Alors que sa division réseau constitue désormais l’essentiel de son chiffre d’affaires, Nokia songerait désormais à se séparer d’une section à l’origine d’une application très appréciée des mobinautes : Here Maps serait sur la sellette.

Here Maps

Doit-on attendre un nouveau revirement de situation chez Nokia ? Alors que la division mobile du Finlandais est passée entre les mains de Microsoft l’an dernier, restent notamment, outre son activité d’équipementier réseau, une branche de Nokia spécialisée dans le développement logiciel. On pense évidemment à Here Maps qui, selon Bloomberg, pourrait être mis en vente pour mieux laisser la firme se concentrer sur « l’accélération de la croissance de son unité chargée des réseaux sans fil ».

Successeur d’Ovi Maps puis de Nokia Maps, présents depuis le milieu des années 2000 sur Symbian et les Series 40 suite au rachat du service de cartographie Navteq, Here Maps est longtemps resté l’exclusivité de Windows Phone, dans lequel il était intégré d’office. Le système de cartographie et de navigation GPS s’est récemment ouvert au monde d’Android après une très courte phase d’exclusivité sur les terminaux Samsung et, depuis la fin 2014, est disponible sur une majorité d’androphones. Au total, plus d’un million de terminaux Android en sont équipés tandis que les utilisateurs d’iPhone peuvent télécharger l’application depuis le mois dernier.

Malgré son ouverture aux plateformes concurrentes, Here Maps affiche aujourd’hui une valorisation à hauteur de 2,1 milliards de dollars, soit 6 milliards de dollars de moins que le montant du rachat de Navteq, en 2008. Parmi les acheteurs intéressés, le nom d’Uber a déjà été mentionné, de même qu’un mystérieux constructeur de voitures allemandes. Celui de Microsoft, déjà acquéreur de la section terminaux mobiles de la firme n’a pas été soufflé mais, en l’absence de commentaire de la part des deux parties, la possibilité reste ouverte.