Cet éditeur d’antivirus bien connu a revendu les données de ses utilisateurs

Et bien entendu sans leur accord...

 

L'éditeur tchèque Avast Software a été condamné par la FTC américaine à une amende de 16,5 millions de dollars pour avoir collecté, et surtout revendu, les données de navigation des utilisateurs de son logiciel antivirus.

La réputation d’Avast est sérieusement écornée // Source : Avast Software

Les données de navigation des utilisateurs d’Avast valent de l’or… et vont pourtant lui coûter cher. On apprend qu’Avast Software, éditeur de la solution antivirus du même nom, a été condamné à une amende de 16,5 millions de dollars par la Federal Trade Commission pour avoir collecté, stocké, et revendu, entre au moins 2014 et 2020, les données de navigation de ses utilisateurs. La FTC a également interdit à Avast de vendre à l’avenir des données d’utilisateurs à des fins publicitaires.

Comme le rapporte The Verge, la collecte des données de navigation par Avast Software se faisait au travers du logiciel Avast Antivirus, mais aussi et surtout par le biais de son extension pour navigateur. Ce dernier permettait à l’éditeur de stocker des données relatives aux croyances religieuses des utilisateurs, à leurs opinions politiques, mais aussi d’en savoir plus sur leur localisation, leur situation financière, ou encore leurs préoccupations en matière de santé.

Avast pris la main dans le sac…

Dans le détail, on apprend qu’Avast stockait ces données « indéfiniment » et que le groupe les vendait à plus de 100 entreprises tierces sans aucun accord des utilisateurs spoliés. Avast Software prétend avoir anonymisé ces données avant de les revendre, mais la FTC explique pour sa part que le groupe « n’a pas suffisamment anonymisé les informations de navigation des consommateurs ». L’éditeur vendait notamment des données avec des identifiants uniques, propres à chaque navigateur traqué, révélant les sites web visités, le tout avec les dates et heures de visite, le type d’appareil utilisé, le navigateur employé, ainsi que la localisation de l’utilisateur.

Tout aussi grave, selon la FTC Avast a sciemment trompé ses utilisateurs en prétendant que son utilitaire les aiderait — justement — à réduire le suivi de leur activité en ligne… alors qu’il procédait lui-même à un tracking d’ampleur à des fins mercantiles. Quant à l’image de marque du groupe, elle va en prendre un coup supplémentaire : la FTC a en effet imposé à Avast d’informer les clients concernés que leurs données ont été vendues à leur insu, souligne The Verge.

« Nous sommes engagés dans notre mission de protection et d’autonomisation de la vie numérique des gens », a quoi qu’il en soit commenté Jess Monney, porte-parole d’Avast, contacté par le média américain. « Bien que nous ne soyons pas d’accord avec les allégations de la FTC, et avec sa caractérisation des faits, nous sommes heureux de résoudre cette affaire et nous nous réjouissons de continuer à servir nos millions de clients dans le monde entier », a-t-il poursuivi, imperturbable.


Utilisez-vous Google News (Actualités en France) ? Vous pouvez suivre vos médias favoris. Suivez Frandroid sur Google News (et Numerama).