La Corée du Sud est le premier marché mondial à connaître une saturation dans le secteur de la téléphonie mobile. Un marché saturé où Samsung et Android se taillent la part du lion.

Capture d’écran 2013-10-16 à 10.31.39

Le marché de la téléphonie mobile sud-coréen est le premier au monde à connaître une saturation. En effet, avec 48 millions d’habitants et 33,5 millions de smartphones et tablettes, le marché est devenu le premier à connaître la saturation. “Entre août 2012 et août 2013, le nombre d’appareils connectés à Internet dans le monde à bondi de 81 %, alors qu’il n’augmentait que de 17 % en Corée du Sud”, peut-on lire sur un document publié par la société américaine d’études de marchés Flurry. Si Pendant plusieurs mois durant cette période, la croissance sur ce marché a quasiment été nulle, ce n’était pas le cas il y a deux ans lorsque cette croissance était plus importante en Corée du Sud comparée au reste du monde.

Pour éviter la confusion, rappelons ici qu’il s’agit de smartphones et non de téléphones mobiles classiques. La Corée du Sud devient donc un vrai laboratoire pour les opérateurs soucieux de jauger la réaction d’un marché saturé.

L’étude note également que les phablettes connaissent un grand succès en Corée du Sud, où leur pénétration constitue 41 % tandis que sur le plan globale, elle n’est que de 7 %. Les téléphones de taille moyenne représente eux 54 % de l’ensemble du marché sud-coréen et 69 % du marché mondial.

Une étude bancale ?

Sans surprise, l’étude de cette régie publicitaire note que Samsung est roi sur ses terres. Le géant bénéficie de pas moins de 60 % de parts de marché, loin devant l’autre coréen LG qui représente 15 % et Apple, qui n’est que troisième avec 14 % de PDM. Si l’étude ne l’indique pas forcément, Android semble massivement présent sur ce marché asiatique avec près de 86 % de parts de marché, Samsung étant également constructeur de smartphones sous Windows Phone avec sa gamme Ativ. En revanche, il est curieux de constater que le document ne donne aucun crédit au constructeurs japonais comme Sony notamment, mais aussi à Nokia, Motorola, etc., entièrement absents de ce marché, selon l’étude ! Rappelons toutefois que plusieurs constructeurs ont annoncé le retrait de leurs produits du marché sud-coréen comme BlackBerry, qui n’a pas souhaité commercialiser ses smartphones sous BB10 dans le pays, mais également HTC, qui avait exprimé l’année dernière sa volonté d’y fermer ses bureaux.