Les résultats au quatrième trimestre de Samsung ont été postés, nous permettant de constater que la division mobile du groupe n’est pas en très grande forme. La concurrence chinoise se fait sentir.

Nous sommes en fin janvier, faisant que la plupart des constructeurs vont poster leurs résultats financiers sur le quatrième trimestre. Samsung ouvre le bal avec des chiffres très bons pour l’entreprise, mais moins pour le mobile.

Une année 2017 prospère pour Samsung

Samsung Electronics a en effet posté des revenus de 66 000 milliards de won, soit environ 46 milliards d’euros (au taux de change actuel) sur la période octobre — décembre 2017. Il s’agit là d’une augmentation de 24 % comparativement au même trimestre en 2016. Son bénéfice d’exploitation monte à 15 000 milliards de won (11 milliards d’euros), pour une solide augmentation de 64 % par rapport au 4e trimestre 2016.

Sur l’année 2017 entière, ses revenus sont enregistrés à 239 580 milliards de won (186 milliards d’euros) pour un bénéfice d’exploitation de 53 650 milliards de won (41 milliards d’euros environ). Une année record pour l’entreprise, qui la doit particulièrement à sa division composant dont les mémoires DRAM et NAND se vendent comme des petits pains.

La division mobile ne brille pas

De quoi dire que les Samsung Galaxy S8 et Note 8 se sont bien vendus à Noël ? Eh bien non. Dans le détail, la division mobile du groupe n’a pas vraiment brillé.

Celle-ci a posté des revenus de 25 470 milliards de won (20 milliards d’euros environ) pour un bénéfice d’exploitation de 2 420 milliards de won (2 milliards d’euros environ). C’est simple : ses revenus n’ont pas vraiment bougé comparativement à 2016, tandis que son bénéfice d’exploitation a légèrement chuté.

Samsung avance que cette situation est due à des dépenses en marketing augmentées lors de la période des fêtes. Ses livraisons de smartphone ont également légèrement chuté, du fait de la refonte de sa proposition en entrée de gamme. La marque indique tout de même que les livraisons de ses haut de gamme ont augmenté sur le quatrième trimestre par rapport au troisième, mais ne fournit pas le détail de celles-ci.

Si vis pacem para bellum

Le fait est que la division mobile de l’entreprise subit de plus en plus la pression des constructeurs chinois comme Xiaomi, qui réussissent petit à petit à lui voler des parts sur des marchés émergents comme l’Inde. En Occident, la saturation du marché sur le haut de gamme n’aide pas non plus à retrouver une dynamique positive pour sa division mobile, qui reste stable, mais ne connaît pas nécessairement une croissance aussi dynamique que voulu.

Pour lutter contre cette situation, Samsung compte miser sur la venue des Galaxy A8 et A8+ sur le marché pour reprendre une bonne dynamique sur le milieu de gamme. Il compte également naturellement sur les Galaxy S9 sur le deuxième trimestre, du fait que les utilisateurs se remettent à renouveler leur haut de gamme plus rapidement désormais.

Problème étant qu’il pourrait être trop tard. À négliger la concurrence des constructeurs chinois sur le milieu et l’entrée de gamme, le numéro 1 du marché les a laissé gagner en popularité. Alors que la plupart se tournent vers l’Europe désormais, leur offre haut de gamme est de plus en plus alléchante… et de plus en plus compétitive en termes de prix. Samsung a peut-être loupé un virage qu’il ne pourrait pas rattraper.