La dernière application lancée par Facebook renvoie aux temps jadis de l’Internet, quand Caramail était au sommet de sa gloire et que les chats en ligne étaient fréquentés par les adolescents et les adultes. Avec Rooms, voici le retour des discussions avec des inconnus autour d’un sujet donné.

Rooms

Est-ce dans le retour aux sources que Facebook trouvera son salut ? Le réseau social, désormais un peu moins plébiscité par les plus jeunes, tente diverses expériences dans le domaine du mobile et dans des champs connexes, notamment avec le rachat d’Oculus. En termes d’applications, on l’a vu s’offrir la messagerie WhatsApp et le réseau social de photos Instagram, séparer sa propre application de messagerie Messenger de son app principale, lancer un Snapchat-like baptisé Slingshot, l’app Paper sur iOs et le voici aujourd’hui qui présente un dernier titre, Rooms.

Rooms

Comme Paper, Rooms reste pour le moment une exclusivité d’iOS. Cette application, gratuite et lancée hier, permet de créer des « rooms », soit très exactement ce que l’on créait, il y a une bonne quinzaine d’années sur les chats en ligne de type Caramail ou Wanadoo, bref des services d’IRC. Il s’agit d’y lancer des conversations sur un thème précis, indiqué en tête de sujet, et de personnaliser le tout avec un fond d’écran (on reste dans du mobile). Le créateur d’une room en est évidemment le modérateur : il peut donc en bannir des utilisateurs, supprimer des commentaires et en mettre d’autres en avant. Il peut en outre réserver sa room à un usage privé, envoyant des invitations à partager sous forme de QR Codes générés au sein de l’app. Notez pour finir que s’il est nécessaire de s’inscrire avec une adresse email valide, l’usage des pseudonymes est autorisé sur Rooms.

Nostalgiques des modems 56K, nés avant 1995, vous savez comment ont tourné la plupart des rooms de chats dans les années 1990-2000… De son côté, Facebook souhaite à terme transformer son application en véritable plateforme de communication : à la différence d’applications à la Secret ou Whisper, on peut toujours espérer qu’il y naîtra des conversations réellement enrichissantes.