Un cartographe américain, Justin O’Beirne, a suivi pendant un an les modifications apportées sur Google Maps et Apple Plans.

Exemple de comparaison entre Apple Plans et Google Maps

La très grande majorité des mises à jour de Google Maps et d’Apple Plans sont silencieuses, dans ce contexte difficile de suivre les modifications apportées à ces applications de cartographie. Justin O’Beirne, ancien employé par Apple, a développé un script pour suivre les modifications plus précisément, le script charge régulièrement des zones géographiques puis réalise une capture d’écran. Cela permet de mieux comprendre comment Apple et Google mettent à jour leurs cartes.

Différences entre les versions de Google Maps

Il a ainsi remarqué que Google Maps modifiait souvent son moteur de cartographie, avec des changements de couleurs. Google a également aplati la carte – éliminant les contours du littoral et également celles des routes. La couleur de fonds des cartes a également changé, pour plus de lisibilité en plein soleil. D’ailleurs, la très grande majorité de ces mises à jour sont déployées en basse saison, à la fin de l’hiver principalement. Google évite ainsi de perturber l’expérience utilisateur lorsque l’utilisation de Google Maps est plus importante, au printemps et en été. 

Entre 2009 et 2016

Force est de constater que les cartes se sont affinées et ont gagné en détails ces derniers années. 

Différences entre plusieurs outils de cartographie

Justin O’Beirne a également comparé les cartes de différents services pour analyser comment les éditeurs positionnaient les points d’intérêt (POI). En fonction des services, les points d’intérêt sont bien entendu différents, Google place environ 34 étiquettes, alors que Apple n’en place que 30 en moyenne. Ces POI changent en fonction comme l’atteste la carte ci-dessous.

Différences entre Google Maps et Apple Plans au cours des derniers mois. Apple Plans modifie plus souvent ses cartes.

Dans tous les cas, le cartographe américain suggère que les données de localisation de Google sont plus précises que celles d’Apple. Selon lui, c’est le fruit du travail de Street View commencé 10 ans plus tôt par Google. Google a utilisé la vision par ordinateur et le machine learning pour extraire les noms et les emplacements des images Street View qu’il a collectées. A partir de 2014, Google avait déjà généré 99 % de la voie publique américaine.