Le Trekker-X4 est le dernier smartphone robuste de Croscall. Nous avons pu le prendre en main et prendre quelques photos de cet appareil censé résister à toutes les épreuves.

Lorsque l’on fait tomber son téléphone, on est toujours pris d’un doute plus ou moins intense : l’appareil est-il cassé, ou est-il resté intact ? Les amateurs de physique quantique et du chat de Schrödinger vous répondront qu’il est les deux en même temps tant que vous ne l’aurez pas ramassé.

L’une des missions que s’est assignée la marque française Crosscall prend racine dans cette problématique. Cette dernière veut en effet vous débarrasser de ce genre d’inquiétudes en proposant des smartphones résistants. Nous avons pu prendre en main son dernier-né, le Crosscall Trekker-X4.

Design

Dès la sortie de boîte, le Trekker-X4 dégage une réelle impression de robustesse avec son format épais, imposant, et ses lignes agressives. En allumant l’écran, on se rend compte que la zone d’affichage est loin de recouvrir l’entièreté de la face avant. Les contours noirs sont donc particulièrement marqués. Il est cependant difficile de lui en tenir rigueur pour ce genre de détails. Avant d’être beau, le smartphone veut être costaud. On s’efforcera donc de mettre de côté certaines exigences. Précisons simplement qu’à la prise en main, le poids au-dessus des 250 grammes se fait bien ressentir tout comme le caractère massif.

La bordure du bas est inutile, occupée seulement par le logo de la marque. Sur le front, le haut-parleur d’appel ressort très bien avec sa couleur gris métallique. Celui-ci a une forme de trapèze tordu et m’a un peu fait penser à la virgule du logo de Nike. Un peu seulement. Il est accompagné, sur sa gauche, de l’appareil photo frontal.

On signalera que l’ensemble du Trekker-X4 est fait d’un plastique renforcé pour absorber les chocs. Sur les tranches gauche et droite, on trouve des plaques en métal vissées. Le dos du smartphone est assez particulier. D’une part, les parties latérales ont été travaillées pour faciliter l’appréhension et ne sont donc pas lisses contrairement au reste de la surface arrière.

D’autre part, il y a tout un tas d’éléments qui sautent à l’œil. Le module photo est particulièrement imposant. Tout le monde n’appréciera pas forcément, mais personnellement j’ai trouvé le parti pris esthétique intéressant. On distingue très bien l’objectif ultra grand-angle (170 degrés) sous la large plaque de verre Gorilla Glass 5. Le deuxième objectif, plus discret, se loge juste en dessous entre le flash et l’autofocus.

Le C de Crosscall est une nouvelle fois apposée sur cette partie du smartphone, en plein milieu. Et enfin, on ne peut pas le rater, un connecteur aimanté, rond, a été intégré au dos du Trekker-X4. Celui-ci permet de profiter de plusieurs accessoires dont voici quelques exemples :

  • un chargeur avec une fixation magnétique adaptée
  • un harnais pour accrocher le téléphone autour du buste
  • une perche à trois pieds avec télécommande
  • kit de charge et fixation pour la voiture

Pour continuer le tour du propriétaire, précisons que le lecteur d’empreintes est positionné sur la tranche droite — comme sur le Samsung Galaxy A7 2018. Il sert également de bouton de déverrouillage. Sur le même flanc, on trouve le bouton raccourci pour l’appareil photo, tandis que les contrôles du volume sont placés sur la gauche.

Le port USB-C (en bas) et la prise jack (en haut) sont protégés par un cache. Le Croscall Trekker-X4 peut embarquer deux nano SIM ou bien une nano SIM et une microSD. L’appareil est certifiée IP68 et est donc étanche. Enfin, les deux grilles de haut-parleurs sont à l’arrière.

Pour les besoins de ce papier, j’ai jeté plusieurs fois le téléphone au sol et je l’ai également plongé dans l’eau sans remarquer la moindre séquelle de ces mauvais traitements. Pour les plus prudents, un petit trou dans l’angle permet de fixer une attache à porter autour du cou.

Difficile d’émettre un jugement complet de l’écran IPS si ce n’est qu’il s’inscrit en contresens de la plupart des dalles que l’on croise actuellement sur le marché. Il a en effet une diagonale de 4,79 pouces pour un ratio 16:9. La définition de 1920 x 1080 pixels est largement suffisante pour assurer un bon confort de lecture (la résolution est de 401 pixels par pouce). Le verre utilisé est certifié Gorilla Glass 5.

Logiciel

Le Crosscall Trekker-X4 tourne sous Android 8.1 Oreo avec quelques applications préinstallées par le fabricant. On en retiendra deux essentiellement. La première, X4-Sensors, permet d’accéder à tous les capteurs embarqués pour avoir une meilleure compréhension de son environnement. Le service indique la température, le niveau d’humidité, la pression atmosphérique ou même l’exposition aux rayons UV.

Pour tous les autres capteurs plus classiques (GPS, accéléromètre, proximité…), l’application sert plus à s’assurer qu’ils fonctionnent correctement en cas de doute. Par exemple, pour le capteur de proximité, un point rouge s’allume et s’éteint en fonction des obstacles en face de lui. En conséquence, s’il ne s’anime pas, l’utilisateur saura que cette fonctionnalité est en panne. C’est pratique pour faire soi-même le diagnostique de son téléphone.

Crosscall met aussi en avant l’application X-Cam. L’appareil photo classique permet déjà de passer d’un mode de prise de vue normal à un fish-eye ou de verrouiller l’écran tactile pour pouvoir prendre des photos sous l’eau. X-Cam va un peu plus loin et propose de varier les prises de vue entre 88, 110, 140 et 170 degrés (normal, large, super large et ultra large). L’effet fish-eye est toujours disponible depuis cette app également.

X-Cam intègre aussi une dimension réseau social en proposant de faire des « X-Stories » ou d’enregistrer des vidéos live en les diffusant sur Facebook. D’ailleurs, en ce qui concerne la photo, les deux capteurs profitent d’une définition de 12 mégapixels. Au premier abord, la qualité des clichés ne semble pas particulièrement incroyable, sans être vraiment mauvaise non plus. On est dans la moyenne du « meh ».

Il est possible de filmer en 1080p en enregistrant jusqu’à 120 images par seconde et de profiter d’une stabilisation sur 6 axes ce qui peut s’avérer pratique pour les sportifs de l’extrême.

Performances et batterie

Le Trekker-X4 embarque un Snapdragon 660 couplé à 4 Go de RAM. L’espace de stockage quant à lui est de 64 Go. On est donc sur une fiche technique similaire à ce que l’on trouve habituellement dans le segment milieu de gamme sur les smartphones classiques. Avec la batterie de 4 400 mAh, l’autonomie ne devrait pas être un gros souci sur cet appareil.

Notez d’ailleurs qu’il est livré avec un câble tressé et robuste — que l’on a tout particulièrement apprécié — auquel s’associe un bloc charge de 24W pour la recharge rapide. Le Trekker-X4 est compatible avec toutes les bandes de fréquence 4G françaises, mais aussi avec le Bluetooth 5.

Prix et disponibilité

Le Crosscall Trekker-X4 coûte 699,90 euros (prix conseillé). Il reviendra à chacun d’estimer si ce tarif est justifié au vue de l’expérience proposée. Tout dépend forcément des usages.

Pour tous les accessoires annexes, nous vous invitons à aller regarder les prix sur le site du constructeur.

Galerie photo