Les voitures autonomes sont encore bridées par les autorités américaines ce qui ralentit l’innovation. Waymo, filiale d’Alphabet, la maison mère de Google, fait pression pour que ces véhicules aient plus de libertés.

Les normes de sécurité des constructeurs automobiles aux États-Unis sont établies par la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA). Ces 75 normes touchent les voitures autonomes également.

Un détail ne plait pas à certains acteurs, dont Waymo, filière d’Alphabet, maison mère de Google, puisque beaucoup de ses normes de sécurité partent du principe qu’un conducteur maîtrise le véhicule. Tout le contraire du principe de la voiture autonome.

Supprimer « rapidement » ces barrières

Waymo n’est pas le seul à faire entendre sa voix, General Motors et Lyft tentent également de faire réagir l’autorité américaine. La NHTSA semble d’ailleurs vouloir collaborer puisqu’en mai dernier, elle a demandé au public de donner leur avis quant à « la suppression des obstacles réglementaires inutiles à l’introduction sécurisée de systèmes de conduite automatisés ».

Dans sa lettre publiée ce jeudi, Waymo précise :

La NHTSA devrait agir rapidement pour supprimer les obstacles tout en garantissant la sécurité […] elle devrait d’abord s’attaquer aux normes de sécurité qui supposent qu’un homme soit au volant avant de réviser les règles afin d’adapter les différentes configurations de sièges. […] Cela permettra « le déploiement opportun » des véhicules sans commandes manuelles.

Comme le rapporte Reuters, General Motors ou Lyft proposent par exemple de créer une classe de véhicules unique pour les voitures autonomes avec ses propres normes de sécurité qui n’empiètent pas sur les véhicules classiques et vice-versa.

GM espère également que ces changements se feront le plus rapidement possible, « pour que l’évolution de la réglementation nécessaire suive le rythme de la technologie ».

Cependant, il faudrait attendre encore quelques mois, voire quelques années, pour voir de véritables changements. La NHTSA ne travaillera pas sur une modification des normes avant 2020 et les constructeurs n’imaginent pas une réécriture totale de celles-ci avant 2025.

Voitures autonomes en France : Renault s’associe à Waymo (Google)