Le PDG d’Archos, Henri Crohas, se plaint devant les medias car ses tablettes de la Gen9 ne sont pas présentes sur l’offre réservée aux étudiants permettant d’acquérir une tablette à 1€/jour.

Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche a lancé en grandes pompes il y a quelques jours une offre pour les étudiants. Elle a pour objectif de permettre l’accession facile à Internet, grâce aux tablettes 3G. Proposée à 1€ par jour, cette initiative aide cette population à pouvoir acquérir plus aisément des produits récents. On peut toutefois se poser la question de l’utilité de ce type de périphérique dans le monde de l’éducation. A l’heure actuelle, la prise de notes est encore difficile avec ce support, même si certains claviers externes peuvent être connectés. Un netbook ou un ordinateur, même d’entrée de gamme, auraient facilement étaient plus justifiés. Mais maintenant que l’offre est là, impossible de faire machine arrière.

Deux tablettes 3G sont proposées : l’Apple iPad 2, ainsi que la Samsung Galaxy Tab 10.1. Un seul opérateur participe pour l’instant à cette offre : Orange. Alors que le principe du «1€/jour» semble alléchant, le contrat final l’est beaucoup moins. Dans ce prix, un abonnement chez l’opérateur est inclus mais il contient un engagement de 24 mois. Il propose 1 Go de données par mois et une fois le seuil passé, il faudra s’acquitter de 3€ pour chaque 100 Mo consommé. Si on calcule, nous avons donc 30 x 24 = 721 €. Notre confrère de Blogeee, s’est ainsi rendu compte que la Galaxy Tab avec une offre classique chez Orange (et avec une ODR) revient sur la même période à 681 €. Les étudiants ont un budget serré, qu’à cela ne tienne, faisons une offre en trompe l’œil ! Elle est pourtant présentée comme du mécénat par Laurent Wauquier (le ministre en charge de ce portefeuille).

Cette offre fait bien évidemment des heureux : Apple et Samsung, mais surtout Orange qui en profite pour s’enrichir sa base de données de clients très facilement. Rajoutons à cela que l’opérateur y est gagnant, grâce à son prêt : il voit donc vert ! Mais cette offre ne fait pas que des heureux. C’est notamment le cas du constructeur français Archos, qui, par la voix de son PDG, Henri Crohas, s’émeut de la situation sur France Info puis Challenges. Il dénonce le fait d’avoir été écarté de l’appel d’offres. Quelques passages de l’interview :

« Voir une offre du gouvernement faire la promotion de deux concurrents d’Archos, je trouve ça lamentable ».

« Quoi qu’on fasse, Orange ne veut pas d’Archos ! Chez eux tout le monde est toujours ravi de nos produits mais à la fin c’est toujours Samsung qui gagne. Pourquoi Orange ne travaille pas avec Archos ? ».

« Nous avons en France une société de technologie en électronique grand public qui a le vent en poupe et voilà que l’État subventionne Samsung et Apple ! Rappelons qu’Archos possède la deuxième part du marché des tablettes en France derrière Apple. »

Derrière ce discours, on pourrait presque y voir du conservatisme économique mais ce que le PDG d’Archos oublie de dire c’est que son produit «français», il provient tout droit de Chine  ! Les cerveaux de certains produits sont pour la plupart en France, car nous avons pu les apercevoir et discuter avec eux lors de l’annonce de la Gen 9 mais ce n’est pas le cas pour tout les produits. Certains sont en effet conçus par des sociétés chinoises et mis sur catalogue OEM. Quoiqu’il en soit, la production est 100% chinoise. L’offre d’Archos n’était tout simplement pas la meilleure, à moins qu’elle n’ait été élaborée qu’après la signature des accords ? De plus, Archos qui a ses bonnes entrées chez SFR ne peut pas jouir des mêmes relations avec tout le monde. Ici, les offres sont clairement estampillées «Orange».

Rajoutons à cela un constat simple : les Archos Gen 9 (tout au moins la 80 et celle avec avec un processeur à 1 GHz, car les autres c’est la cacophonie made-in-Archos) ne sont à la vente que depuis quelques jours (et encore les stocks sont très très limités). Un appel d’offre est toujours établi de nombreux mois à l’avance et en l’absence d’éléments concrets, il est souvent difficile de croire un constructeur sur parole, même s’il est français. Aucune grande entreprise à l’heure actuelle ne peut se vanter de toujours respecter ses délais et la commission chargée d’établir les modèles sélectionnés a préféré se tourner vers des produits concrets. Alors oui Archos blablate sur le fait qu’Orange ne les aime pas. Hé ho !! Le monde des bisounours, c’est fini, il faut sortir de l’enfance ! 😉 Il est vrai que si SFR avait été sélectionné, les chances d’avoir une Archos auraient été plus importantes mais l’économie se caractérise par la concurrence et engendre des gagnants et des perdants, chose qu’Archos ne semble pas assumer. SFR propose des tablettes de la marque, mais on n’a pas vu Sony, HTC… venir se lamenter de leurs sorts sur la place publique. Communication = 0 !

A ce jeu de cour de récréation, Archos semble tendre la joue pour recevoir une belle correction. L’entreprise fait la preuve d’un manque de maturité et espère soulever l’opinion publique (l’image des copains à l’école) contre cette offre sacrément méchante (oui la maîtresse a dit qu’il y a avait une poésie de 20 lignes à apprendre pour dans une semaine).

Une solution est tout de même lancée au ministre par Henri Crohas :

« Nous allons lancer une offre à 50 centimes d’euro voire à 30 centimes d’euro dans les prochains jours. A ce prix-là, nous proposons une tablette Archos 80 dernier cri et un abonnement télécom. Nous allons chercher un opérateur ou un MVNO. Voilà la proposition que je lance à M. Wauquiez. J’espère être entendu. »

Dit autrement : on est perdu, mais steuplé là, je veux participer à ce jeu ! C’est trop pas gentil de ta part. Sinon je vais faire la gueule et toc !
Et les étudiants dans tout ca ? Ah ben on s’en fout, on les entube ! A la prochaine !

Je ne critique pas les produits en eux-même qui semblent bons (un test arrive bientôt sur Les Ardoises) : l’entreprise semble avoir trouvé le bon rapport qualité/prix. Mais il y a une marge de progression importante sur la politique commerciale et la communication.

A ce propos, je vous encourage à lire l’article de Blogeee qui a calculé les potentielles économies de cette offre. La conclusion est la plus intéressante de tous les articles que j’ai pu lire, comme solution de bureautique, un netbook s’avère moins cher et plus efficace qu’une tablette, même accompagné d’un forfait 3G.