La grande question qui commence à se poser chez Google est celle de la commercialisation des Google Car. Alors que l’on pensait que le groupe Fiat – Chrysler était en bonne position pour devenir un partenaire important pour la fabrication des Google Car, ce ne serait finalement pas le cas.

google_car

En mai dernier, Google et le groupe automobile Fiat avaient conclu un partenariat assez inédit puisque la firme de Mountain View avait fait sortir de terre une usine de fabrication automobile. Le but était de fabriquer 100 Chrysler Pacifica (un minivan) autonome suite à l’échec des négociations avec General Motors pour construire une voiture autonome. Quelques jours après l’annonce du partenariat, Google avait souhaité clarifier la situation en annonçant qu’il était seulement question de 100 voitures et non pas d’un partenariat plus large. Un cadre de chez Chrysler avait toutefois laissé sous-entendre que le partenariat pourrait évoluer.

 

Qui fabriquera les Google Car ?

Selon les sources du journal The Information, Google ne souhaiterait pas aller plus loin avec le groupe Fiat – Chrysler. Tous les regards se tournent maintenant vers Google : comment l’entreprise va-t-elle réussir à commercialiser ses Google Car lorsque celles-ci seront prêtes ? La problématique est réelle, puisque certains constructeurs automobiles commencent à proposer des fonctions de conduite semi-autonomes, que ce soit chez Tesla mais également chez les grands constructeurs automobiles classiques.

 

Une licence pour la technologie Google ?

Pour certains analystes, Google pourrait se faire de l’argent en proposant sa technologie de conduite autonome sous forme de licence auprès des autres constructeurs. Selon The Information, ce ne serait plus à l’ordre du jour chez Google, notamment à cause des questions de responsabilités pour du matériel qui ne serait pas fabriqué par Google mais directement par les constructeurs automobiles.

Selon le site The Information, tous les constructeurs auront déjà leurs technologies de conduite autonome lorsque la législation sera favorable à ce type de conduite. Si c’est le cas, Google pourrait être rapidement éjecté du jeu, à moins que l’entreprise américaine ne parvienne à faire fabriquer ses Google Car.

À lire sur FrAndroid : Pour le patron d’Alphabet, les voitures autonomes, c’est demain