Google s’engage à faire preuve de plus de réactivité dans les mises à jour de sécurité pour Android. La firme de Mountain View en profite aussi pour faire un bilan de l’année passée et des efforts qu’elle a déjà menés.

L’écosystème Android est parfois pointé du doigt pour ne pas offrir rapidement des patchs de sécurité contre des vulnérabilités connues. Pour y remédier, Google a travaillé main dans la main avec plusieurs constructeurs tiers tout au long de l’année 2016. Pour 2017, la firme de Mountain View promet des mises à jour sécuritaires plus réactives. Dans un post de blog, l’entreprise en profite également pour dresser un petit bilan sur la protection des 1,4 milliard d’utilisateurs.

Ainsi, on apprend que plus de 735 millions d’appareils de plus de 200 constructeurs différents ont reçu une mise à jour de sécurité en 2016. Par ailleurs, des mises à jour ont été déployées sur plus de la moitié des 50 principaux smartphones Android dans le monde dans le courant du dernier trimestre 2016.

De nombreux efforts à faire

Ainsi présentés, ces chiffres peuvent paraître bons, mais il reste encore un gros travail à faire pour assurer la même sécurité à l’autre moitié des terminaux Android actifs dans le monde. Et c’est sur ce point que de très gros efforts vont être réalisés. Google précise que les mises à jour de sécurité sont apportées chaque mois sur les smartphones Nexus et Pixel et qu’il se réjouit de voir que les autres constructeurs améliorent progressivement la régularité des mises à jour de sécurité sur leurs produits.

Réduction des délais de déploiement

À ce propos, Adrian Ludwig, responsable de la sécurité sur Android, a expliqué à TechCrunch qu’aux États-Unis, le temps d’attente entre la sortie des patchs et leur déploiement est passé de six ou neuf semaines à seulement quelques jours. Et cela a été rendu possible grâce à la collaboration des fabricants et des opérateurs. Ainsi, 78 % des flagships commercialisés aux États-Unis profitaient du dernier patch de sécurité.

Sécurité sur Google Play Store

Les efforts de Google concernent également le Play Store pour prémunir contre les applications potentiellement dangereuses. De ce fait, en 2016, 750 millions de vérifications journalières ont été menées, contre 450 millions en 2015. À la fin de l’année dernière, seul 0,05 % des téléphones Android téléchargeant des applications exclusivement depuis Google Play, avaient des applications dangereuses. Un chiffre en baisse de 0,15 % par rapport à l’année précédente.

Évidemment, Google en profite pour inciter les utilisateurs à télécharger uniquement depuis le Play Store pour garantir plus de sécurité.