Le responsable du développement de Facebook Messenger promet que l’application devrait gagner en légèreté à l’avenir.

Facebook semble commencer l’année avec une introspection concernant la qualité de ses services. Après la réforme du flux de Facebook annoncée par Mark Zuckerberg, c’est au tour de l’équipe de Facebook Messenger de faire le point.

Dans un article posté sur Facebook, David Marcus, le responsable de Messenger, dresse le bilan de 2017 et partage ses perspectives pour l’année 2018.

Messenger est devenu trop complexe

D’année en année, Facebook Messenger est devenu un service très populaire et connait maintenant 1,3 milliard d’utilisateurs mensuels dans le monde. Avec le temps, l’équipe a rajouté de plus en plus de fonctions (des bots, du paiement, des stickers 3D, etc.) au point que l’application est devenue plutôt lourde à utiliser.

David Marcus en est conscient et consacre un court paragraphe à ce problème. Il explique que l’équipe a souhaité tester de nouvelles fonctions pour se démarquer de la compétition, mais que l’ajout à répétition a fini par faire prendre de l’embonpoint à l’application.

Il termine en annonçant un « investissement massif » de l’équipe pour simplifier Facebook Messenger dans l’année à venir. On se demande si ce sursaut de l’équipe ne trouve pas son origine dans le succès de l’application Facebook Messenger Lite.

L’utilisation d’imagerie va exploser en 2018

Dans son article, David Marcus partage également une prédiction concernant les tendances dans l’année à venir pour la messagerie de particulier à particulier. Il prédit que l’utilisation d’imagerie va exploser en 2018, avec de plus en plus d’utilisation de l’appareil photo, d’emojis, de partage de vidéo, de stickers, d’images ou de GIFs. Le texte devrait avoir de moins en moins sa place dans les échanges, même au sein des entreprises.

Pour accompagner ce changement, l’interface de Messenger devrait évoluer vers une messagerie plus visuelle, mettant en avant ces nouvelles façons de partager de l’information ou des émotions.