Elon Musk, le PDG de Tesla, a annoncé que le pilotage semi-autonome Autopilot des Model S et Model X avait permis de réduire de 50% le nombre d’accidents. Un chiffre très intéressant qu’il convient bien entendu de nuancer, mais qui confirme les bons résultats des voitures autonomes dans le cadre de la sécurité routière.

Tableau de bord de la Tesla

Tableau de bord de la Tesla

Elon Musk était en visite en Norvège la semaine dernière. L’occasion de discuter avec Ketil Solvik-Olsen, le ministre des transports norvégien. Le patron de Tesla a été très clair sur le mécanisme de conduite semi-autonome des Model S et Model X : l’Autopilot, lorsqu’il est activé, réduit de 50% la probabilité d’avoir un accident. Ce chiffre ne sort pas de son chapeau, mais de la base de données de Tesla, qui répertorie le nombre d’accidents durant lesquels les airbags des voitures se sont activés. C’est pour cette raison qu’Elon Musk affirme que cette première version de l’Autopilot est au moins deux fois plus performante qu’un conducteur pour éviter les accidents.

 

L’Autopilot en dehors de l’autoroute

Les chiffres sont toutefois à nuancer, puisque l’Autopilot est principalement utilisé sur autoroute : Tesla ne conseille pas de l’utiliser sur d’autres types de voies. L’autoroute représente les voies de circulation les plus sûres, puisqu’il est impossible, en théorie, de réaliser des chocs à contresens. Il serait alors intéressant de voir le comportement d’une voiture autonome sur des routes nationales ou départementales avec les difficiles actions à prendre : vaut-il mieux se déporter violemment dans le fossé ou réaliser un freinage d’urgence ?

À lire sur FrAndroid : Autopilot et Tesla Model S : nous avons testé le pilotage automatique

 

Autopilot 2.0 : vers la conduite autonome

La seconde version de la fonction Autopilot devrait être encore plus sûre, puisqu’elle est censée permettre aux voitures électriques de Tesla d’être complètement autonomes. On pourrait alors voir le taux d’accident diminuer encore plus que ces 50 %. Google croit également dur comme fer à la sécurité des voitures autonomes, comme le prouvent les chiffres mis en ligne mensuellement par le géant de Mountain View. À l’avenir, il est alors clair que la conduite manuelle sera interdite et que seules les voitures autonomes auront le droit de circuler sur la route. En plus d’apporter davantage de sécurité, les voitures autonomes permettront également de diminuer les embouteillages et la pollution puisqu’elles n’auront plus besoin de feux rouges.