LG préparerait son propre processeur gravé en 10 nm

 

Après une première tentative peu concluante, LG pourrait revenir dans la course aux processeurs mobiles avec une puce gravée en 10 nm.

À l’époque où Qualcomm, MediaTek et Nvidia se partageaient la grande majorité du marché des puces mobiles, certains acteurs ont essayé de s’y faire une place. Samsung avec ses Exynos a réussi, grâce à l’énorme force de frappe de sa gamme Galaxy S, à récupérer une part de marché, mais d’autres comme LG avec son Nuclun ont rapidement abandonné. La rumeur veut cependant que ce dernier revienne dans la course.

Le constructeur coréen a en effet déposé à la fin du mois de septembre deux marques en Europe auprès de l’European Trade Mark and Design Network (TMDN) sous les noms LG EPIK Processor et LG KROMAX Processor, tous deux décrits comme des « puces multiprocesseurs ». Des indices plutôt éloquents.

Une gravure en 10 nm

Il pourrait bien sûr s’agir de processeurs prévus pour d’autres produits que des smartphones (notamment pour de l’IoT), mais une ancienne rumeur datant de l’été 2016 évoquait déjà le retour de LG sur le marché du SoC mobile en tirant parti de la technologie de gravure en 10 nm d’Intel.

Pour le moment, cela reste cependant à prendre au conditionnel tant que le constructeur n’a rien confirmé, mais il n’est pas impossible qu’un flagship à venir (LG G7, LG V40…) soit équipé d’un SoC maison.

Le retour de la concurrence

LG n’est pas le seul sur ce marché de la puce mobile et si NVIDIA a depuis longtemps maintenant décidé de se concentrer sur des segments plus juteux, Qualcomm et MediaTek sont toujours les leaders incontestés. Samsung occupe cependant désormais une part non négligeable tandis que Xiaomi essaye timidement de jauger l’eau. Parallèlement à cela, les rumeurs laissent également penser que Google produirait en interne les SoC de ses propres produits.

Cette multiplication de la concurrence devrait en tout cas être bénéfique pour le consommateur et permettre d’éviter les situations de monopole comme nous avons pu le voir avec les débuts du Snapdragon 835 ainsi que la multiplication de terminaux reposant sur la même puce parfois imparfaite.

Depuis des années, la rumeur laisse penser que Google pourrait concevoir ses propres puces, comme le font déjà Apple et Samsung. L’embauche d’un ancien salarié de la marque à la pomme chargé du développement des puces…
Lire la suite

Les derniers articles

  • Test de la Razer Naga Pro : la souris à tout faire
    9 /10

    Razer

    Test de la Razer Naga Pro : la souris à tout faire

    25 octobre 202025/10/2020 • 20:00