En France, on n’a pas de Pixel. Mais au moins, nos opérateurs ne refusent pas de vendre des smartphones chinois et on bénéficie finalement de l’offre la plus complète qui soit.


Huawei et les opérateurs US : mauvaise réception !

Ces derniers mois, on a eu quelques raisons de râler, nous, pauvres Européens, voire pire, pauvres Français, maltraités par les constructeurs. Les Android One ? Presque jamais pour nous ! Les Google Pixel 2 et Pixel 2 XL ? Il faut au mieux aller les chercher en Allemagne. Eh bien franchement, on a beau pinailler, il faut bien admettre qu’en matière de choix de marques de smartphones, on n’est pas si mal loti que ça !

Je prends pour exemple la situation outre-Atlantique, révélée par le volte-face des opérateurs américains au sujet de Huawei. Le CES 2018 devait coïncider avec le début d’une offensive du chinois avec l’arrivée du Mate 10 Pro dans le circuit des opérateurs. Cela ne sera pas le cas : AT&T s’est retiré à la dernière minute. Les raisons ne sont pas claires, mais il semble que les inquiétudes du Congrès américain sur les soupçons d’espionnage industriel du géant chinois aient eu raison de sa volonté de vendre ce qui est pourtant l’un des meilleurs smartphones sortis en 2017.

Les utilisateurs américains ne sont pas complètement privés de Mate 10 : ils peuvent l’acheter en ligne et chez certains marchands. Néanmoins le fait est que leurs smartphones, comme ceux de Honor, sont disponibles en France et contribuent à une offre – Pixel exclus – finalement parmi les plus étendues.

Le meilleur des deux mondes ?

Parce qu’au fond, c’est ça l’intérêt d’Android : le choix ! Plutôt que d’opter pour un des 5 ou 6 modèles proposés par un constructeur, on peut trouver le terminal qui nous convient parmi des centaines d’appareils petits, grands, abordables, chers, à double capteur, en métal, en verre, de chez Huawei, Asus, LG, Samsung, HTC, Motorola… le choix est là. Et si certains constructeurs chinois, comme Xiaomi, ne se sont pas encore implantés en France, ils s’en approchent au point qu’il devient relativement aisé de se procurer leurs terminaux.

De là à se demander si on n’est pas dans la région idéale pour les amateurs de smartphones. Un peu à l’abri des guerres commerciales entre la Chine et les États-Unis, on profite à la fois de l’offre d’une partie des constructeurs chinois, et des services de Google. Sans parler de notre offre d’opérateurs qui permet quand même d’y trouver son compte, que l’on soit encore adepte des engagements ou pas.

Peut-être, quand on aura des Pixel !

Après, on peut effectivement se demander si les craintes concernant Huawei, l’entreprise, sont bien fondées. Il n’y a pas de fumée sans feu. Mais ce qui est indéniable, c’est que certains de leurs produits sont de très bons rapports qualité/prix et qu’en matière de choix, leur absence sur le marché serait une perte. Alors en attendant que Google daigne un jour sortir les Pixel 2 et Pixel 2 XL en France – peut-être ferait-on mieux d’attendre directement les Pixel 3 –, réjouissons nous quand même de notre situation de pauvres Européens délaissés.