Introduction

Depuis plusieurs années déjà, Motorola marque le segment de l’entrée de gamme avec les Moto E, des smartphones de qualité à prix très abordable. Pour sa quatrième génération, Lenovo Motorola monte encore un peu ses prix. À tort ou à raison ? Verdict !

 

Fiche Technique

Modèle Motorola Moto E4
Version de l'OS Android 7.1 Nougat
Interface Android Stock
Taille d'écran 5 pouces
Définition 1280 x 720 pixels
Densité de pixels 294 ppp
SoC MT6737 à 1,3GHz
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Mali-T720-MP1
Mémoire vive (RAM) 2 Go
Mémoire interne (flash) 16 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) 8 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 5 Mégapixels
Enregistrement vidéo 720p
Wi-Fi 802.11 a/b/g/n
Bluetooth 4.2 + LE + EDR
Réseaux LTE, HSPA, GSM
SIM micro SIM
NFC Oui
Ports (entrées/sorties) microUSB
Géolocalisation Oui
Batterie 2800 mAh
Dimensions 144,7 x 72,3 x 8,99 mm
Poids 151 grammes
Prix 121 euros
Fiche produit

Le téléphone testé nous a été prêté par la marque.

 

Design

Dans un souci de cohérence, Lenovo a donné à son Moto E4 un design très similaire à celui de son Moto G5. À tel point qu’il est difficile de différencier l’un de l’autre pour peu que l’on ne s’y connaisse pas trop. Légèrement plus fin, il affiche approximativement les mêmes dimensions que son cousin ainsi que la même finition plastique donnant presque l’impression d’avoir en main une coque en aluminium. Presque.

La principale différence se fait sur les bandes horizontales au dos de l’appareil, plus fines et sans bords arrondis contrairement au G5, ainsi que le haut-parleur dorsal que l’on repère aux 18 orifices en bas à droite.

La face avant est quant à elle assez imposante, avec des bordures latérales sur lesquels on pourrait faire passer un troupeau d’éléphants sans toucher à l’écran, et un capteur d’empreintes redondant avec la barre de navigation tactile. Et hors de question de la faire disparaitre au profit de boutons capacitifs comme c’est le cas chez d’autres marques, puisque ceux-ci ne sont pas présents du tout. Il faut donc se contenter de la navigation par gestes sur le capteur d’empreintes, assez peu intuitive.

Malgré ces quelques défauts, la prise en main est très agréable, les boutons tombent parfaitement sous les doigts, la vitre est douce et avec un léger effet 2,5D et la coque arrière s’enlève pour accéder aux slots pour la carte microSD, les cartes SIM ainsi que la batterie amovible. Un élément assez rare en 2017 pour être souligné.

Notons que la recharge se fait par un port micro-USB situé sur la tranche inférieure du téléphone et qu’un port jack 3,5 mm se trouve à l’opposée.

 

Écran

La gamme Moto E a toujours eu des écrans corrects par rapport à sa concurrence. Dans le cas du Moto E4, il s’agit d’une dalle IPS de 5 pouces en définition HD 720p, ce qui, avouons-le, est un peu juste en 2017. La densité de 294 pixels par pouce suffira certainement aux moins exigeants, mais la concurrence propose bien souvent du Full HD, à commencer par le Moto G5, à peine plus cher, offrant une meilleure finesse d’affichage, notamment sur les arrondis et les textes.

Ce n’est cependant pas le seul reproche que l’on peut faire à cet écran dont la dalle semble très éloignée de la vitre pour un smartphone actuel. En résultent de mauvais angles de vision qui transforment sensiblement l’écran dès lors que l’on ne se positionne pas directement face à l’écran. Un élément qui n’aide pas une colorimétrie déjà plutôt jaunâtre à la base.

La luminosité de l’écran est très bonne pour un smartphone de cette gamme avec 465 cd/m² mesurés par notre sonde. La lisibilité est donc très bonne même en plein soleil… tant que l’écran est propre. Les traces de doigts, qui ne sont pas un problème au quotidien, deviennent alors gênantes dès lors que l’image affichée est un peu sombre.

Les paramètres proposent deux modes d’affichages, l’un avec des « couleurs normales », l’autre avec des « couleurs éclatantes ». Un peu trop éclatantes d’ailleurs…

 

Logiciel

Comme d’habitude, Lenovo propose ici une interface logicielle très proche d’Android pur et repose d’ailleurs sur Android 7.1.1 Nougat avec un correctif de sécurité datant du 5 avril. Un léger retard que l’on excusera.

L’interface se rapproche beaucoup de ce que Google propose sur les Pixel, avec un launcher complet (comprenant un volet Google Now) et un tiroir d’applications à tirer depuis le bas de l’écran. Sobre, cette UI n’apporte cependant aucune réelle fonctionnalité supplémentaire pour répondre aux besoins supplémentaires des utilisateurs, notamment en termes de personnalisation, à l’exception des « Gestes Moto » pour par exemple réduire la surface d’affichage et ainsi faciliter l’utilisation à une main, ou l’automatisation du mode nuit qui diminue la lumière bleue aux horaires voulus.

La bonne nouvelle, c’est que cette interface minimaliste ne s’accompagne d’aucun bloatware et n’embarque nativement que les services de Google.

 

Performances

Avec son processeur MediaTek MT6737 et ses 2 Go de RAM, le Moto E4 n’est pas franchement un foudre de guerre, même pour un smartphone à moins de 200 euros, ce que les benchmarks confirment.

 Lenovo Moto E4Lenovo Moto G5Huawei P8 Lite 2017Honor 6XSamsung Galaxy J5 (2016)
SoCMediaTek MT6737Snapdragon 430Kirin 655Kirin 655Snapdragon 410
AnTuTu30 546 points44 697 points56 890 points 56 740 points27 335 points
PCMark3 703 points4 659 points4 379 points 4 998 points4 109 points
3DMark Ice Storm Unlimited General3 650 points9 398 points 11 405 points 11 896 points4 433 points
3DMark Ice Storm Unlimited Graphics3 161 points9 589 points10 907 points 11 483 points3 864 points
3DMark Ice Storm Unlimited Physics7 963 points8 786 points13 575 points13 612 points9 140 points
GFXBench (Manhattan offscreen / onscreen)2,2 / 4,8 FPS7,1 / 7 FPS7,8 / 8,5 FPS7,8 / 8,4 FPS1,8 / 3,8 FPS
GFXBench (T-Rex offscreen / onscreen)6 / 11 FPS16 / 16 FPS18 / 19 FPS19 / 19 FPS5,2 / 9,3 FPS

Bien sûr, ce ne sont là que des chiffres, mais dans les faits, le Moto E4 ne s’en sort pas vraiment beaucoup mieux. Si l’interface n’est globalement pas lente, on sent quelques frictions au lancement de certaines applications, à l’ouverture du clavier ou lors du passage du bureau au panneau Google Now. De légers ralentissements à la sortie de la boite qui n’augurent rien de bon pour l’utilisation à long terme lorsque la mémoire sera davantage chargée en applications.

Pour les jeux, même combat. En dehors des jeux minimalistes, il ne faut pas trop compter sur son GPU Mali-T720MP1 pour offrir des graphismes en 3D à un framerate élevé. Sans être totalement injouable, une partie d’Asphalt 8 par exemple présente de faux airs de séance diapo.

 

Photo

Pour un appareil dont le prix débute à 170 euros, l’appareil photo du Moto E4 est meilleur que ce à quoi je m’attendais. Il s’agit bien sûr d’un téléphone d’entrée de gamme qui n’ira pas rivaliser avec ce que font les flagships, mais il s’en sort suffisamment pour prendre des photos souvenirs.

En plein jour, on peut reprocher aux images de manquer un peu de dynamisme et il peine à gérer parfaitement la luminosité lorsque le contraste est élevé. Le cliché reste cependant correct avec un piqué suffisant et une bonne gestion des couleurs. Notons que l’effet HDR, bien qu’il donne un effet un poil surréaliste aux images, permet de mettre en valeur toutes les zones d’une image et ainsi récupérer de précieuses informations.

En auto

En HDR

En intérieur, le rendu est plus aléatoire. Les scènes sont souvent un peu sombres, le bruit se fait plus présent et la mise au point a parfois des ratés. Encore une fois, pour son prix, il reste plutôt correct dans l’ensemble. Le mode HDR est ici déconseillé cependant, créant souvent des artéfacts liés aux micromouvements de la main.

Un peu clair sur le côté de BB8, mais bien quand même

Un peu de bruit, mais ça va

Oups, au revoir la mise au point

Léger ghosting en mode HDR, normal

Enfin, pour les scènes nocturnes et en basse luminosité, je n’espérais pas grand-chose et n’ai cette fois-ci pas été surpris. C’est flou, il y a du bruit, mais au moins on y voit un peu. De quoi se souvenir d’un moment, sans plus.

 

Communications

Le Moto E4 dispose des trois principales bandes 4G utilisées en France (800, 1800 et 2600 MHz). Il fait donc l’impasse sur la B28 (700 MHz) qui commence à doucement s’installer, notamment chez Free. Sur le réseau d’Orange, nous n’avons constaté que des microcoupures de la 4G (pour laisser place à la 3G+/H+) en région parisienne et nos speedtests tournaient autour de 100 Mbps, ce qui est tout à fait correct.

De même, les communications sont bonnes, aussi bien en émission qu’en réception, avec une bonne atténuation des bruits ambiants.

 

Autonomie

Lors de notre test d’autonomie en utilisation multimédia, consistant à visualiser une vidéo YouTube en WiFi durant une heure avec l’écran réglé à 200 cd/m2, le Moto E4 a perdu 12 % d’autonomie, ce qui est dans la moyenne, mais n’a rien d’exceptionnel.

Lors de notre nouveau test SmartViser qui simule une utilisation variée basée sur les habitudes de nos lecteurs, le Moto E4 a tenu 21 heures et 8 minutes, ce qui le classe clairement parmi les bons élèves et confirme nos bonnes impressions à son sujet.

Malheureusement, le Moto E4 fait l’impasse sur la recharge rapide et il faut bien plusieurs heures avant qu’il se recharge au complet.

 

Disponibilité

Le Moto E4 est disponible depuis fin juin 2017 au prix public conseillé de 169,99 euros.

 

Galerie photo

Test Lenovo Moto E4 Le verdict

design
8
Bien qu'un peu gros et en plastique, le Moto E4 est agréable en mains, est ergonomique à utiliser et semble solide. Point bonus pour sa batterie amovible, aussitôt reperdu par ses bordures latérales indignes d'un smartphone de 2017.
écran
6
Bien que lumineux, l'écran du Moto E4 est loin d'être parfait, avec une colorimétrie très jaunâtre, des angles de vision très moyens et une définition en dessous des normes actuelles.
logiciel
8
L'interface de Motorola pourrait avoir un peu plus de fonctionnalités, mais elle dispose du strict nécessaire et se veut surtout à jour. Pour un smartphone à moins de 200 euros, c'est tout ce que l'on demande.
performances
4
Les performances du Moto E4 sont approximativement celles d'un smartphone de gamme équivalente de 2016. Un retard qui se sent dans les applications gourmandes et qui risque de se faire sentir sur l'interface au bout de quelques mois.
caméra
7
L'appareil photo du Moto E4 n'est bien sûr pas extraordinaire, segment oblige, mais il est certainement de meilleure facture que la majorité des smartphones au même prix.
autonomie
8
Le Moto E4 dispose d'une bonne autonomie, légèrement supérieure à la moyenne en utilisation quotidienne, mais l'absence de recharge rapide commence à se faire ressentir aujourd'hui.
Note finale du test 7/10
Le Moto E5 possède un positionnement un peu difficile puisqu'il coûte quelques dizaines d'euros de moins seulement que le Moto G5, meilleur sur tous les points à l'exception de son autonomie (mais disposant de charge rapide). Mais quelques dizaines d'euros, dans cette gamme de prix, ce n'est pas négligeable.

Si l'on cherche à moins de 170 euros, le Moto E4 est donc plutôt bon, mais rivalise du coup avec des smartphones de 2016 comme le Wiko Ufeel ou le Honor 5C. Malgré ses bonnes performances en photo, il peine encore à rivaliser avec eux sur tous les domaines.

Autant dire que le Moto E4 arrive 8 à 10 mois trop tard pour réellement marquer les esprits et ne reste finalement qu'une alternative intéressante, sans plus.
  • Points positifs
    • Batterie amovible
    • La dernière version d'Android en date
    • Appareil photo plus que correct
  • Points négatifs
    • Écran moyen
    • Des performances de 2016
    • Pas de charge rapide