À l’occasion du lancement du Galaxy Note 7, Samsung s’est étendu sur l’avenir de la téléphonie mobile au sein de sa propre marque. Design et nouvelles technologies y tiennent une place importante, mais Samsung ne compte pas se presser pour autant.

galaxy-note-7-iris

Koh Dong-jin, président de la communication de Samsung, s’est entretenu avec le Korea Times sur l’avenir de la marque et des smartphones en général. Outre les très bons chiffres de vente des Galaxy S7 et S7 edge, l’un des sujets principaux de cette discussion concernait les nouvelles technologies intégrées au Galaxy Note 7 ainsi que son design.

En savoir plus : Prise en main du Samsung Galaxy Note 7, la nouvelle référence...

Samsung ose l’iris

Lors de sa conférence Unpacked, Samsung a bien appuyé sur le scanner d’iris du Galaxy Note 7, qui représente l’une des principales nouveautés du téléphone. Pour Koh Dong-jin, il s’agit là d’un bon moyen d’augmenter la sécurité générale de l’appareil, et notamment pour les transactions bancaires et autres transferts de données sensibles. Aussi, il est prévu que cette fonctionnalité soit également portée sur d’autres smartphones de la marque, y compris dans le milieu de gamme.

Pour autant, il précise qu’il n’est pas nécessaire d’intégrer à la fois un scanner d’iris et un capteur d’empreintes sur tous ses téléphones, laissant penser que les milieux de gamme pourraient disposer que de l’un ou de l’autre.

Samsung se plie au raisonnable

Concernant les terminaux pliables, il se murmure que le géant coréen pourrait proposer son premier modèle au cours du début d’année 2017. Pourtant, Koh Dong-jin annonce que la firme a besoin d’un délai supplémentaire pour « proposer des innovations significations et une certaine commodité d’usage compte tenu de l’état actuel de la technologie ». Il ajoute que « cela nécessite de sérieux changements de la partie logicielle et de l’expérience utilisateur pour concevoir un smartphone pliable et que cela prendra certainement du temps ».

Il se pourrait donc qu’il faille encore attendre avant de pouvoir plier sa tablette en deux avant de la glisser dans sa poche comme l’envisageait la marque déjà en 2012.