WhatsApp annonçait hier dans ses nouvelles conditions d’utilisation et sa politique de confidentialité que votre numéro de téléphone serait partagé avec Facebook. Si vous les avez déjà acceptées, il n’est pas trop tard pour faire machine arrière.

WhatsApp

Présentée comme une façon d’améliorer votre expérience utilisateur, la dernière mise à jour de WhatsApp l’autorisera à fournir vos informations à Facebook. Le tout dans l’optique de vous proposer des publicités mieux ciblées, des suggestions d’amis ou même permettre à des entreprises de vous contacter sur la messagerie. Vous pourriez alors y recevoir des informations sur votre réservation de vol, par exemple.

whatsapp_refuser_partage

Pour protéger vos informations, vous avez la possibilité de refuser ce partage au moment de la validation des nouvelles conditions d’utilisation. N’acceptez pas trop vite et déroulez le volet « En savoir plus » : vous y trouverez la case à décocher.

D’après TheVerge, vous avez encore 30 jours pour protéger votre numéro de téléphone si vous avez déjà accepté les conditions. La même case serait apparue dans les paramètres de l’application, au niveau du menu « Mon Compte ». Cependant, elle n’est pas (encore) visible chez tout le monde. Cette procédure étant aussi décrite sur le site de WhatsApp, l’option ne devrait pas tarder à arriver chez tous les utilisateurs de la messagerie.

Des alternatives à WhatsApp

Si vous cherchez des alternatives plus respectueuses de votre vie privée, la plus connue reste Telegram, qui se veut ultra-sécurisée grâce à ses conversations chiffrées et des messages pouvant s’auto-détruire, le tout sans faire l’impasse sur le partage de GIF, de liens avec un aperçu de contenu ou de messages vocaux. Certains pourront tout de même lui reprocher le fait de ne pas être entièrement open source et des problèmes de sécurité.

Telegram Telegram Messenger LLP

Pour les plus soucieux du respect de leur vie privée, il existe Signal, qui gère les SMS en plus des messages instantanés. Tous les messages sont chiffrés de bout en bout, aussi bien les SMS que les messages par Internet. À l’instar de Telegram, il est possible d’envoyer des messages vocaux, des vidéos et même passer des appels chiffrés. Edward Snowden avait d’ailleurs déclaré l’utiliser quotidiennement.