Encore plus de publicités sur Android, et vous pourrez dire merci à iOS 14.5

 

Un gros tiers seulement des utilisateurs d'iOS autorise le suivi publicitaire depuis l'arrivée d'iOS 14.5. C'est ce que révèle une enquête, qui dévoile en parallèle un début d'exode des annonceurs vers l'écosystème Android… désormais nettement plus indulgent vis-à-vis du Tracking.

Ici l’iPhone 12 Mini dans son nouveau coloris mauve, pour illustration

Ici l’iPhone 12 Mini dans son nouveau coloris mauve, pour illustration // Source : FRANDROID / Anthony WONNER

L’arrivée, avec iOS 14.5, d’une fenêtre « opt-in », permettant aux utilisateurs de refuser le suivi publicitaire d’une application à l’autre, a sérieusement réduit les possibilité de tracking offertes jusqu’à présent aux annonceurs. D’après une enquête de la Post-IDFA Alliance (un consortium d’agences publicitaires ayant mis en commun leurs données), seuls 36,5% des utilisateurs ayant installé iOS 14.5 choisissent de maintenir le suivi lorsque cela leur est demandé.

Cette défection pousse de plus en plus d’annonceurs à migrer vers Android qui, à cette heure, ne propose pas de fonctionnalité anti-suivi aussi radicale. Et pour cause, d’après IDFA, l’option introduite par la dernière version d’iOS permet de désactiver d’un clic l’un des identifiants de suivi les plus utilisés.

Les publicitaires dans l’expectative

Selon l’alliance, les dépenses publicitaires côté Android ont par conséquent augmenté de 8,3 à 21% chez les différentes entreprises qui la constituent (AdColony, Fyber, Chartboost, InMobi, Vungle, et Singular). En parallèle, les dépenses pour iOS ont été légèrement réduites (environ -3%) pour chacune d’entre elles, à l’exception de Vungle, qui a augmenté ses investissements de 21% sur Android et 3,3% sur iOS.

En l’état, les différents publicitaires ne fuient pas à proprement parler iOS, mais réduisent légèrement leur voilure sur l’écosystème d’Apple afin d’observer sans risque les « tendances du secteur ». Une situation qui profite néanmoins à l’environnement mobile de Google, au moins dans l’entretemps.

Cela dit, les chiffres ne sont pas favorables aux firmes publicitaires sur iOS. On apprend par exemple que si un gros tiers des utilisateurs d’iOS continue d’autoriser le suivi, seuls 16,8 % d’entres eux l’ont autorisé selon les données propres à AdColony. 18,9% des utilisateurs ont par ailleurs, toujours selon l’enquête, intégralement bloqué ce suivi depuis les réglages de leur iPhone ou iPad.

Notons qu’en dépit des restrictions induites par iOS 14.5, Facebook (l’un des principaux intéressés) expliquait récemment que ce blocage du suivi n’impactait finalement pas autant que prévu ses activités. Par ailleurs, et comme le souligne Apple Insider, aucun des chiffres partagés par la Post-IDFA Alliance ne représente un véritable scénario catastrophe pour le secteur. Les prochains mois permettront cependant d’affiner ces premiers ressentis.

Les derniers articles