Selon des sources anonymes proches du dossier, Yahoo! aurait accepté de fouiller dans les mails de tous ses utilisateurs à la demande des services de renseignements américains. Une pratique qui semble aller au-delà des mesures autorisées par le programme de surveillance des informations sur Internet.

5454321188_02caa2ba94_o

Yahoo! aurait accepté de fouiller dans les emails de tous ses clients pour le compte des services de renseignements américains. C’est en tout cas ce qu’ont affirmé quatre sources anonymes de Reuters dont trois anciens employés. Selon leurs déclarations, les ingénieurs de l’entreprise ont installé un logiciel qui scanne automatiquement tous les emails – soit plusieurs centaines de millions – reçus par les comptes Yahoo!. Celui-ci communiquerait ensuite aux agences de renseignements tous les messages contenant des éléments qu’elles seraient susceptibles de convoiter.

Les informations divulguées par Reuters ne permettent pas de savoir qui de la NSA ou du FBI exploite ces données. On ignore également de quel genre d’information il s’agit hormis le fait que les autorités étasuniennes sont à la recherche de certaines chaînes de caractère spécifiques se trouvant soit dans le corps de l’email, soit dans une pièce jointe.

 

Respect de la loi ?

Une nouvelle qui ne manquera pas de fâcher les utilisateurs de ce service. Mais en interne également, la décision de Yahoo! d’accepter les directives des renseignements américains a provoqué le désaccord de plusieurs responsables. L’un des employés affirme, à cet égard, que c’est la raison qui a poussé Alex Stamos, alors responsable de la sécurité des informations chez Yahoo!, à quitter l’entreprise. En effet, ce dernier – à l’instar de son équipe – n’aurait pas été informé lorsque cette décision a été prise et ne l’aurait découvert que trop tard.

Citée par Reuters, la firme rachetée en juillet par Verizon déclare pour sa défense qu’elle « respecte la loi et se conforme aux lois des États-Unis ». En effet, cette action s’inscrit dans le cadre de programme de surveillance PRISM qui permet aux autorités de récolter des données d’utilisateurs des entreprises du web. Celui-ci avait notamment été dénoncé par Edward Snowden en 2013.

Yahoo! aurait-il pu refuser ?

Cependant, même s’il affirme obéir à la loi, Yahoo! aurait pu refuser, du moins en partie, cette requête des services de renseignements en invoquant le trop grand nombre de personnes concernées par cette mesure ainsi que la nécessité de créer un programme spécialement conçu pour fouiller dans les emails. Mais la direction de Yahoo! aurait, semble-t-il estimé qu’il était vain d’essayer de s’opposer aux autorités.

Edward Snowden, quant à lui, estime qu’il est très probable que d’autres entreprises ont imité les actions hautement discutables de Yahoo!.

Source photo : Neon Tommy