Il date de 2012 mais, à force de partenariats, le voici de retour sur le devant de la scène. Le porte-monnaie électronique de la banque BPCE, S-money, permettra d’offrir un service de paiement via le réseau social Twitter. Un service valable uniquement en France et quelle que soit la banque du mobinaute.

S-money

S-money avait été lancé en 2012 par la BPCE (Banque Populaire Caisse d’Épargne), qui vantait alors les atouts de ce porte-monnaie électronique gratuit pour ses utilisateurs. Pour l’utiliser, il suffit d’un smartphone : depuis l’application ad hoc à laquelle l’on aura indiqué ses coordonnées bancaires, il est possible d’effectuer des virements – de petites sommes – vers des particuliers mais aussi vers des professionnels. De leur côté, le service n’est pas totalement gratuit : à l’instar des cartes bancaires, il leur est facturé une commission à chaque transaction. L’opération est toutefois rapide, ne nécessite pas de NFC (il suffit d’entrer l’identifiant de la personne à laquelle on souhaite verser de l’argent sur l’application) et, sous réserve qu’émetteur et récepteur de la somme aient installé l’app, plutôt pratique. C’est l’option qui a d’ailleurs été retenue par certains taxis parisiens, lesquels peuvent être triés via la très discutable application Paris Taxis, afin d’épargner à leurs passagers la course vers les distributeurs d’espèces.

Sur les réseaux sociaux, la notion de paiement n’est pas tout à fait nouvelle. Elle existe par le biais d’achats auprès de boutiques professionnelles, en test sur Facebook comme Twitter via l’intégration de boutons « Buy » auprès de certains posts commerciaux. Toutefois, l’annonce de ce jour ne concerne pas exactement le même domaine, bien que l’on puisse imaginer qu’elle prendra une tournure plus commerciale dans un deuxième temps. Elle met à profit cette même app S-money, mais cette fois pour des transactions entre particuliers, et dans les colonnes du réseau Twitter : l’idée est de simplifier l’envoi de petites sommes entre particuliers.

Un tweet, un virement

Concrètement, comment ça marche ? En toute logique, il y a un prérequis : pour envoyer de l’argent à un de ses contacts Twitter, il faut avoir soi-même créé un compte S-money et disposer de l’app sur son mobile (Android ou iOS, en la reliant à son compte Twitter), et que le destinataire en ait fait autant. Il n’est pas possible de transférer des sommes dépassant les 250 euros dans le cadre d’un échange entre deux particuliers ni les 500 euros pour des projets de groupe. L’étape suivante est simple : il faudra envoyer un tweet (public, par essence) à @Smoneyfr, ajouter le hashtag #envoyer, poursuivre avec la somme souhaitée en chiffres avec le signe « € » sans espace, puis finir avec l’identifiant Twitter de la personne à qui l’on souhaite verser de l’argent. La somme est immédiatement transférée sur le porte-monnaie S-money visé, pour peu que l’on ait respecté les règles typographiques imposées par le service, après toutefois une dernière validation dans l’application S-money. Voici ce que cela donne, en test chez notre confrère d’Europe 1 :

Le service est pour l’heure une exclusivité française, et rien n’indique encore qu’une solution similaire sera déployée sur d’autres marchés. Plusieurs évolutions pourront être à prévoir : l’autorisation de transactions commerciales, la possibilité d’envoyer les tweets en DM… Reste que Twitter, pour le moment seul sur ce segment des transferts d’argent, pourrait prochainement être rejoint par son éternel concurrent Facebook. Des indices renvoyant là aussi à la possibilité de transférer de l’argent à des particuliers ont en effet récemment été aperçus dans les tréfonds du code de Facebook Messenger.