Edit : une version compatible avec nos réseaux existe (fréquences : 900 et 2100 MHz). Logiquement, elle sera commercialisée via les revendeurs alternatifs comme d’habitude, à moins que Xiaomi annonce son arrivée sur le marché européen (plus de détails).

Mois après mois, Xiami nous intrigue avec ses produits à petits prix (du moins en Chine). Après son Red Rice lui aussi rebaptisé Redmi, le Chinois pourrait mettre les bouchées doubles en déployant bientôt un nouveau Xiaomi Redmi avec un processeur octo-cœur vendu à 130 dollars. Un prix peu commun certes, mais qui ne serait certainement pas aussi bas chez nous.

Android-Xiaomi-Redmi-2-TENAA

Aperçu dans la base de données de l’organisme de certification chinoise TENAA, voici le Redmi qui se présente avec des caractéristiques très intéressantes pour un positionnement tarifaire inférieur à 150 dollars. Pour un tel prix, les résidents de la Chine et des contrées voisines (où Xiaomi est implanté) pourront profiter d’un mobile hors-normes doté d’un écran IPS en 5,5 pouces avec une définition HD (720 x 1280 pixels), 1 Go de mémoire vive (RAM) et un processeur octo-cœur MediaTek (dont la référence n’est pas précisée). Selon les retours, le Redmi viendra se décliner en deux versions de 1,4 et 1,7 GHz.

Pas de compatibilité LTE 4G chez l’appareil : il faudra se contenter du support TD-SCDMA, WCDMA et CDMA2000. Pour ce qui est des capteurs photo et vidéos, le Xiaomi Redmi est équipé d’un capteur de 5 millions de pixels en façade et un 13 millions de pixels en dorsal (voire 8 pour certaines variantes). En plus de cela, il embarque également un lecteur de cartes micro-SD jusqu’à 32 Go, mais sans indiquer la mémoire interne embarquée (4 ou 8 Go en théorie). Ce nouveau Xiaomi Redmi sera dévoilé début avril à l’occasion du « MiFan Festival » avec la version d’Android 4.2.2 Jelly Bean.

Qu’en est-il de l’international ? Xiaomi fait partie de ces constructeurs chinois qui cherchent à conquérir le reste du monde. Quand certains d’entre eux réussissent à s’imposer sur un marché, les prix de revente adoptés ne sont plus les mêmes. Reste alors son image de marque. Espérons que le sort ne soit pas de même pour Xiaomi qui possède les atouts pour se démarquer et s’imposer comme une marque de choix en bousculants les pionniers du marché. Encore faut-il réussir à tisser des ententes avec des revendeurs tiers et pourquoi pas avec des opérateurs pour mieux se faire connaitre, et ce, même si le fabricant chinois avait bien précisé vouloir uniquement proposer ses produits depuis son store. Qui vivra verra !