Une révision de la directive sur les services de médias audiovisuels (SMA) devrait prochainement valoir à Netflix ou Amazon Prime de proposer à minima 20 % de contenus européens.

marseille

Et si l’on pouvait un jour regarder Louis la Brocante sur Netflix ? C’est l’espoir fou qui découlé de la nouvelle idée émanant de Bruxelles. En effet, la Commission chargée du marché numérique unique souhaite que les services de VOD, comme Netflix et Amazon Prime, respectent un quota de 20 % d’œuvres européennes dans le contenu proposé, et ce dans chaque État membre de l’Union Européenne (UE).

C’est le vice-président de cette Commission, Andrus Ansip, présent à l’occasion du festival de Cannes, qui a expliqué au journal Les Échos qu’il fallait « créer un terrain de jeu plus juste entre ces acteurs et les chaînes de télévision ». En effet, ces services en ligne n’ont pas les obligations des chaines de télé, c’est-à-dire le financement et la diffusion de contenus locaux.

Netflix tente justement de faire dans la production locale, puisque la plateforme a récemment sorti sa série Marseille, qui est malheureusement plutôt mauvaise selon nos confrères de Numerama.

Cette idée de quota pour des services comme Netflix ou Amazon Prime sera inscrit à la proposition de révision de la directive sur les services de médias audiovisuels (SMA), qui devrait être dévoilée le 25 mai prochain.