La société uBeam vient de faire la démonstration d’une technologie sur laquelle elle travaille depuis quelques années : le rechargement sans fil par ultrasons. Par rapport aux autres technologies de recharge sans fil, l’appareil rechargé n’a pas besoin d’être posé sur une surface et le rechargement pourrait par exemple se faire avec le téléphone dans la poche.

ubeam wireless chargin

La recharge sans fil est en train de se démocratiser, il n’y a pas de doute. Il existe actuellement trois technologies présentes dans certains appareils et qui fonctionnent avec la résonance magnétique ou l’induction. On trouve le Qi, le Rezence ou encore la technologie inductive du PMA. Toutes ces technologies ont un point commun : elles nécessitent de poser l’appareil à recharger sur une surface alimentée en énergie. Celle-ci peut prendre la forme d’un genre de tapis mais des appareils (comme des boîtiers d’ordinateurs) intègrent directement la surface pour permettre de poser le téléphone dessus et éviter de s’encombrer d’un objet supplémentaire. Intel a également présenté au CES 2014 un bol qui permet de recharger les appareils en les déposant dedans. Mais avec ces technologies, il est impossible de se servir de l’appareil pendant qu’il est rechargé puisqu’il faut qu’il soit en contact avec la surface.

Les ultrasons à la rescousse

La société américain uBeam compte bien révolutionner les technologies de recharge sans fil. Meredith Perry, la fondatrice, a développé pendant ses études scientifique un projet de recharge sans fil par ultrasons. L’idée est alors de recharger les appareils en convertissant l’énergie en ultrasons pour qu’elle puisse atteindre un appareil (tel un smartphone) à l’autre bout de la pièce. Le terminal reconvertit ensuite les ultrasons en énergie. La société vient de réaliser un premier prototype complètement fonctionnel : il est alors possible de se balader avec son smartphone dans une pièce pendant que celui-ci est rechargé.

La technologie possède en revanche quelques désavantages. Les ultrasons utilisés ici ne peuvent pas traverser les murs. Ainsi, il sera impossible de procéder au rechargement d’un appareil si la base de rechargement est dans une autre pièce. De plus, l’appareil à recharger doit posséder un récepteur mais la scientifique indique que la surface ne devrait pas faire plus de 5 mm d’épaisseur. La commercialisation de masse du produit est prévue d’ici 2 ans. Meredith Perry compte lancer deux produits : un pour les particuliers qui pourrait s’intégrer dans de petits objets, voire dans les papiers peints, mais également un autre pour les professionnels. L’idée est de pouvoir équiper, par exemple, un stade pour que chacun puisse recharger son téléphone pendant un match.

Internet par ultrasons ?

Le produit d’uBeam pourrait aussi transmettre des données de manière sécurisée. La technologie de l’entreprise pourrait donc se révéler le parfait candidat pour équiper les futurs objets connectés qui seront disséminés un peu partout dans la maison. Ils pourront recevoir leur dose d’énergie nécessaire à leur fonctionnement ainsi que des données nécessaires à leur fonctionnement. On peut par exemple imaginer une connexion Internet qui passerait par les ultrasons. Il ne faudra donc pas avoir peur des ultrasons à l’avenir …