Lors de la présentation de son Snapdragon 820, Qualcomm n’a pas vraiment insisté sur les nouveaux cœurs Kryo du processeur. Et pour cause : la marque souhaite mettre l’accent ailleurs, sur les fonctionnalités supplémentaires offertes par le SoC. Par exemple, le modem Snapdragon X12 intégré, ou le DSL Hexagon 680 qui promet de faire des merveilles en traitement de l’image. Découvrons ensemble ces options, qui ne seront pas forcément intégrées par les constructeurs, pour cause de coût ou de puces supplémentaires à installer sur le téléphone.

Snapdragon 820

Le Snapdragon 820 de Qualcomm n’est pas simplement la somme d’un processeur quad-core et d’une puce graphique Adreno 530. Le SoC (la puce formant le Snapdragon 820) regroupe de nombreuses autres puces et fonctionnalités, comme nous l’avions rapidement vu lors de l’annonce mardi dernier. Revenons aujourd’hui un peu plus en détail sur ces fonctionnalités supplémentaires qui ne sont pas forcément le cœur du SoC, mais qui en augmentent la valeur. Malheureusement pour le consommateur, toutes les fonctionnalités qui sont présentées dans cet article sont optionnelles pour les constructeurs de smartphones et tablettes, soit parce qu’elles sont payantes, soit parce qu’elles nécessitent d’autres puces pour fonctionner, ou tout simplement par ce que les constructeurs préfèreront opter pour d’autres solutions.

Wi-Fi 802.11ad pour un débit de 4,6 Gbps

Le Snapdragon 820 supporte la norme Wi-Fi 802.11ad (aussi appelé WiGig) sur la bande 60 GHz pour un débit de 4,6 Gbps contre 867 Mbps pour le 802.11ac du Snapdragon 820 en mode MIMO 2X2. Lors de la présentation de la puce, Qualcomm a mis en avant un smartphone de développement dont l’affichage était déporté vers une télévision, sans aucun fil. En fait, le smartphone envoie l’affichage sur la bande des 60 GHz à un petit récepteur de la taille d’un chargeur d’ordinateur qui est lui-même relié à la télévision Full HD par un câble HDMI. Enfin le début de l’ère de la fin des câbles !

Contrairement aux solutions en Wi-Fi standard, aucune latence n’a été perceptible pendant la démonstration de Qualcomm. Il faudra en revanche se limiter à un flux Full HD à 60 Hz en raison de la bande passante disponible. Qualcomm annonce une consommation similaire au Wi-Fi 802.11ac. Le Wi-Fi 802.11ad nécessitant des antennes supplémentaires, peu de constructeurs mettront en œuvre une telle solution au sein d’un smartphone.

11ad-Mobile-Use-Cases

Le Snapdragon 820 supporte également le Wi-Fi 802.11ac à 867 Mbps grâce à l’utilisation de deux antennes (MIMO 2×2). Encore une fois, il faudra que les constructeurs intègrent deux antennes, sinon le débit maximal théorique tombera à 433 Mbps. Il faut bien entendu, dans tous les cas, un routeur compatible. Dans le cas contraire, le Snapdragon 820 passera sur les autres normes : 802.11a/b/g/n sur les bandes 2,4 ou 5 GHz.

Snapdragon X12 : la 4G à 600 Mbps

Toujours pour la partie réseau, le Snapdragon 820 intègre le modem Snapdragon X12, aussi connu sous le nom Gobi 9×45 et 9×40. Il supporte la catégorie 13 dans le sens montant et 12 dans le sens descendant. Cela signifie des débits théoriques maximaux de 600 et 150 Mbps en utilisant la modulation QAM256.

Pour atteindre 600 Mbps, les opérateurs doivent agréger trois bandes de fréquence d’une largeur de 20 MHz sur une largeur totale de 60 MHz, donc 200 Mbps par bande. Il est aussi possible d’utiliser le mode MIMO 4X4 (4 antennes au lieu de 2) pour doubler le débit sur une bande de fréquence. Il serait par exemple possible d’avoir 400 Mbps sur une bande de 20 MHz en MIMO 4X4 agrégée avec une bande 20 MHz en MIMO 2X2 avec 200 Mbps. En France, seul Orange sera capable, à l’avenir, de proposer un tel débit en agrégeant ses bandes 2600 et 1800 MHz et en utilisant le MIMO 4X4.

QAM256

Il est possible que les constructeurs ne supportent pas les catégories 12 et 13 malgré la présence d’un Snapdragon 820 comme on l’a vu avec des Snapdragon 810 qui s’est limité à la catégorie 6 en lieu et place de la catégorie 9 sur certains terminaux en se bornant à agréger un maximum de deux porteuses.

Quick Charge 3.0 : la charge rapide

Le Snapdragon 820 sera l’un des premiers SoC à supporter la charge rapide Quick Charge 3.0 en plus des Snapdragon 620, 618, 617 et 430. Nous en avions déjà parlé dans une actualité dédiée, Qualcomm annonce un gain de temps de 27 % lors de la charge grâce à une régulation plus fine de la puissance transmise du chargeur au terminal. Pour un même smartphone, Quick Charge 3.0 permet d’atteindre 71 % de capacité de batterie en 30 minutes contre 63 % pour Quick Charge 2.0. Encore une fois, Quick Charge est une option sur les Snapdragon, nécessitant une puce spéciale, et sûrement le paiement de royalties.

Qualcomm Quick Charge 3.0

La vidéo en basse luminosité

Grâce au nouveau DSP (le coprocesseur qui gère l’ensemble des capteurs) Hexagon 680 et à l’ISP (le processeur d’image) Spectra, Qualcomm a réussi à améliorer la vidéo en faible luminosité. Lors de la présentation du Snapdragon 820, nous avons donc pu voir la démonstration de ce mode. Il permet d’augmenter la luminosité des zones d’ombres tout en gérant au mieux le bruit créé par cette manipulation. Le résultat est assez bluffant, même s’il n’est pas parfait. Encore une fois, il faudra que les constructeurs utilisent l’ISP proposé par Qualcomm et intègrent cette fonctionnalité à leurs appareils.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

L'amplificateur audio WSA8815

Qualcomm était également très fier de nous présenter son nouvel amplificateur WSA8815 afin d’alimenter au mieux les haut-parleurs stéréo d’un smartphone ou d’une tablette. Lors de la présentation, nous avons pu prendre en mains une tablette dotée de deux haut-parleurs stéréo et de cet ampli. Celui-ci permettrait d’augmenter le niveau sonore sans ajouter de saturation, grâce à un algorithme qui booste les sons faibles, mais pas les sons déjà forts. Cet algorithme permet également de mieux recréer l’effet de stéréo en séparant bien chaque canal. Les puristes ne seront pas forcément convaincus, mais la présentation fonctionnait plutôt bien. À voir ce qu’en feront les constructeurs.

TruSignal Antenna Boost : réception et autonomie en hausse

La réception des téléphones et leur autonomie devraient également être en hausse, tout du moins pour ceux qui intègrent la puce supplémentaire baptisée TruSignal Antenna Boost. Celle-ci permet, via des algorithmes, d’augmenter la réception du signal sans augmenter la puissance de réception des antennes. Qualcomm annonce 30 % de coupures en moins lors des appels et une autonomie en hausse de 20 %.

Qualcomm TruSignal

Zeroth : le machine learning en mode hors ligne

Le Snapdragon 820 sera également le premier SoC à intégrer Zeroth, ce que Qualcomm appelle une plateforme d’informatique cognitive. Dans les faits, c’est du machine learning comme peut en faire Google avec son application Google Photos par exemple. Lors de la démonstration, une tablette pouvait repérer, en temps réel, le type d’objets, de personnes ou de scènes via le capteur photo. Il a alors été possible de trier les photos de sa photothèque selon différents critères : les photos de hamburgers, celle de la mer, etc. Ici, Zeroth n’utilise pas la puissance du cloud, mais celle du Snapdragon 820. C’est alors à l’utilisateur d’améliorer Zeroth au fur et à mesure des photos, même si de base, Zeroth saura de lui-même reconnaître de nombreuses scènes et objets.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

 

Snapdragon 820 : un SoC complet

Comme on peut le voir, le Snapdragon 820 de Qualcomm est plus qu’un simple processeur. Il intègre en effet de nombreuses fonctionnalités annexes relatives à la partie réseau ou multimédia, le cœur d’un smartphone. Mais malheureusement, on ne verra jamais toutes ces fonctionnalités actives au sein d’un même smartphone puisque les constructeurs doivent faire leur marché et payer l’utilisation de ces fonctionnalités ou intégrer des puces supplémentaires.

Lors du choix de votre futur smartphone en Snapdragon 820, gardez cette information en tête, et tentez de cherche, sur la fiche technique, si ces fonctionnalités sont présentes. Mais c’est ici un exercice délicat, puisque la plupart du temps, les fiches techniques des constructeurs se contentent du strict minimum, et les questions légèrement techniques peinent du mal à trouver une réponse parmi les armées d’ingénieurs travaillant sur les téléphones. On espère un peu plus de transparence de la part des constructeurs sur ce sujet.