Selon Forbes, le rachat de Motorola Mobility pourrait se révéler une bonne affaire pour Google, qui verrait sa note passer de 12,5 milliards de dollars à seulement 1,5 milliard !

Google_Buys_Motorola_Mobility

En août 2011, Google faisait la une des journaux pour une nouvelle inattendue : le rachat de Motorola Mobility. Le montant était astronomique (12,5 milliards de dollars, soit environ 9 milliards d’euros), mais il en valait la chandelle. A l’époque, le géant de Mountain View et les différents constructeurs utilisant Android se faisaient attaquer de toutes parts et Motorola a permis à Google de s’octroyer un bouclier puissant : un portefeuille de plusieurs milliers de brevets.

La procédure de rachat a pris quelques mois, le temps que les Etats-Unis, l’Europe ou encore la Chine le valide et s’est terminé à la mi-mai 2012. Même si ce n’était pas son objectif initial, Google a immédiatement remplacé le CEO de l’époque (Sanjay Jha) par un employé de Google (Dennis Woodside). Mais deux problèmes se sont posés : Motorola Mobility essuyait/essuie de mauvais résultats financiers et l’entreprise comporte de nombreuses filiales inutiles pour le géant américain de la recherche.

Cette semaine, la division Home Business (fabriquant des box et des modems) a été vendue au groupe ARRIS pour la somme de 2,35 milliards de dollars. Google confirme donc sa volonté de vouloir garder uniquement la partie fabrication de terminaux mobiles, car celle-ci était proportionnellement plus rentable.

Mais en faisant rapidement le calcul, on se rend compte que ce rachat est toujours une très lourde dépense pour Google. Toutefois Forbes pense autrement et table sur une dépense de seulement 1,5 milliard. La raison ? Non ce n’est pas une blague : les mauvais résultats financiers !

« Les avantages fiscaux de la transaction vont permettre à ce qui était une bonne affaire de devenir une excellente affaire. Grâce à l’acquisition, Google peut s’attendre à recevoir 700 millions de dollars de réductions sur ses impôts par an sur les bénéfices futurs chaque année jusqu’en 2019.

Google serait également en mesure de réduire cette année ses impôts de 1 milliard de dollars à cause de la perte opérationnelle de Motorola Mobility aux Etats-Unis et de 700 millions de dollars en raison de sa perte d’exploitation à l’international. »

En conclusion, ce rachat pourrait s’avérer être une véritable aubaine pour Google qui a su à la fois se protéger, tout en faisant une transaction qui sera au long terme raisonnable.