Introduction

Dévoilé en septembre 2017, le Google Home Mini est une alternative moins onéreuse au Home classique. Plus petit,  et moins puissant, il donne néanmoins accès à toute la puissance de Google Assistant. Nous l’avons testé.

Aux États-Unis, bien loin de chez nous, se livre une féroce bataille entre Amazon et Google. D’un côté, Alexa, de l’autre Assistant, respectivement intégré dans la famille Echo et Home. En France, nous avons Google et… Google. En attendant qu’Amazon supporte la langue française, qu’Apple sorte (enfin) son HomePod et qu’Orange… oubliez Orange.

Google a donc agrandi sa famille début octobre. Le Home Max, prévu uniquement aux États-Unis pour le moment (399 dollars, quand même), et le Home Mini. 59 euros, contre 149 euros pour le Home classique (sorti en août en France).

Le résultat est un appareil plus petit, moins cher et plus simple. Il bénéficie toujours de l’IA Google Assistant de son plus grand frère, mais il ne comporte pas un système aussi perfectionné de haut-parleurs. Si vous vous êtes déjà demandé si cet assistant vocal fonctionnerait dans votre maison, Google espère que vous prendrez le risque d’acheter ce petit appareil bon marché.

La plupart des fonctionnalités que nous avons évoquées dans le test de Google Home s’appliquent toujours. Le Home Mini possède toujours un système de mots-clés de maillage incroyable, créant un réseau de commandes vocales de type Star Trek avec d’autres appareils Google (Chromecast) et Android. Vous continuez à le gérer via l’application Google Home sur Android et iOS. Pour le coup, on s’est principalement occupé du matériel dans ce test.

Sobre et efficace

Le design du Google Home Mini est plutôt mignon. Pour moi, c’est un gros galet recouvert d’un tissu. C’est un petit cercle d’à peu près 10 centimètres de diamètre et de 4,2 cm de haut. Le dessus est recouvert d’une surface tissée, tandis que la moitié inférieure est en plastique avec un gros pied en caoutchouc.

Home Mini et Home

Puisque le Google Home Mini ressemble à du linge ou à un coussin de canapé, il se fond facilement dans votre environnement. En tout cas, bien plus que le Home classique. Sous le tissu se trouve un ensemble de quatre LED, qui fonctionnent comme celles du Google Home classique. C’est moins que le Home original, ce dernier intègre 11 lumières. Mais bon, Google a essayé de réduire les coûts par-ci par-là. Les lumières s’allument lorsque le Home vous parle ou vous écoute, et il indique également le niveau de volume (1 à 4) lorsque vous ajustez le volume.

Il tient dans la main

Littéralement du tissu

La surface supérieure est sensible au toucher. Enfin, elle l’était. Actuellement, cette fonctionnalité est désactivée, car (au moins) un appareil Google Home Mini est livré avec une surface tactile défectueuse. L’horreur pour Google : le Home Mini défectueux enregistrait accidentellement beaucoup plus qu’il ne le devait. Enfin rassurez-vous : c’est désactivé pour le contrôle de la musique, mais la gestion du volume est toujours possible sur les côtés de l’appareil.

À l’arrière de l’appareil, vous trouverez le cordon d’alimentation en microUSB (un USB permet de l’alimenter) ainsi qu’un bouton physique pour couper le microphone (une sorte de commutateur).

Ne comptez pas sur lui pour écouter de la musique

Passons aux performances. Au départ, Google a annoncé une enceinte connectée : le Home. C’était le produit minimum viable (Mini Viable Product) de Google pour l’écoute de la musique. Désormais, Google a lancé un appareil Google Home qui n’est pas destiné à la lecture musicale. Le Mini peut lire de la musique. Il peut, mais il ne devrait pas le faire. Le son (monophonique) est assez fort, mais la basse est inexistante, les aigus sont coupés et c’est globalement un haut-parleur désagréable pour la musique. Par contre, vous pouvez le connecter à un Chromecast Audio (ou un Chromecast via la TV) pour rendre intelligent votre système audio existant.

Tips : Si vous souhaitez acheter un Chromecast Audio à 30 euros avec votre Google Home Mini de 59 euros, vous pouvez utiliser le Mini comme un « pont intelligent » pour un véritable système multi-room de haut-parleurs connectés.

Google décrit également le Mini comme un « haut-parleur à 360 degrés », mais ce que Google n’a pas vraiment dit, c’est que le haut-parleur pointe tout droit. Ce Home Mini semble réglé pour la voix et la voix seulement, parfait pour lui parler et écouter des réponses. À ce petit jeu, il semble aussi performant que le Home, malgré la présence d’un seul microphone (contre deux pour le Home classique).

Disponibilité et prix

Le Home Mini est disponible à 59 euros, contre 149 euros pour le Home classique.

De quoi goûter à Google Assistant à la maison

Note finale du test 8/10
Google Home Mini sert principalement de point d'entrée pour un système de commande vocale Google Assistant. Pour 59 euros, vous pouvez simplement le brancher, et ça fonctionnera. Un moyen bien moins onéreux pour appréhender ce nouveau monde connecté.

Une passerelle bon marché pour l'écosystème vocal de Google que vous pourrez mettre dans un premier temps dans votre salon, puis que vous déplacerez dans votre salle de bain, votre cuisine ou votre chambre, après avoir investi dans un Home classique ou pourquoi pas un Home Max.

Si vous ne voulez pas être espionné par Google, passez votre chemin.
  • Points positifs
    • Sobre et mignon, bonne conception
    • Microphone efficace
    • Ecosystème Google Assistant
  • Points négatifs
    • N'écoutez pas de la musique avec le Home Mini
    • Les commandes tactiles (en partie) désactivées

À lire sur FrAndroid : Google Home vs Home Mini vs Home Max : quelles différences ? Lequel choisir ?