Entre TF1 et Orange (et bientôt Free ?), le torchon brûle, au point que le diffuseur ait interdit à l’opérateur de diffuser ses chaînes. Un malaise qui semble venir d’une autre époque.


Les box sans TF1 et M6 : une vieille histoire

Je me souviens de ma première box internet avec TV via l’ADSL. On était en 2005, et à l’époque, quand on allumait une box TV, l’expérience était quelque peu différente de celle que l’on connaissait via le hertzien ou le satellite. La première chaîne de la liste était France 2. Parce qu’à l’époque, TF1 et M6 refusaient de distribuer leurs programmes sur l’ADSL. Il faudra attendre fin 2006 pour que la situation se débloque et encore, les deux chaînes privées continuaient à bloquer certains services, comme le Multiposte de Free.

Une bataille au moins aussi vieille que cette Freebox v4 !

Le bras de fer que TF1 continue à entretenir en 2017 – M6 ayant trouvé un accord avec la plupart des opérateurs – sonne comme un vieux flashback. Suite à l’échec des négociations entre la première chaîne et Orange, tous les programmes du groupe ainsi que le replay MyTF1 sont censés disparaître des écrans, même si Orange n’a initialement coupé que l’accès au service de TV à la demande. Et la situation pourrait bien se reproduire chez Free.

Ça serait grave, quand même.

Un combat dépassé

Sauf que… Non, en fait. Parce que pendant que les chaines essaient de revoir leur rémunération, on est déjà parti. Eh bien oui, que voulez-vous. Notre temps est limité, et les contenus, interactifs ou non, qui s’entassent déjà dans notre liste, sont tellement nombreux qu’on ne sait pas par quoi commencer. S’il nous arrive encore de  » regarder la télé « , ça fait déjà un bail que l’on a modifié notre organisation, nos habitudes et nos moyens de  » consommer  » ce qui nous intéresse. J’ai, là, une file d’attente de podcasts qui ne désemplit pas, au moins quatre séries qui m’intéressent et que je n’ai toujours pas eu le temps de commencer, je découvre de nouvelles chaînes YouTube toutes les deux semaines, et je ne parle pas des jeux car oui, chaînes de télé, vous êtes aussi en concurrence avec ce temps là sur le téléviseur.


Molotov TV et Chromecast : le cocktail du téléspectateur moderne

De toute façon, les contenus intéressants trouvent toujours leur chemin. Les  » décodeurs  » des box internet sont un moyen d’y accéder, mais en 2018, que ne fait-on pas déjà avec un boitier ou une clé permettant d’utiliser les services de Netflix (enfin quand les FAI le veulent bien), OCS, Amazon Prime ou Molotov TV ? Alors, bien entendu, ces moyens ne sont pas infaillibles, et toujours dépendants des sources de contenus. Si telle ou telle chaîne décide de se débrancher de Molotov TV, ça sera l’écran noir pour tout le monde.

Mais c’est justement compter sans la volatilité des utilisateurs : quand l’offre dépasse largement la demande, ceux qui ne s’adaptent pas se retrouvent sur le carreau. Une chaîne ne veut pas rendre son app replay compatible avec tel ou tel boitier ? On regardera les émissions d’une autre. Parce qu’il n’y a qu’une certitude si la situation entre TF1 et Orange n’évolue pas : cela fera moins de téléspectateurs de TF1.

Les usages bougent et les spectateurs bougent avec eux. Mais il ne faut pas oublier ceux qui ne bougent pas, qui n’ont pas forcément accès à la TNT, et qui veulent juste regarder leur chaine. Ce sont finalement eux, les premières  » victimes  » de cette querelle, preuve supplémentaire que les utilisateurs sont souvent pris en otage des conflits entre deux entreprises.