Samsung et Apple sont actuellement en train de s’affronter sur la question des brevets. Le second demande au premier indemnités sonnantes et trébuchantes. Un troisième acteur vient de surgir. Google a proposé de dédommager Samsung partiellement ou totalement des sommes qu’il serait amené à verser. C’est en tout cas ce que rapporte le site Re/code.

apple-google-samsung-money!

Google viendrait-il à la rescousse de Samsung ? Un pas significatif a été franchi lorsque qu’un avocat représentant la firme de Mountain View a déclaré, à la barre, que Google indemniserait partiellement ou totalement Samsung si ce dernier était condamné dans l’affaire des brevets.

Bref rappel : alors que Samsung et Apple n’arrivaient pas à s’entendre sur différents brevets, une médiation a été demandée par une juge de Californie du Nord, en janvier dernier. Au cours des discussions, Apple réclamait 40 dollars de royalties par appareil Samsung vendu, faisant monter l’addition à plusieurs milliards de dollars. L’escarmouche juridique se concentre initialement autour de cinq brevets. Selon le site Re/code, Google serait prêt à payer pour la violation de deux d’entre eux. Les brevets visés concernent la recherche universelle et la synchronisation en arrière-plan.

 

Google à la rescousse ?

Google avance que Samsung n’avait pas choisi d’utiliser ses brevets puisqu’il était lié par le contrat « Mobile Application Distribution Agreement ». Il s’agit du document par lequel Samsung s’engage à installer et à diffuser plusieurs applications (comme Gmail, Gmap…) sur ses terminaux. Et comme plusieurs de ses applications utilisent les tâches de recherche universelle ou de synchronisation, Google accepterait de payer pour Samsung. Mais pourquoi Apple ne s’en prend-il pas directement à Google pour la violation alléguée de ses brevets ? Au travers de Samsung, c’est bien Google qu’Apple essaie d’atteindre : « les lois des brevets autorise les entreprises à poursuivre en justice tout produits finis (et donc leurs constructeurs) contenant du code copié. Et Samsung fournit une cible plus attrayante parce qu’il tire énormément de revenus des produits Android, alors que les profits de Google sont plus indirectes, en fournissant Android gratuitement« , notent nos confrères.

C’est beau, la fraternité ! Et elle va plus loin que ça. Mountain View s’est associé avec le Sud-Coréen, il y a quelques mois, pour partager pendant 10 ans la paternité des brevets découverts ensemble. Re/code affirme également que plusieurs témoins de Google sont venus défendre la cause de Samsung devant la juge Koh, notamment Hiroshi Lockheimer, un grand ponte de Google dans l’univers d’Android. Google est bien conscient que le premier vendeur de smartphone Android doit rester debout face à Apple : il en va de sa notoriété en tant que grand manitou de l’univers Android. On se demande quand même si Google a bien fait de sauter dans la même barque que Samsung : le coût de la violation de l’ensemble des brevets s’élève à 2 milliards de dollars. Les prédictions les plus pessimistes chiffrent le coût d’une condamnation à 8 milliards de dollars.