Le plus gros événement du Mobile World Congress, c’est sûrement l’annonce du LG G6. Le voici, enfin. Nous venons de le prendre en main, nous vous livrons donc nos premières impressions sur ce smartphone qui pourrait signer le retour du fabricant coréen sur le marché international.

Vidéo

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Le LG G5 n’était pas un mauvais smartphone, mais le fabricant coréen n’a pas réussi à convaincre les consommateurs avec son système modulaire. Ce qui devait être l’élément de différentiation s’est avéré être une erreur de casting, les LG Friends… c’est terminé. LG a d’ailleurs commenté plus tôt cette année que les consommateurs ne sont pas intéressés par les téléphones modulaires. Le LG G6 est donc différent du LG G5. 

Un design travaillé avec des coins d’écran arrondis

Premier constat : le LG G6 est un grand smartphone de 5,7 pouces en définition 2880 x 1440 pixels (QH+) avec un ratio d’écran inhabituel de 18:9 (à comparer à l’habituel format 16:9), il ne correspondra pas à tout le monde avec cette taille d’écran mais reprend les dimensions que l’on retrouve sur la très grande majorité des smartphones premium. Ses dimensions se rapprochent de l’iPhone 7, alors l’écran est bien plus grand (5,7 pouces contre 4,7 pouces).

Avec sa définition importante, le LG G6 affiche une forte densité de pixels. À l’œil nu, impossible d’y repérer de quelconques pixels. Je me demande toujours si la différence entre une définition Full HD et QHD est importante et notable sur cette taille d’écran, mais cela reste en théorie une bonne chose pour la réalité virtuelle. Enfin, en théorie… le reste des qualités de l’écran n’ont presque rien à envier à la technologie AMOLED. LG maîtrise l’IPS LCD pour proposer des couleurs riches, de bons angles de vision et un contraste correct. 

Notons également le support du HDR10 et de Dolby Vision. La première, HDR10, est ouverte : n’importe quel équipement répondant aux critères peut se déclarer HDR, c’est la norme la plus répandue sur les TV, à défaut d’être la plus performante.  Le support HDR10 permet de coder les couleurs sur 10 bits, permettant 1024 teintes différentes par couleur, soit plus d’un milliard de couleurs. Dolby a de son côté développé sa propre solution de HDR, plus performante, Dolby Vision. Dolby dispose d’une spécificité technique qui lui donne l’avantage sur la qualité : un rendu des couleurs en 12 bits. Plus concrètement : le bleu du ciel sera plus riche en nuances, les tons seront plus réalistes, les couleurs sont plus riches, les contrastes aussi, la luminosité est localisée… quand le contenu est compatible bien entendu.

Ce qui frappe avec ce smartphone, ce sont les bordures d’écran très fines nommée « Full Vision« , que l’on peut opposer à l’iPhone 7 Plus, par exemple. LG a réalisé un énorme travail pour proposer ce qui semble être un compromis : la prise en main n’est pas aussi bancale qu’avec le Xiaomi Mi Mix, mais les bordures d’écran sont fines. Ce qui permet d’obtenir un grand écran, sans avoir un smartphone trop large en mains. 

Notez que ce format n’est pas adapté pour tous les contenus multimédia, les vidéos sur YouTube font apparaître des bandes noires sur les côtés, ce qui n’est pas le cas des apps et des jeux qui s’adaptent à la taille de l’écran..

Au delà des bordures d’écran fines, ce qui surprend ce sont les coins arrondis de l’écran qui me rappelle les premiers appareils WebOS. C’était le cas du Palm Pre qui avait été présenté au CES 2010, et dernièrement du Mi Mix. Ces coins arrondis donnent à l’affichage un aspect plus « naturel » par rapport à une norme d’écran carré, mais en même temps, les coins arrondis semblent étranges aux premiers abords, car ils sont placés près du bord réel du G6. Cette proximité met en évidence le fait que l’écran et les bords de smartphone ne partagent pas le même degré de courbure. 

D’ailleurs, il existe une application qui simule cet aspect sur les applications, il s’agit de Cornefly que vous pouvez tester sur votre appareil.

N’oublions pas d’évoquer la résistance à l’eau qui est devenue un standard, comme sur le Galaxy S7 mais aussi l’iPhone 7. Le LG G6 devait être résistant à l’eau. Cela n’a pas d’impact sur l’ergonomie : la prise jack reste disponible sans cache, tout comme l’USB Type-C. Une certification IP68 ce qui permet même de plonger le smartphone dans une piscine. 

Le reste du smartphone est en métal anodisé, bien travaillé avec des finitions très correctes. Il est léger pour sa taille, et les bordures arrondies épousent correctement la main. 

Snapdragon 821, le compromis pour LG

LG a choisi le Snapdragon 821, ce n’est pas la dernière solution de Qualcomm. C’est un SoC que l’on retrouve depuis la fin d’année 2016, sur le OnePlus 3T par exemple ou les derniers Pixel de Google. C’est un compromis pour LG : en effet, Samsung a mis la main sur les premiers stocks de Snapdragon 835, dont il s’occupe de la fabrication pour Qualcomm

Que peut-on dire du Snapdragon 821 ? Le Snapdragon 821 se débrouille très bien, nous connaissons ce SoC depuis la fin d’année dernière. LG aura néanmoins à faire face dans les prochaines semaines au Galaxy S8, avec son Snapdragon 835. La comparaison sera délicate, surtout si le prix du LG G6 est du même ordre que le prochain flagship de Samsung.

De nombreuses technologies et fonctionnalités pour se différencier

Difficile d’énumérer de façon claire et précise l’ensemble des caractéristiques du LG G6, tout en rentrant dans les détails. Chacune d’entre elles ont déjà été présentée sur des appareils déjà commercialisés. C’est le cas du LG G5, avec son double capteur photo, mais aussi du LG V20 avec une partie sonore travaillée.

J’insisterai sur la partie sonore, c’est un vrai plaisir de voir un constructeur investir sur cette caractéristique. Oui, le LG G6 intègre un Quad DAC. Mais plus concrètement, la qualité audio de la sortie jack est juste hallucinante d’après ce que j’ai pu tester. Le DAC est optimisé par B&O, spécialiste en la matière, ce qui permet d’obtenir un son dynamique avec un amplificateur casque d’une impédance de 2V qui permet de piloter n’importe quel casque ou écouteur. 

LG va continuer à miser sur une caméra arrière à deux capteurs, d’ailleurs LG a été l’une des marques en avance sur Apple avec ce type de capteurs. Les deux capteurs de 13 mégapixels se complètent, avec un capteur grand angle qui affiche plus de mégapixels au compteur par rapport au LG G5. C’est une bonne chose, les deux capteurs affichaient des qualités de clichés disparates, ce n’est plus le cas. Le passage d’un capteur à l’autre est fluide, ce qui est une bonne nouvelle.

 

Enfin, le LG G6 embarque Android 7.0 Nougat avec interface personnalisée, sans tiroir d’apps à l’image d’iOS. Les réglages sont nombreux sur tous les aspects du produit. Nous avons ainsi retrouver Knock On, pour déverrouiller son smartphone grâce un double tap.

Premier verdict

Le LG G6 est un smartphone puissant et attrayant qui affiche des finitions impressionnantes. Mais… LG pouvait-il faire autrement ? Le double capteur de 13 mégapixels à l’arrière fera du G6 un des meilleurs photophones de l’année, le design est réussi avec un écran impressionnant par ses dimensions et ses coins arrondis, mais un regret : le Snapdragon 821, puissant mais qui sera dépassé dans quelques semaines par le Snapdragon 835. Seul inconnu à l’équation, son prix qui devra être plus bas que le Galaxy S8 pour nous convaincre.

Nous avons hâte de le tester, le constructeur coréen a trouvé une formule ambitieuse et prometteuse.