L’UFC-Que Choisir (Union Fédérale des Consommateurs) demande à la CNIL d’ouvrir une enquête sur Happn, application de rencontres, en particulier en ce qui concerne de la collecte de données.

unnamed (1)

Alors que la société Happn SAS se livre actuellement à une grande campagne de promotion de son application Happn, après avoir fêté ses 10 millions d’utilisateurs, l’UFC-Que Choisir publie aujourd’hui un communiqué plutôt salé à l’encontre de l’entreprise. Elle y explique saisir la CNIL afin que cette dernière diligente « sans délai une mission de vérification des traitements de données personnelles mis en œuvre par la société Happn via son application mobile ». Et l’UFC-Que Choisir s’intéresse notamment à deux points en particulier.

 

Le fantôme du Safe Harbor

Après l’annulation du Safe Harbor, qui encadrait les échanges de données personnelles entre les États-Unis et l’Union européenne, le transfert de données personnelles n’est plus autorisé, sauf encadrement spécifique et limité au 31 janvier dernier par les CNIL européennes. Mais des soupçons portent sur Happn puisqu’une étude menée par Forbrukerrådet, l’équivalent norvégien de l’UFC Que Choisir, indique qu’Happn utiliserait des outils d’analyse de données fournis par la société américaine UpSight. « La société Happn a-t-elle envoyé des données vers les États-Unis ? Y était-elle autorisée par la CNIL ? Continue-t-elle à les transférer depuis le 31 janvier ? », s’interroge l’association de consommateurs.

 

Le dernier des cookies

L’étude de Forbrukerrådet met aussi le doigt sur un cookie qui subsisterait dans le terminal des utilisateurs ayant supprimé l’application. Un cookie qui continuerait de communiquer avec les serveurs Happn, et l’UFC s’interroge justement sur le contenu de ces communications. « Pourquoi un tel cookie ? Quelle donnée envoie-t-il à Happn ? Est-ce à dire que, même quand l’utilisateur n’utilise plus Happn, Happn continuerait de le tracer ? Autant de questions qui exigent des réponses immédiates », selon l’organisme.

Pour le moment, Happn n’a pas répondu à nos questions sur l’affaire.