Le OnePlus 6 est désormais disponible depuis 4 mois et sera bientôt remplacé par le OnePlus 6T. Vaut-il le coup d’être acheté ? A-t-il évolué ? Vieillit-il bien ? Voici notre test longue durée après plusieurs mois d’utilisation.

Lors de sa sortie, j’ai eu l’occasion de tester le OnePlus 6, qui malgré son manque de nouveautés réussissait à surfer sur la vague du OnePlus 5 : un excellent téléphone au rapport qualité/prix imbattable. Ses points forts ? Un écran sublime, une autonomie démente couplée à une charge extrêmement rapide et des performances exceptionnelles appuyées par une interface fluide et complète sans redondances.

À lire sur FrAndroid : Test du OnePlus 6 : la même formule gagnante

Mais on le sait, tous les smartphones ne vieillissent pas de la même manière et il est légitime de se demander ce que le OnePlus 6 devient après 4 mois d’utilisation au quotidien.

L’oubli de l’encoche

Comme beaucoup d’entre vous, j’étais réfractaire à l’encoche. Abomination esthétique, cela ne permet que d’élargir selon moi des écrans déjà trop grands et empiéter sur l’espace réservé à mes nombreuses notifications. Toujours est-il que OnePlus, comme la plupart des constructeurs, propose de cacher cette encoche en la fondant dans une barre de notifications entièrement noire. Et là, l’écran OLED fait très bien son office pour masquer ce notch.

Les plus pointilleux remarqueront que la réflectance de l’écran transforme légèrement le noir en gris selon l’angle de vision, mais à moins de coller son nez dessus, il faut avouer que cela suffit à totalement oublier l’encoche. Mieux encore, Oxygen OS fait partie des rares interfaces à afficher jusqu’à 4 icônes de notifications malgré l’encoche.

Je ne vais pas dire que je préfère cela à un design plus régulier, comme l’Infinity Display de Samsung, mais je dois bien avouer qu’après 4 mois, j’ai totalement oublié l’encoche et les griefs que j’avais contre elle.

Pour le reste, je dois confesser que j’ai lâché le téléphone à plusieurs reprises — comme dit précédemment, je ne suis pas forcément à l’aise avec les gros smartphones –, mais la solidité est au rendez-vous. L’écran n’affiche aucune rayure (contrairement au OnePlus 5 après quelques mois) et seuls les coins présentent quelques cicatrices discrètes de chocs passés. Autant dire qu’il vieillit très bien.

Des mises à jour fréquentes

OnePlus est particulièrement réactif sur les mises à jour en plus de travailler de façon assidue sur Oxygen OS, son interface maison. À l’heure de la rédaction de ces lignes, je fais partie des rares chanceux à déjà profiter d’Android 9 Pie, avec le patch de sécurité du 5 septembre. Les patchs sont d’ailleurs poussés tous les 2 ou 3 mois, ce qui est correct par rapport à la concurrence. Je n’ai vraiment pas à me plaindre de la fréquence des mises à jour, ni de leur contenu qui apporte régulièrement de vrais correctifs visibles pour l’utilisateur et de nouvelles fonctionnalités.

À mon goût, OnePlus répond parfaitement aux principaux besoins des utilisateurs avec son interface que je trouve à la fois fluide et efficace tout en apportant son lot de fonctionnalités intéressantes. Tout est simple, intuitif, et rien ou presque n’est redondant. Après 4 mois, la fluidité est toujours au rendez-vous, et quand je vois l’état du OnePlus 5 aujourd’hui, je ne me fais pas trop de soucis à ce niveau pour cette génération.

Pour les gestes, c’est comme l’encoche. Je n’étais pas particulièrement adepte dans un premier temps, mais je trouve aujourd’hui la barre de navigation vraiment vieillotte et moins pratique lorsque je teste d’autres téléphones ne proposant pas d’alternative. Je regrette seulement l’absence d’un raccourci permettant de switcher rapidement entre deux apps (équivalent au double tap sur le bouton multitâche), pratique pour passer de Twitter à l’appareil photo lors des conférences.

Mais surtout, avec le OnePlus 6, j’ai vraiment le sentiment de posséder un téléphone qui profite des dernières avancées. La reconnaissance faciale ? Elle est là (pas très sécurisé, mais tout de même) ! Google Pay ? Présent ! Android 9 Pie ? Aussi. Il faut avouer que c’est très agréable.

Une légère évolution de la photo

Le plus gros point faible du OnePlus 6 à sa sortie était incontestablement la photo. Ce n’était pas atroce, mais on sentait bien ici la différence de prix avec un Galaxy S9 ou un P20 Pro par exemple. Une grande partie de la qualité des photos sur mobile tient après tout de l’algorithme de traitement et peut donc être améliorée par une mise à jour logicielle. Vous vous souvenez quand je disais que le OnePlus 6 recevait des mises à jour régulièrement ?

Clairement, on sent que la marque a mis l’accent sur la photo au fil de ses updates afin d’améliorer la qualité de son dernier flagship. Ce n’est toujours pas parfait, le piqué n’est pas exceptionnel sur les scènes les moins éclairées, certaines textures bavent un peu là où les meilleurs du marché sont bien plus nets à ce niveau. Pour autant, les photos de nuit par exemple n’ont plus autant cette teinte jaunâtre des débuts et le rendu général a gagné en précision.

La batterie redevenue normale

Quelques mises à jour après le lancement du OnePlus 6, j’ai remarqué une chute flagrante d’autonomie lors d’un changement de firmware. Sur le coup assez étonné, je dois avouer que j’ai plus qu’appris à vivre avec tant l’autonomie était bonne à l’origine. Au final, le OnePlus 6 n’a que retrouvé une autonomie proche de la moyenne et reste largement utilisable au quotidien sans trop se soucier de son niveau de batterie. Clairement, je peux passer 6 heures sur mon écran avant de réellement devoir me poser des questions sur la fin de journée.

Là où je tenais facilement deux jours auparavant sur une journée normale, je ne tiens plus qu’une journée et demie désormais. Rien qui puisse me pousser à recharger mon smartphone la nuit plutôt que par sessions de 30 minutes de temps en temps. Parce que oui, la charge rapide du constructeur reste le changement le plus important de mes habitudes avec mon téléphone ces dernières années.

Toujours à conseiller

Quatre mois plus tard, je suis donc toujours content de ce OnePlus 6, même si je pense ne pas autant tomber sous le charme comme c’était le cas avec le OnePlus 5. Bien évidemment, je le conseille sans sourciller à qui me demande un smartphone autour de 500 euros, ou plus vague encore « le meilleur rapport qualité/prix ». Je ne suis plus aussi pressé qu’avant de retrouver mon téléphone quand j’en teste un autre pour le bien de FrAndroid, mais je suis toujours aussi content de retrouver Oxygen OS au final, aussi bon que soit le téléphone que j’essaye par ailleurs.