, vous vous apercevrez que le ressort central est résistant : il suffit de mettre un peu de force pour le plier. Ici, on parle de vélo compact car le Fiido D11 possède des roues d’un diamètre (20 pouces) inférieur à un vélo classique. On peut aussi abaisser la potence et tourner le guidon.

Les différentes étapes de pliage

Les différentes étapes de pliage // Source : Frandroid

Rappelons qu’à ce titre, les vélos Fiido n’ont rien de nouveau. Il existe des vélos compacts électriques, le best-seller dans cette catégorie étant le Sahel Compact de la marque allemande Kalkhoff (vendu deux fois le prix du Fiido D11).

Bref, ce vélo compact est pour ceux et celles qui ne veulent pas s’encombrer de porte-vélos ou ceux et celles qui vivent dans de petits appartements. C’est également un vélo pratique pour voyager en train : il pourrait facilement se loger dans le compartiment dédié aux valises.

Le levier au centre du cadre avec le ressort pour la résistance

Le levier au centre du cadre avec le ressort pour la résistance // Source : Frandroid

Le D11 pèse 18 kilogrammes avec sa batterie : c’est relativement lourd, mais moins lourd que les vélos électriques classiques qui dépassent généralement les 20 kilos, et la batterie est amovible.

On retire la batterie en retirant la selle

On retire la batterie en retirant la selle // Source : Frandroid

Ce point est important, car cela signifie que vous pouvez recharger la batterie sans avoir à vous trimballer le vélo. À ce titre, le système est ingénieux avec une batterie intégrée dans la tige de la selle. Si vous récupérez la batterie pour la charger, vous récupérez également la selle… elle sera donc en sécurité avec vous. Enfin, bizarrement, les pédales ne se plient pas, mais ça ne gêne pas le rangement.

Voilà la batterie-selle amovible

Voilà la batterie-selle amovible // Source : Frandroid

VAE ou mobylette ?

C’est la question qui fâche concernant ce vélo. En France, nous parlons souvent de VAE pour vélos à assistance électrique. Ici, le moteur n’est censé entrer en action que pour compléter l’action du cycliste. Ce D11 est-il un vélo électrique ? Pas vraiment. Le modèle que nous avons reçu est un cyclomoteur ou vélomoteur ou encore motocyclette. Bref, un véhicule à deux roues propulsé par un moteur qui peut s’activer sans avoir à pédaler.

C’est l’un des trois modes du D11, que l’on appelle entre nous le mode « scooter », qui s’active grâce à la poignée droite comme avec une mobylette ou un scooter. Dès que vous appuyez dessus, le moteur de 250 W intégré à la roue arrière se met à fonctionner et ça pulse. C’est d’ailleurs parfait pour démarrer au feu rouge dans les rues parisiennes.

La fameuse poignée d’accélération à droite

La fameuse poignée d’accélération à droite // Source : Frandroid

Le vélo accélère rapidement jusqu’à 20 km/h environ, puis gagne au fur et à mesure quelques kilomètres/heure pour plafonner à 25 km/h, soit la vitesse maximale autorisée par la législation pour les VAE.

Est-ce légal ? Oui, mais pas pour un vélo électrique. Il vous faudra un document qui indique votre âge et un justificatif d’immatriculation et d’assurance de l’engin. De plus, l’usage de ce véhicule sur la route nécessite le port d’un casque et de gants. Enfin, vous ne pourrez sans doute pas profiter de la prime à l’achat, même si certains utilisateurs ont assuré l’avoir obtenu sur d’autres modèles Fiido au fonctionnement similaire.

Tout cela à cause de cette poignée d’accélération qui n’est pourtant pas essentielle à son fonctionnement. Fiido nous a conseillé de la débrancher pour être conforme à la législation française (ce qui est simple, voir plus bas)… mais cela ne semble pas suffisant pour le transformer en VAE (au vu des autorités) d’après nos recherches.

Un bon vélo électrique compact

Le D11 est également un VAE avec des modes d’assistance tels qu’on les connaît sur les autres vélos électriques. Le moteur de 250 W accompagne alors le pédalage pour vous aider à gravir les montées et vous donner un peu d’élan en ligne droite. Il réagit d’ailleurs très bien dans les montées, même les plus difficiles que l’on a pu prendre. Cependant, l’assistance est un peu erratique. Le couple augmente de façon non constante, mais vous vous retrouverez dans tous les cas à la vitesse de pointe du vélo, fixée aux alentours de 25 km/h.

L’écran sur le guidon

L’écran sur le guidon // Source : Frandroid

Sur le côté gauche se trouve un écran LED qui affiche la vitesse et le mode d’assistance choisi. Vous pouvez également allumer les phares LED grâce à un bouton physique. C’est un écran basique, un poil difficile à lire en plein soleil. Le Fiido D11 n’est pas un vélo connecté : contrairement à d’autres, vous ne pourrez donc pas le connecter à votre smartphone. Il n’y a, à ce titre, aucune fonction de sécurisation à distance avec blocage automatique des roues ou système de géolocalisation à l’aide d’un GPS. Ce sont des fonctions que l’on peut retrouver sur les VAE des marques Cowboy, VanMoof, Angell

Toutes les signalisations obligatoires sont bien là, dont ce phare LED à l’avant

Toutes les signalisations obligatoires sont bien là, dont ce phare LED à l’avant // Source : Frandroid

Le cadre et le design du vélo sont vraiment réussis. J’ai eu de nombreuses fois des compliments à son sujet, surtout cette couleur bleue verte qui plaît beaucoup et cette forme de cadre qui donne une identité propre à ce produit. Néanmoins, l’inconvénient de ce design est la difficulté d’y attacher un antivol. Il va falloir ruser. Enfin, les soudures du cadre sont grossières et visibles.

Le D11 dans les rues de Paris

Le D11 dans les rues de Paris // Source : Frandroid

La cassette (l’ensemble de pignons de votre roue arrière) possède 7 vitesses associées à un dérailleur Shimano et un plateau à 52 dents. Cela signifie que le D11 se comporte comme un bon vélo — certes compact avec des roues de 20 pouces — en tant que vélo classique. Même constat pour les freins à disque (à câble) : ils sont efficaces, et Fiido a choisi de bons composants avec une conception quasi irréprochable.

L’avant du Fiido D11

L’avant du Fiido D11 // Source : Frandroid

Si ses finitions peuvent sembler irréprochables, à quelques détails près, nous avons moins apprécié l’installation et la multiplication des câbles externes entre le guidon et le cadre. Il faut d’ailleurs débrancher l’un de ces câbles pour désactiver la poignée d’accélération. Fiido aurait pu intégrer ces câbles dans la potence.

Enfin, terminons avec l’autonomie et la charge, deux points forts de ce Fiido D11. L’autonomie est importante, entre 20 kilomètres (en mode scooter) et plus de 80 kilomètres (assistance éco). Sur nos trajets quotidiens de 10 kilomètres, la baisse d’autonomie (seulement visible via les trois barres de batterie sur le petit écran LCD) n’était même pas visible. Après deux A/R, donc plus de 45 kilomètres, nous avons atteint la dernière barre de charge… et pourtant nous avons abondamment utilisé la poignée d’accélération lors de ces trajets.

La charge s’effectue via un connecteur placé sur le devant de la tige de selle. Le chargeur est vraiment de petite taille… l’équivalent d’un chargeur de PC portable classique. Vous pouvez charger le vélo avec la batterie (36 V/11,6 Ah) sur le vélo ou hors du vélo. C’est vraiment pratique, comptez environ 4 heures pour une charge complète.

Disponibilité et prix du Fiido D11

Le Fiido D11 est disponible auprès de certains commerçants chinois, GeekBuying par exemple (livraison depuis la Pologne en quelques jours), mais aussi sur des marketplaces comme celles de Rakuten. Le prix de vente conseillé est autour de 1 100 euros, mais il est possible de faire descendre ce prix sur GeekBuying avec le code promo GKB517S.

Attention toutefois à bien respecter la législation en ce qui le concerne et à vous renseigner auprès de votre assurance.

Il est aussi possible de trouver les garde-boue (non fournis) adaptés pour environ 25 euros.

Note finale du test
7 /10
Vous l'aurez compris, le Fiido D11 nous pose un dilemme. Ce n'est ni un vélo électrique, d'un point de vue de la loi française, ni un cyclomoteur à proprement parlé. Compte tenu de cette situation, il nous semble donc compliqué de vous le conseiller si vous comptez l'utiliser en France.

Cependant, force est de constater que ce vélo-cyclomoteur est intelligemment conçu, joli et facile à prendre en main. Le côté compact ou encore l'intégration de la batterie sont autant de points forts qui permettent au D11 d'être un des meilleurs de sa catégorie. Bien que la poignée d'accélération est très confortable à utiliser, elle n'en reste pas moins... la poignée de la discorde.
Points positifs
  • Design original et compact
  • Autonomie
  • Prise en main
Points négatifs
  • Pas de garde-boue
  • La poignée d'accélération qui fait tâche
  • Certaines finitions (câbles, soudures...)

Les derniers articles