Grâce à l’accord entre le gouvernement et les quatre opérateurs français portant sur les zones blanches, Free va disposer de plus de fréquences et rattraper un peu son retard sur ses concurrents.

C’est un accord historique. Comme l’a annoncé l’Arcep, les quatre opérateurs téléphoniques et le gouvernement français ont réussi à s’entendre pour éradiquer les zones blanches d’ici 2020. Pour résumer très simplement ledit accord, les opérateurs se sont engagés à investir 3 milliards d’euros au cours des cinq prochaines années dans le développement de la couverture 4G et d’installer 5 000 nouvelles antennes. En échange, l’État a renoncé aux enchères pour le renouvellement des fréquences.

Le président de l’Arcep, Sébastien Soriano, indique à cet égard que « l’investissement sera supérieur à ce qu’auraient rapporté les fréquences. Il ne s’agissait pas de faire un cadeau aux opérateurs ». Néanmoins, comme on peut le lire dans Le Monde, Free réussit à tirer son épingle du jeu.

Étant plus jeune que les autres opérateurs, Free Mobile a toujours bénéficié de moins de fréquences que ses concurrents. Or, le fameux accord prévoit un prolongement des licences actuelles de dix années supplémentaires pour chaque opérateur, mais compte aussi étoffer le portefeuille de fréquences de Free.

De nombreuses questions en suspens

Ces mesures seront mises en place dans les prochains mois et pour l’instant aucun détail n’a été vraiment communiqué. Plusieurs questions peuvent être soulevées avec ce supplément de fréquences pour Free. Est-ce que cela permettra au trublion d’atteindre de meilleurs débits grâce à une éventuelle agrégation de fréquences ? Et quid de la compatibilité avec les smartphones en circulation en France ? Rappelons en effet que la bande 700 MHz, même si elle est destinée à se développer, n’est pas compatible avec un bon nombre de terminaux, même parmi ceux qui sont officiellement vendus en France.

À lire sur FrAndroid : En 2020, la France entière devrait être couverte par la 4G