Se rendre aux quatre coins du globe en moins d’une heure, c’est le dernier projet d’Elon Musk. Le patron de SpaceX ambitionne pour ce faire d’utiliser une fusée pour des vols commerciaux Terre-Terre.

Après avoir déclenché des révolutions pour le transport terrestre et sous-marin, avec Tesla et Hyperloop, Elon Musk veut maintenant révolutionner le transport aérien.

Jeudi soir en Australie, donc vendredi matin heure française, le CEO de SpaceX a tenu une conférence à l’International Astronautical Congress. Il y a donné des nouvelles de son projet de colonisation de la Lune et de Mars, visant à faire de l’Homme une espèce interplanétaire.

Ce projet fou repose en grande partie sur une nouvelle fusée, capable de transporter 150 tonnes, cinq à dix fois plus que les fusées existantes. SpaceX l’a baptisée BFR, pour Big Fucking Rocket.

N’importe quelle destination sur Terre en moins d’1 heure

Mais avant de rallier la colonie martienne ou la base lunaire Moon Base Alpha, dès 2022, SpaceX exploiterait cette fusée multifonctions pour des vols commerciaux sur Terre. Avec une vitesse de croisière de 27 000 km/h, il ne faudrait par exemple que 22 min de Hong Kong à Singapour, 30 minutes de vol de Paris à New York, 39 min de New York à Shanghaï ou 49 min de New York à Sydney.

Dans la vidéo de démonstration (ci-contre), les passagers se rendent en bateau jusqu’à un launch pad flottant, de laquelle la fusée décolle. Une fois sortis de l’atmosphère, les boosters réutilisables se détachent et reviennent au point de départ, tandis que la capsule réutilisable poursuit son vol jusqu’à sa destination.

La station lunaire Moon Base Alpha

Pas plus cher que l’avion, mais encore plus polluant ?

Réutilisable et multifonctions, cette fusée permettrait selon Elon Musk de proposer un billet à un prix proche d’un billet d’avion plein tarif en classe économique. Rappelons toutefois que les Superchargeurs des voitures Tesla devaient initialement rester gratuit, mais qu’ils ne le sont plus aujourd’hui.

Notons également qu’Elon Musk, chantre de la voiture propre, n’a pas évoqué l’impact environnemental de tels vols spatiaux, alors que l’avion est déjà le moyen de transport le plus polluant.

Prochaine étape : la téléportation ?

À lire sur FrAndroid : SpaceX : la vidéo d’Elon Musk qui vous emmène sur Mars