Introduction

Le Google Home est à mille lieues d’être aussi indispensable qu’un smartphone, mais Google Assistant parle désormais français. Cela tombe bien, le Google Home est tout juste disponible en France et nous l’avons testé.

Google Home installé près de ma TV

Le Google Home est disponible en France. C’est le premier assistant personnel grand public à intégrer la langue française et à être disponible dans les rayons de nos commerçants. Après avoir testé le Google Home en anglais pendant plusieurs semaines, nous avons eu l’occasion de le tester en français. Cet assistant personnel va-t-il rejoindre le cimetière des technologies oubliées ? Il est temps de s’y pencher.

 

Google Home, à quoi ça sert ?

Depuis plus de 10 ans, la recherche Google est devenue indispensable. C’est le premier endroit où je me rends pour trouver des informations sur pratiquement n’importe quoi. On ne s’en rend pas toujours compte, mais nous l’utilisons plusieurs fois par jour sur nos ordinateurs, nos smartphones, parfois même dans nos voitures et sur nos poignets. L’utilisation de la recherche Google, qu’il s’agisse de trouver un argument dans un débat entre collègues, le diagnostic d’un bobo, ou simplement de rechercher ce que les autres disent de vous, est devenue une seconde nature.

Jusqu’à aujourd’hui, les interactions avec Google ont toujours tourné autour des écrans. Mais si vous vous demandez comment nous allons interagir avec nos ordinateurs dans un futur pas si lointain, il est fort probable que l’écran n’existe plus sous sa forme actuelle. À l’avenir, nous accéderons à l’information sans avoir à taper sur un écran, toucher un écran, ou même tenir n’importe quoi entre nos mains. Il n’est donc pas surprenant que Google fasse un effort pour rendre ses services accessibles via la voix, pour tous ces moments où vous n’avez pas d’écran devant vous. Voilà ce que je réponds quand on me demande « à quoi ça sert ? ».

Google a donc créé une enceinte, puis il lui a greffé Google Assistant. 

Google a donc créé une enceinte, puis il lui a greffé Google Assistant. Il s’agit de l’IA de Google. Le Google Home est un petit appareil qui est destiné à s’installer dans votre maison ou votre appartement, en fournissant un point d’accès à tous les services de Google chaque fois que vous en avez besoin, même si vos mains sont occupées ou que vous n’êtes pas devant un smartphone ou un ordinateur. Il peut jouer de la musique, répondre aux questions, vous informer de la météo, vous réveiller le matin, contrôler les gadgets de la maison connectée et faire plein d’autres choses.

En d’autres termes, Google fera désormais partie de votre famille

À ce stade, vous pensez probablement que cela semble terriblement intrusif. Google Home vous écoute tout le temps, ses microphones peuvent être désactivés… à l’arrière se trouve un petit bouton conçu exclusivement pour couper les microphones (les LED au-dessus indiquent l’état de l’appareil).

Le bouton à l’arrière pour littéralement lui couper la parole

Google Home est conçu pour répondre à vos questions, il doit donc vous écouter. C’est également pour ça qu’il doit connaître vos préférences personnelles et vos habitudes. En d’autres termes, Google fera désormais partie de votre famille. Afin d’effectuer des actions et de fournir des réponses, le Home envoie ses informations au cloud de Google pour le traitement. Bien entendu, Google insiste sur le fait que cela ne se fait qu’après avoir entendu le mot de réveil, « OK Google » ou « Dis Google« , il n’est donc pas toujours en train d’enregistrer chaque son et conversation autour de lui.

Il est possible de retrouver l’historiques des questions posées à Google Home

Passons à la pratique.

 

Google Home, comment ça marche ?

Google a conçu un produit « design » :  il est agréable à regarder, même si des gens m’ont fait remarquer qu’il ressemblait à un désodorisant, et je l’accepte. Ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose : il doit être placé n’importe où dans votre maison – votre cuisine, votre chambre, votre salon, etc. – il doit donc s’intégrer dans votre mobilier intérieur. Le Home est uniquement disponible en blanc, mais il est possible de l’habiller : en tissu ou en métal avec une variété de couleurs qui correspondent à votre décor. D’ailleurs, un ami l’a même trouvé « mignon et inoffensif« . Ses habits peuvent être achetés aux US pour un peu plus de 20 dollars, mais il sera possible de les trouver en France en deux variantes.

Installé près de ma TV

Au-dessus du Google Home se trouve une zone tactile, qui peut être utilisée pour contrôler le volume, la lecture et la pause de la musique, et activer son mode d’écoute. Il y a des lumières colorées intégrées qui s’allument à chaque fois que le Home s’active, vous écoute et vous répond.

Il nous écoute

Il est composé de deux microphones, capable de vous entendre jusqu’à plus de 8 mètres. Il gère très bien le bruit ambiant, celui de la TV ou d’une discussion dans la même pièce. Un seul Google Home suffit donc pour équiper une pièce à vivre, ou un petit appartement.

Possible de démonter la base (tissu gris chiné) pour lui changer ses habits

J’ai également en ma possession un Amazon Echo Dot, qui ne parle qu’anglais pour le moment, que je trouve aussi efficace. Néanmoins, le haut-parleur du Google Home est plutôt puissant (équivalent 10 W) : le Google Home vous servira donc d’enceinte connectée, il peut lire de la musique sur Google Play Music, Deezer ou Spotify, ou vous permettre d’écouter la radio (française et internationale). Avec deux radiateurs passifs, Google explique qu’il a été conçu pour être assez fort pour remplir une pièce sans distorsion au volume total. Le son est fort, mais cela reste un petit objet. Et concernant la qualité du son : on ne peut pas faire de miracle. Concevoir une bonne enceinte nécessite d’équilibrer les aiguës, les médiums et les basses. A ce petit jeu, Google Home s’en sort bien avec un son sur 360 degrés. Pour cela, il compte sur un woofer d’environ 5 cm, un tweeter de 5 cm, deux radiateurs passifs de 8,8 cm.

La membrane propage le son à partir de vibration

 

Notre test vidéo

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

 

Google Home, il est temps de le tester (en français)

Voici Home. Il est assis là-bas, sur le meuble à côté de mon téléviseur. Il est très jeune, seulement quelques mois. Les gens qui le rencontrent s’observent, s’interrogent et posent leurs questions. Il est remarquablement intelligent pour une chose si jeune, mais comme chaque enfant, il est adorable et incroyablement ennuyant. C’est mon Google Home, un cylindre blanc  qui est devenu mon compagnon d’appartement depuis quelques semaines. Il me parle avec cette voix de femme légèrement robotique mais très amicale. D’ailleurs, Google m’a précisé qu’il sera possible de le configurer avec une voix d’homme plus tard.

À l’heure actuelle, le Home prend en charge Nest, Hue et SmartThings, qui couvre les lampes et périphériques intelligents les plus populaires. Si vous êtes prêt, vous pouvez également programmer des commandes IFTTT pour d’autres produits. Enfin… en anglais. Nous avions quelques craintes après l’arrivée du québécois. Le passage en français québécois nous faisait perdre au passage beaucoup de fonctions, dont toutes les intégrations tierces (Assistant apps). Heureusement, certaines intégrations fonctionnent comme Philips Hue et Nest, ou encore Pandora et Spotify.

Plusieurs services sont intégrés de base, malheureusement les assistant apps ne fonctionnent pas encore en français

Du lundi au vendredi, c’est Google Home qui me réveille. Je lui demande de démarrer une playlist adaptée sur Spotify. Dès lors que je suis réveillé, la première chose que je dis — après avoir viré mon toutou du lit — c’est :

Ulrich : « Dis Google… Quel est le programme de la journée »

Google : « Bonjour Ulrich, il est 7 heure 30, actuellement à Paris le ciel est chargé, la température sera de 26 degrés avec du soleil à Maisons-Alfort. Le prochain rendez-vous de votre journée est le BBQ avec les voisins. Voici les dernières actualités.  »

Effectivement, il est désormais possible de demander à Google de nous lancer quelques émissions issues de la radio pour l’actualité, comme Radio France ou encore Europe 1.

Tout est configurable, enfin… une partie seulement !

L’actualité peut être configurée dans l’application directement, vous pouvez ainsi re-organiser l’ordre dans lequel vous allez pouvoir écouter les différentes sources d’information. Il est également possible de connecter TuneIn pour accéder à du contenu spécifique.

Ulrich : « OK Google, combien de temps faut-il pour aller chez Humanoid »

Google : « Le trafic est chargé, comptez 34 minutes en voiture et 25 minutes en transport public »

Google Assistant répond à tout un tas de questions, sur des trajets, mais aussi des questions générales : « OK Google, qu’est-ce que le bitcoin », « OK Google, quel bruit fait l’hippopotame ? », « OK Google, peux-tu convertir 24 dollars américain en euros » et ainsi de suite.

Toute question qui a une réponse simple et parlée, comme le temps, la météo, ou l’année où Jeanne Moreau est née, Home le dit à haute voix. Si la réponse nécessite davantage d’informations, votre requête devient une recherche Google. Difficile de vous donner l’étendu des sujets, Google va simplement se servir dans sa base de données. Il reprend ainsi les informations que donnent le moteur de recherche : Wikipédia, bien souvent, et bien d’autres sources.

Vous pouvez également lui demander de mémoriser des choses, comme l’emplacement de votre passeport. Vous pourrez également compléter votre liste de course que vous retrouverez dans l’application Shopping List ensuite.

Ulrich :« Ajoute des piles AA à ma liste de course »

Le contrôle de mon système d’éclairage, tout est branché en Philips Hue, est probablement ce que je trouve le plus utile à la maison, car c’est pratique. Plus besoin de prendre son smartphone, d’ouvrir une application et de toucher un bouton pour éteindre les lumières. Vous avez ensuite le choix de configurer des raccourcis, pour enclencher des actions directes :

Ulrich : « Dis Google… Bonne nuit ! »

Google Home : « Toutes les lumières sont éteintes, bonne nuit ! »

Le contrôle de la musique est instinctif, le Google Home se connecte à Play Musique, Spotify, Pandora, TuneIn ainsi que Deezer. Il peut lire la musique sur votre Home, ou bien sur un Chromecast (mais aussi Android TV) à portée. Même chose pour lui demander de regarder une série sur Netflix, ou encore de lancer une vidéo Netflix.

Ulrich : « Dis Google, peux-tu lancer la série Fairy Tail sur ma TV »

Ulrich : « Episode suivant ! »

Google Assistant est ainsi capable de reconnaître le contexte. Dans l’exemple ci-dessus, pas besoin de lui rappeler la source de lecture, ni l’application utilisée. D’autres actions sont possibles, pour couper le son, le baisser ou encore stopper la série que vous regardez.

Les raccourcis : le minimum syndical pour personnaliser l’assistant. IFTTT n’est pas encore disponible en français.

Le français (France) est très perfectible, mais Google promet de grandes améliorations dans les prochaines semaines. Il faudra de temps en temps répéter vos phrases en modifiant un mot : en utilisant un article défini au lieu d’indéfini, le au lieu de un, le Home comprendra. C’est un exemple mais vous risquez souvent de chercher vos mots. Evidemment, le système s’améliora au fur et à mesure, Google utilise cette masse de données pour ajuster et compléter son assistant.

D’ailleurs, les discussions peuvent être très passionnées :

Ulrich : « Dis Google, Wesh »

Google Home : « Wesh ma gueule ! »

Google Home intègre de nombreux easter egg que j’ai pu découvrir en partie :

Ulrich : « Dis Google, as-tu déjà visité le Sud Ouest »

Google Home : « J’ai déjà goûté des chocolatines »

Le Google Home permet de jouer à deux jeux pour le moment. « J’ai de la chance« , par exemple, permet de lancer un quizz (jusqu’à 5 personnes) qui vous interrogera sur votre culture générale dans de nombreux domaines. Nous y avons joué samedi dernier, c’est très perturbant de voir le Home se transformer en animateur de soirée. Le second jeu est une balle magique (célèbre Magic Ball), Google Home répondra à vos questions par oui ou non, bien évidemment c’est du pur hasard (enfin, sauf si on y croit).

À l’heure actuelle, une fois la lune de miel terminée, je soupçonne que la plupart des gens cesseront d’utiliser le Google Home pour tout autre chose que la musique et l’écoute de podcasts ou de la radio.

Google Assistant est là pour vous réveiller le matin, pour vous guider tout au long de votre journée. Cela signifie qu’Assistant doit s’inscrire dans vos flux de travail et routines existants, et ne pas vous forcer à créer de nouveaux usages autour de ses fonctionnalités. À l’heure actuelle, une fois la lune de miel terminée, je soupçonne que la plupart des gens cesseront d’utiliser le Google Home pour tout autre chose que la musique et l’écoute de podcasts ou de la radio. Après quelques jours à essayer de trouver des questions à poser à Google Home juste pour le plaisir de la chose, il deviendra surtout un moyen légèrement plus rapide de régler une minuterie ou de consulter la météo pendant que je cuisine. C’est génial pour ces choses, mais ce sont de petites choses.

Note : la version française est encore limitée. Le Bluetooth n’est pas activé, le multi-compte non plus. Il lui manque également quelques intégrations extérieures (assistant apps), comme IFTTT. Google nous assure que tout ça arrivera dans les prochaines semaines. Les mises à jour de Home sont silencieuses et très régulières selon Google. Nous aurons l’occasion de mettre à jour ce test dans les prochains mois au fur et à mesure de l’ajout de nouvelles fonctionnalités.

 

Prix et disponibilités

Jusqu’à maintenant, le Google Home devait être importé des États-Unis. Dès le 3 août, il sera possible de le trouver à la Fnac et Darty au prix public de 150 euros. Ce prix comprend trois mois d’essai à l’offre Deezer Premium+, afin de profiter du répertoire musical de l’application avec la commande vocale de Google Home.

Retrouvez le Google Home à la Fnac Retrouvez le Google Home chez Darty

 

Conclusion

Note finale du test 7/10
Si vous êtes arrivé tête baissée vers la conclusion, sachez que vous avez raté quelque chose. Revenez plus haut. Pour les autres, sachez que le Google Home est sûrement l'assistant personnel intelligent le plus abouti... en anglais. Le passage en français lui a fait perdre de précieuses fonctionnalités, dont les applications tierces (assistant apps). Il faut dire que l'interface du Google Home est vocale. Il ne faut pas seulement traduire quelques textes, il faut intégrer une grosse partie des subtilités de la langue française, et il faut également portée l'écosystème de contenu. La localisation est donc coûteuse en temps et en ressources. Google Assistant en français est donc comme un jeune enfant : l'apprentissage sera long, c'est un travail lent et compliqué, et aujourd'hui, cela signifie que Google Assistant est parfois intelligent, parfois stupide, et parfois confus.

Plusieurs fois par jour, je me dis à quel point il est naturel d'interagir avec une machine de cette façon. J'espère juste que Google va continuer à travailler avec les développeurs pour transformer cet objet blanc étrange en un compagnon indispensable. Jusque-là :« Dis Google, raconte-moi une blague ».

Faut-il craquer ? Si vous êtes un geek confirmé, utilisant l'écosystème Google, que les gadgets électroniques vous fascinent et que vous avez envie de connecter toute votre maison, n’hésitez pas. Le Google Home a toutes ses chances de devenir un compagnon agréable. Mais si ce portrait ne vous ressemble pas, votre argent sera mieux employé ailleurs.
  • Points positifs
    • Le français est disponible !
    • Contrôler sa musique par la voix, le son est très correct
    • Facilité d'utilisation et intégration de plusieurs services (Netflix, Spotify, Deezer, radios françaises, etc.)
  • Points négatifs
    • Il manque des fonctions en français !
    • Un gadget électronique loin d'être indispensable
    • 150 euros quand même !

 

Ce que vous devez savoir

Nous avons répondu à toutes les questions que vous vous posez sur le Google Home dans un dossier dédié.

À lire sur FrAndroid : A quoi sert Google Home, l’enceinte intelligente et assistant pour la maison ?