Après un premier déploiement de 10 000 appareils en 2016, principalement des Samsung Galaxy S5 et des Sony Xperia Z2 Tablet, le déploiement devient global et va se faire auprès de 60 000 gendarmes. Ces appareils seront principalement dédiés aux contrôles, le tout équipé d’un fork d’Android.

Ce sont des appareils équipés d’Android, mais dans une variante assez spéciale. Développé par le ST(SI)2 (Service des technologies et des systèmes d’information de la Sécurité intérieure), NeoGend est un fork d’Android dont les communications sont chiffrées, et équipé d’un nombre défini d’applications mobiles. Vous ne retrouvez donc pas le Google Play, ni les autres Google Apps que l’on a l’habitude de croiser sur nos appareils.

Parmi ces apps, nous retrouvons un lecteur des bandes MRZ, cette fonctionnalité permet la lecture automatisée des pièces administratives (cartes d’identité, certificats d’immatriculation, passeports, etc.) par simple photographie de la pièce concernée. ll y a également PVe, une application dédiée à la saisie et la transmission des procès verbaux d’infractions routières au CACIR. Une des applications permet également à la messagerie tactique, qui regroupe les avis de recherche mais aussi la liste des objets volés.

Ce n’est pas tout. Gopserve permet de géo-localiser les unités sur le terrain, BDSP donne accès à la base de données de sécurité publique et TAJ permet d’accéder au fichier de traitement des antécédents judiciaires. Le reste des outils et apps sont classiques, avec des messages ainsi qu’une application qui permet de passer des appels anonymement. Enfin, nous pouvons également souligner la présence de Owncloud, un outil open-source très similaire Dropbox et Google Drive.

Un déploiement global

Dans Le Nouvel Obs, le colonel Yves Marzin souligne que la Gendarmerie pourrait travailler avec Waze et d’autres services privés pour retrouver les signalements d’utilisateurs et gagner en réactivité.

Cet investissement important, 20 millions d’euros, a pour objectif d’accélérer le traitement des contrôles routiers. Cette année, l’ensemble des forces de police et de gendarmerie seront donc équipés de smartphones et de tablettes.

Cette volonté a été formalisée dans un plan en 2016, intitulé NéoGEND. « Chaque gendarme gagne également en sécurité et en autonomie grâce aux outils intégrés permettant d’interagir avec ses correspondants au sein et à l’extérieur de la gendarmerie, de faciliter les constatations d’infractions, les interrogations de fichiers, l’accès aux diverses messageries et prochainement la verbalisation des infractions et la prise de notes. »

À lire sur FrAndroid : La gendarmerie dévoile ses exigences en matière de smartphones et tablettes Android