Introduction

Le Redmi Note 4 nous vient tout droit de Chine et n’est disponible uniquement qu’en import. Si côté design on observe une montée en gamme, le prix reste lui le même. Que vaut le smartphone de Xiaomi par rapport au modèle précédent, le Redmi Note 3, et ses concurrents commercialisés en Europe ? Toutes les réponses dans notre test complet.

xiaomi-redmi-note-4-2-sur-8

Les smartphones chinois portent depuis toujours l’étiquette de pâles copies des plus grandes marques, proposant des prix au rabais pour une qualité amoindrie. Néanmoins, certains constructeurs comme Huawei et Xiaomi ont su se démarquer au fil du temps sans pour autant augmenter leurs tarifs. La deuxième entreprise citée ne fait que grossir dans son pays d’origine et commence à se construire une vraie communauté de fans, même en dehors de l’Asie. Phénomène d’autant plus compréhensible lorsqu’on regarde la fiche technique de son Redmi Note 4.

 

Fiche Technique

Modèle Xiaomi Redmi Note 4
Version de l'OS Android 6.0 (Marshmallow)
Interface MIUI
Taille d'écran 5,5 pouces
Définition 1920 x 1080 pixels
Densité de pixels 401 ppp
SoC MT6797 à 2,1GHz
Puce Graphique (GPU) Mali-T880
Mémoire vive (RAM) 2 Go
Mémoire interne (flash) 16 Go, 64 Go
MicroSD Oui
Enregistrement vidéo 1080p
Wi-Fi Oui
Bluetooth
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 850 MHz, 900 MHz, 1900 MHz, 2100 MHz, 1800 MHz, 2600 MHz, 1800 MHz, 2500 MHz, 2300 MHz
SIM 2x nano SIM
NFC Oui
Ports (entrées/sorties) microUSB
Géolocalisation Oui
Batterie 4100 mAh
Dimensions 151 x 76 x 8,4 mm
Poids 175 grammes
Couleurs Argent, Gris, Or
Prix 118 euros
Fiche produit

 

Toujours plus élégant

Côté design, le Redmi note 4 surprend agréablement. L’appareil est proposé en trois coloris différents : silver, gold et dark grey. Unibody et moins plastique, le Redmi Note 4 se démarque avec classe de son prédécesseur. Les finitions du smartphone sont en effet particulièrement soignées. Xiaomi avait déjà fait un bond en avant avec le Redmi Note 3, plus fin et arrondi que le modèle précédent. Mais ce dernier avait encore un effet plastique malgré une coque en métal.

Le nouveau Redmi note, tout en aluminium mat, tente de se rapprocher toujours plus de ses concurrents en proposant un design plus premium, et cela est notamment plus visible sur le dos du smartphone. Les bords en haut et en bas comportent d’élégants chanfreins argentés. Le résultat n’est pas original, mais il a le mérite d’être efficace. Côté prise en main, taille oblige (), il est nécessaire de le porter à deux mains. L’appareil est tout de même relativement lourd avec ses 175 grammes et l’ensemble reste encore assez glissant.

xiaomi-redmi-note-4-3-sur-8

Sur le dos du téléphone, on retrouve comme sur l’un de ses principaux concurrents le Nexus 5X, un lecteur d’empreintes parfaitement placé sous le module photo. Comme ce dernier, il est circulaire et cerclé d’un anneau métallique brillant pour un rendu homogène même si cette fois-ci, le logo MI n’est pas brillant. Les hauts-parleurs présents sur le dos du Redmi Note 3 se retrouvent ici sur la tranche inférieure de l’appareil, un plus pour l’élégance générale de l’appareil.

Xiaomi conserve un modèle chinois pour le positionnement des boutons Power et Volume + / – sur le côté droit. Il est d’ailleurs nécessaire de bouger la main pour augmenter le volume. Sur le côté gauche, on retrouve l’habituel tiroir SIM/micro SD pour 1 micro SIM + 1 nano SIM OU 1 micro SIM + 1 micro SD. Enfin, se trouve sur la tranche supérieure un port Jack 3.5, un port IR, une entrée micro secondaire et sur la partie inférieure, deux grilles pour l’entrée micro primaire et le haut-parleur, ainsi qu’un port micro USB 2.0., flanqué de deux rivets.

xiaomi-redmi-note-4-1-sur-8

Les changements pour la façade de la phablette sont minimes. Les boutons rétro éclairés sous l’écran sont toujours les mêmes : Multitâche, Home, Retour. Sur la partie supérieure, on retrouve une LED de notifications, un capteur luminosité/proximité et une caméra frontale. La bordure d’écran est plutôt fine mais visible.

 

Un écran correct

L’écran de ce Redmi Note s’en sort bien, même s’il n’est pas très éloigné de son grand frère. Équipé d’une dalle IPS avec une résolution en Full HD de 1080p, les couleurs sont relativement vives. La luminosité maximale est de 439 cd/m², tout comme le redmi note 3. C’est plus que convenable pour un mobile de cette envergure, la moyenne étant plutôt de 300, là où les haut de gamme atteignent 600 nits. Le mode lecture ou nuit permet lui de reposer les yeux, à la manière de ce que propose l’iOS 10. Seul le réglage automatique de luminosité est un peu aléatoire, pour ne pas dire capricieux.

Une fois n’est pas coutume, la balance des blancs tire de façon très nette sur le bleu. Si l’on mesure la température des couleurs, on atteint quasi 8000°k. Quant au contraste de 1226:1, il est tout à fait convenable pour la gamme, l’image reste agréable. Ce n’est pas gênant au quotidien, mais cela pourrait décevoir les plus pointilleux adeptes de retouches photos. Mais pour prendre quelques clichés et regarder des vidéos, c’est amplement suffisant.

xiaomi-redmi-note-4-6-sur-8

L’écran 2.5 D n’est cependant pas convaincant. La bordure métallique vient gâcher l’effet souhaité. Par ailleurs, il est difficile de glisser complètement avec son doigt sur l’écran tactile, même si au ressenti, un effort semble avoir été fait par rapport au redmi note 3.

 

MIUI, pas dénué de bug

Une grande partie des appareils en provenance de l’Asie utilise Android avec une interface maison très inspirés de ce que propose les plus grandes marques du domaine mobile. Le Redmi Note 4 ne fait pas exception : en plus de Marshmallow 6.0., elle intègre une ROM baptisée MIUI. Si la version 7 est préinstallée, la mise à jour vers MIUI 8 se fait rapidement, dès le premier allumage du terminal.

Très coloré et avec des icônes d’applications flat, la interface de Xiaomi rappelle fortement l’iOS d’Apple. Tourné vers ce qui semble désormais la nouvelle norme de demain, l’habituel tiroir d’application a disparu : il est nécessaire de ranger ses applications sur son bureau et ses dossiers. La barre des notifications est particulièrement bien pensée, accompagnée d’un champ de recherche et d’un accès rapide aux paramètres.

miui-xiaomi-redmi-note-4

La solution du Rednote a de quoi déstabiliser les habitués d’Android. Mais la simplicité succède rapidement à la surprise et MIUI 8 n’est plus difficile à prendre en main qu’un EMUI sur Honor 8. Les limitations se font cependant rapidement sentir puisque le Redmi est uniquement disponible à l’import. L’interface est, au choix, en chinois ou en anglais. Autre remarque, le Play Store n’est pas pré-installé. Il est nécessaire d’effectuer quelques manipulations pour obtenir la boutique Android de Google. Également, il convient de faire le tri dans les app chinoises déjà installées et qui ne sont d’aucune utilité en France…

 

Les 10 cœurs sur le pont

Le Xiaomi Redmi Note 4 est doté d’un processeur Mediatek Helio X20 à dix coeurs et d’un GPU Mali T880. Cela lui permet de s’en sortir plutôt bien pour un usage quotidien. S’il peut faire tourner facilement une bonne partie des jeux disponibles sur le Play Store, les plus gourmands d’entre eux auront tendance à faire très rapidement chauffer le processeur, rendant la prise en main désagréable. Heureusement, sa coque métallique permet une rapide diffusion de la chaleur. Cependant, il est arrivé quelquefois que le lancement ou la navigation d’une application fasse littéralement freezer l’interface logicielle. Mais pour ce qui concerne la navigation Internet, le contrat est rempli haut la main pour Xiaomi.

 Xiaomi Redmi Note 4Xiaomi Redmi Note 3Huawei P9 LiteHonor 5X
AnTuTu 6.081 632 points48 093 points53 530 points36 647 points
PCMark4 758 points4 218 points5 337 points3 847 points
3DMark Ice Storm Unlimited (General)13 765 points15 398 points11 719 points7 927 points
3DMark Ice Storm Unlimited (Graphics)15 222 points15 574 points11 252 points7 866 points
3DMark Ice Storm Unlimited (Physics)10 310 points14 811 points13 712 points8 146 points
GFXBench Manhattan (onscreen / offscreen)13 / 12 FPS9,5 / 10 FPS8 / 8 FPS5,6 / 6 FPS
GFXBench T-Rex (onscreen / offscreen)23 / 20 FPS26 / 27 FPS19 / 19 FPS14 / 15 FPS

Le capteur d’empreintes fonctionne très bien, il est à la fois rapide et réactif, même lorsque l’écran est en veille. Cela permet de déverrouiller en un geste seulement son smartphone, sans avoir à passer sur le bouton de verrouillage et entrer un code. Le seul petit point noir est toujours le même, comme le lecteur est positionné à l’arrière de l’appareil, impossible d’en bénéficier lorsque le Redmi Note 4 est posé sur une surface plane.

 

Pas de 800 MHz

Xiaomi n’a toujours pas rectifié le tir pour la bande de fréquences 800 MHz. Absente, cela risque de poser problème aux abonnés des réseaux Orange ou SFR qui ne pourront profiter de la 4G. A contrario, la 3G est impeccable

Le Wi-Fi en 5 GHz compatible a/b/g/n/ac fonctionne sans problème  tout comme le Bluetooth 4.2. et le GPS qui nous a localisé sans problème.

Quant à la qualité des appels, pas de problème à signaler mais les SMS demandent parfois à être envoyé une seconde fois.

 

Une partie photo correcte

Le Redmi Note 4 possède comme tout smartphone qui se respecte deux APN. Et généralement, c’est sur ce point que les terminaux se distinguent les uns des autres. Alors que le Redmi Note 3 était étonnamment moins bon que son prédécesseur, le nouveau Xiaomi, même s’il est convenable pour sa gamme (13 MP à l’arrière et 5 MP sur la face avant) ne semble pas s’améliorer.

À l’intérieur le résultat n’est pas mauvais, mais le bruit, même avec un fort éclairage, vient polluer un cliché déjà un peu jaunis à cause de la colorimétrie. Les différentes sources de lumière sont difficilement gérées à l’extérieur et ce n’est pas le mode HDR qui change quoique ce soit, sans compter les nombreuses zones de floues. Le soir, comme on pouvait s’y attendre, les défauts s’accentuent. Les différentes lumières ne sont pas bien gérées, avec un rendu très flou systématique.

Le flash LED dual-tone permet lui d’améliorer les clichés de nuit, sans pour autant annuler les effets de flou. La vidéo filme en 1080p mais elle reste peu convaincante, notamment en intérieur avec un éclairage artificiel où l’image est saccadée. Le logiciel photo permet d’ajouter des filtres simples mais et propose plusieurs modes assez classique : panorama, timer, de nuit, beauté, etc. Il est aussi possible de paramétrer manuellement son APN.

flash sombre xiaomi-hdr xiaomi-redmoi

 

L’autonomie dans la moyenne

Le Xiaomi Redmi Note 4 n’a pas une autonomie excellente, puisqu’il peine à tenir une journée entière sans réclamer sa dose de recharge en fin de journée. Toutefois, sur notre test d’autonomie habituel (1h de vidéo YouTube avec la luminosité réglée à 200 cd/m2), la capacité de la batterie a perdu 15%, un peu moins que la moyenne des smartphones. MIUI a l’avantage tout de même de proposer un contrôle de sa batterie avec le mode standard et performance, plus gourmand en énergie.

Autonomie
  • Redmi Note 4 : 85
  • Honor 5X : 85

 

Prix et date de sortie

Le Redmi Note 4 est déjà disponible uniquement en import sur plusieurs sites d’importations pour 189 euros comme par exemple chez Geekbuying.

Test Xiaomi Redmi Note 4 Le verdict

design
8
Xiaomi signe une montée en gamme avec le design moins plastique de son Redmi Note 4. Sans la moindre originalité, il se rapproche ouvertement de l'élégance des smartphones de la gamme supérieur de ses concurrents.
écran
7
Cette nouvelle évolution du Redmi Note propose, à son niveau, une très bonne luminosité et un bon contraste. La colorimétrie tire sur le bleu mais ne gênera que les photographes aguerris. Quelques nouveautés comme le mode lecture viennent améliorer l'expérience. Seuls l'écran dit 2.5 D et l'accroche semblent faire défaut.
logiciel
6
MIUI a ses adeptes mais l'expérience peut dérouter, surtout pour les utilisateurs Android, tant il se rapproche en apparence de l'iOS d'Apple. L'interface de Xiaomi est parfois peu ergonomique et pas exempte de petits bugs.
performances
8
Même si sa fiche technique n'est pas impressionnante et qu'il a tendance à chauffer très rapidement, le Redmi Note 4 s'en sort plutôt bien. Son capteur d'empreinte est lui très appréciable et facilite au quotidien son utilisation.
caméra
6
L'APN n'est clairement pas le point fort du terminal. Les clichés peuvent vite être gâchés si les sources de lumières sont multiples. Même s'il reste tout à fait convenable pour le marché qu'il vise, la déception est grande lorsque l'on connaît les capacités de la caméra du Redmi Note 2...
autonomie
7
A l'usage, l'autonomie du Redmi Note 4 n'est pas le point fort du terminal. La lecture de vidéo n'est toutefois pas trop gourmande, mais les usagers gourmands auront du mal à tenir la journée entière.
Note finale du test 8/10
Si le Xiaomi Redmi Note 4 est assez semblable à son prédécesseur sur bien des points, il signe avec son élégance une montée en gamme. Le smartphone de Xiaomi c'est aussi un bel écran et un capteur d'empreintes très performant. Cependant, l'interface est encore déconcertante et peu stable, les problèmes de langues et de bandes passantes liés à l'import ou encore l'APN déçoivent. Ces quelques points ne permettent pas d'élever plus que cela notre note pour le Xiaomi Redmi Note 4.

En face de lui, le 5X a cassé ses prix mais propose une gamme supérieure avec des performances au-dessus de Xiaomi. Néanmoins, le design n'est pas aussi convaincant. Le Huawei P9 Lite, l'autre smartphone en provenance de Chine, est moins impressionnant du côté de ses performances. Cependant, lors de la prise en main, le P9 Lite est nettement au-dessus de Xiaomi, ne pour plusieurs raisons : son interface plus stable, ses bandes de fréquences et la qualité de son écran.

À 190 euros, nous serions tout de même tenté de considérer le Redmi Note 4 comme un très bon rapport qualité/prix pour les habitués aux modèles chinois.
  • Points positifs
    • Un design haut de gamme
    • Un bel écran
    • Un excellent rapport qualité/prix
    • Un capteur d'empreintes réactif
  • Points négatifs
    • Il manque les bandes 800 et 700 MHz
    • Une interface parfois capricieuse
    • Interface en anglais ou chinois
    • L'appareil photo décevant