C’était prévu et c’est désormais chose faite : le thermostat connecté Nest vient de faire son entrée sur le Play Store français ainsi que sur son homologue irlandais. Coût de l’appareil : 219 euros.

Nest

Suite au rachat de Nest par Google en début d’année (3,2 milliards de dollars tout de même), on attendait l’arrivée du thermostat connecté créé par la startup américaine sur le Play Store. C’est désormais chose faite en France et en Irlande, où l’on trouve l’appareil à 219 euros et sous le nom de Nest Learning Thermostat. Ce n’est pourtant pas tout car, pour poser l’appareil sur un meuble au lieu de l’accrocher à un mur, Google propose un socle facturé 35 euros. Soyons fous et ajoutons 109 euros à l’ardoise : cette somme correspond au Nest Protect, un détecteur de fumée et de monoxyde de carbone fonctionnant à piles et proposant des alertes sous forme de messages vocaux. Puisque tous ces appareil vivent en harmonie, plusieurs détecteurs de fumée peuvent communiquer entre eux, notamment pour avertir l’utilisateur d’un problème de monoxyde de carbone dans une pièce de la maison. Notez qu’un peu à la manière des appareils Withings, ce Nest Protect embarque des capteurs supplémentaires : pour l’humidité, la chaleur, les mouvements et la luminosité ambiante (ce qui permet d’éteindre la diode d’information lorsqu’il fait nuit, et d’éclairer le chemin de son propriétaire lorsqu’il se lève pendant la nuit).

Google à la conquête de la maison

Ces appareils Nest se connectent entre eux, les informations recueillies par le Protect pouvant être envoyées au Thermostat afin qu’il coupe une chaudière défectueuse qui ferait monter le taux de monoxyde de carbone dans une pièce. Tous deux informent leur propriétaire de l’état de leur maison via une application Android (dès 4.4) dédiée, qui lui permet de mesurer les économies d’énergie réalisée dans sa maison. Car c’est le premier intérêt de ce type de thermostats, qui existe par ailleurs chez d’autres marques : s’il n’est pas donné – et nécessite une installation professionnelle pour le relier à une chaudière – il permet de régler le chauffage du domicile de manière intelligente, sur place et à distance. Il vous indique le temps nécessaire au chauffage de l’habitation afin de la prévoir avant de rentrer chez soi, fait office de programmateur sur une semaine et se charge de baisser la température lorsque personne n’est à la maison. Entre réglages manuels et apprentissage des habitudes de l’utilisateur, ce type d’appareil permet théoriquement de réaliser des économies substantielles sur une facture de chauffage annuelle, et bien sûr d’éviter le gaspillage de l’énergie.

Google s’est attaqué ses derniers mois à l’équipement de l’individu, notamment en lançant Android Wear sur des montres connectées. Alors que le projet Android@Home est en stand-by, c’est un moyen pour Mountain View de revenir dans le domaine de la domotique. On imagine fort bien des usages mêlant les différents secteurs d’activité de l’Américain, par exemple le lien d’Android Auto et de Nest qui permettrait, lors du démarrage de la voiture, de lancer automatiquement le réchauffement du domicile pour qu’il soit à température idéale de son propriétaire à son retour. Par le biais de partenariats réunis sous la bannière « Works with Nest », des marques telles que Logitech, Jawone ou Lifx pourront proposer des produits interagissant avec les appareils Nest, par exemple pour que des ampoules connectées changent de couleur en cas de taux important de monoxyde de carbone.

Les exclus de Nest

Malgré ces promesses d’interactions poussées et d’économies substantielles, Nest devra faire face à des obstacles de taille. Son Learning Thermostat ne fonctionne pas avec tous les types de chaudières ni avec les chauffages électriques, encore moins avec les chauffages collectifs des immeubles, et impose, pour obtenir des températures différentes dans la chambre et le salon, d’investir dans plusieurs modules. On peut s’interroger également sur la pertinence de messages vocaux agréables pour prévenir l’utilisateur d’un incendie ou d’un taux de monoxyde de carbone, alors même qu’un bruit strident est le plus à même de le réveiller… Loin de la perfection, Nest montre toutefois qu’il est possible de proposer des interfaces simples d’utilisation, et devrait contribuer à populariser les systèmes de contrôle permettant de réaliser des économies d’énergie.